flechePublicité

Test HomeWorld 2 (PC) : 0/10 sur JeuxVideo.fr PC

Sortie le 26 Septembre 2003 sur PC
Publiée le 25/09/2006 à 00:09, par funambelle

Partager ce test

Test de Homeworld 2

« Peu de voyageurs savent ce que représente l’exode quand celui-ci se poursuit depuis des éons. Encore bien moins connaissent les affres de la solitude interstellaire, le désespoir de jamais trouver la Terre Promise. Nous pensions enfin connaître la paix. Avoir fui la menace Taïdan. Mais l’ennemi nous a retrouvé, et nous voici contraints d’abandonner Hiigara pour reprendre le voyage à bord du Vaisseau-Mère, à la recherche d’un endroit épargné par les conflits et la guerre. » Journal de Bord du Comput Ewian, conservateur en chef sur La Fierté d’Iigara.

Epique. Démesuré. WonderingRetour au sommaire
epique-demesure-wondering
image 1
epique-demesure-wondering
image 2
Il y a l’appel de l’océan. Et il y a l’appel des espaces vides. Ceux qui connaissent 2001 : Space Odyssey saisissent sans doute l’idée. Quant aux créateurs d’Homeworld 2, ils devaient forcément ressentir ce genre d’appel, le goût du silence et des voyages-odyssées. Ce RTS est en effet une formidable plongée au royaume des soleils noirs et du bruit blanc. Dès la cinématique d’intro, réalisée en noir et blanc, les signes sont assez nombreux pour comprendre qu’Homeworld 2 sera épique. Démesuré. Wondering.

Les choses se confirment avec la première mission, qui vous lâche en plein dans la cagasse. Les Vaygr, un nouvel ennemi, est en effet apparu dans votre système. En infériorité numérique, vous n’avez d’autre choix que de lancer un départ à l’improviste, en espérant préserver votre vaisseau-mère du plus gros des attaques. Un scénario catastrophe donc, et où le danger n’est pas une simple menace lancée dans le vague. Dès cette première mission, la difficulté est au rendez-vous et vous aurez besoin d’un sens tactique déjà affiné pour prendre les bonnes décisions et mener le vaisseau-mère vers la sécurité.


Un gameplay pour prescientRetour au sommaire
un-gameplay-pour-prescient
image 1
un-gameplay-pour-prescient
image 2
De manière classique, la suite du jeu se présente sous la forme de missions successives, où la difficulté augmente graduellement. Ou plutôt faudrait-il dire : hyperboliquement. Dès la troisième mission en effet, les choses deviennent vraiment très corcées. Un joueur peut-il développer le don de prescience, devenir une sorte d’integron homme/machine aux capacités réactives hors du commun ? Aussi ambitieux dans ses thèmes (le space-opera au grand sens du terme) que dans son concept (diriger un Vaisseau-Mère et son escorte à travers l’espace), Homeworld exige du joueur des capacités surhumaines.

Sa difficulté hors du commun rend difficilement imaginable le passage d’une seule mission sans un usage répété du saving. Mais ce qui aurait pu passer pour un défaut préjuduciable dans n’importe quel autre jeu fonctionne ici comme un puissant levier emotionnel. Grâce à sa difficulté hors du commun, il transforme le joueur en une sorte de super-gardien, garant de la sécurité et de la pérénnité de tout un peuple.

Classique ... en apparenceRetour au sommaire
classique-apparence
image 1
classique-apparence
image 2
Mission après mission, l’intrigue va en s’étoffant. Sous peu qu’on y joue plusieurs heures d’affilée sans être interrompu, Homeworld 2 se découvre alors comme un jeu-monde capable d’absorber totalement le joueur, au point de faire passer la réalité quotidienne totalement en arrière-plan. Les causes de l’addiction ne se limitent d’ailleurs pas à la qualité du scenario et de sa mise en scène. La qualité du gameplay y participe elle aussi. Tout le miracle est en effet de parvenir à gérer les unités dans un parfait compromis entre les exigences de la stratégie temps-réel (efficacité et réactivité) et l’ampleur tout à fait démesurée des tâches à accomplir. Contrôle des flottes d’interceptions, productions d’unités, récolte de ressources, en apparence rien de bien original. Mais en réalité, Homeworld 2 est riche d’un bon paquet d’innovations, même si pour les identifier, un certain effort d’analyse peut être nécessaire.

Certains habitudes ne valent que parce qu’elles sont entretenues. Dans un RTS, la map fait figure d’élément indispensable. Un sine qua non en somme, puisque déterminant la nature des stratégies possibles. Homeworld 2 se la joue hors-caste de ce côté-là. Les cartes : un espace vide ponctué de quelques amas d’astéroïdes. Un environnement quasi-transparent, qu’on imaginerait volontiers à géométrie variable, où les choses. Où les choses s’appréhendent sans référent fixe. Trois formes ancrages visuellement dominent cependant. Le vaisseau-mère, emperceptiblement en mouvement. Les différentes escouades de chasseurs et autres frégates qui parcourent l’espace, non pas seulement en hauteur et largeur, mais également en profondeur. Le plan macroscopique enfin, où la zone de conflit se présente comme un vaste plan de coupe divisé en rayons aux différents proportions.


Entre zen et haute-tensionRetour au sommaire
entre-zen-haute-tension
image 1
entre-zen-haute-tension
image 2
Outre la grande diversité des unités et leur parfaite adéquation avec le thème space op’, Homeworld 2 brille par la qualité de sa jouabilité. Passer d’une unité à l’autre, produire des nouvelles technologies ou appréhender l’évolution des conflits à grande échelle, tout cela se fait d’un seul clic. Une jouabilité qui par ailleurs procure un vrai plaisir de jeu, en raison de la variété des rendus visuels correspondants. Passer de l’aperçu macro à la gestion des unités en plein combat, c’est aussi troquer un aperçu mapping pour des affrontements fluides et très beaux visuellement. La possibilité de zoomer à des échelles très variées procure par ailleurs un rendu dynamique vraiment agréable. L’environnement sonore, tout en effets aquatiques, finit de vous plonger en plein cœur des combats intersidéraux. Accompagnés par la voix de votre human-IA (ça rappelle Starcraft), ils participent au rythme très particulier qui fait l’autre singularité de Homeworld 2.

Le rythme des parties solo dans Homeworld 2 est en effet tout à fait unique en son genre. Sans les répères fournis par une map classique, il est en effet quasi-impossible d’identifier d’où peut venir le danger. L’ennemi peut venir de dessous, de derrière, de la droite ou la gauche. Eloigner ses unités, c’est ainsi se prêter à une attaque venant de plusieurs directions simultanées. Or c’est pourtant bien ce qu’il faudra souvent faire, soit pour accomplir certains objectifs, soit pour aller récolter des ressources sur les champs d’astéroïdes. Le résultat est double : d’une part, se déplacer à de grandes distances procure le sentiment d’effectuer les choses dans la durée. Se déplacer d’un point à l’autre prend du temps, et dans le vide de l’espace, cette expérience a quelque chose d’apaisant. Mais d’un autre côté, éloigner ses unités offensives du vaisseau mère, c’est le laisser dépourvu en cas d’attaque surprise. Et celles-ci peuvent arriver très vite, les unités ennemies pouvant recourir aux vols hyperspatiaux et débarquer de nulle part. De ce point de vue, étaler ses unités, c’est un peu comme plonger de plus en plus profond au cœur de l’océan, sans savoir quels dangers nous guettent.

Question multiplayer enfin, Homeworld 2 se défend très bien. Contrairement aux apparences, les parties ne manquent pas de dynamisme et les conflits peuvent rapidement éclater. Plus encore, les choses sont aussi agréable à jouer à deux qu’à quatre ou plus encore. Au final : le multijoueur, même s’il ne bénéficie pas de l’armature scénaristique du mode campagne, est donc une valeur sûre, et ravira les amateurs de longues et dures batailles.


Calme et tension, lenteur et précipitation des évènements, Homeworld 2 joue sur des expériences paradoxales, dans la lignée de son prédécesseur. En tant que RTS, il fait figure d’objet singulier et inimitable, un soft à la difficulté conçue pour des hardcoregamers et doté d’un pouvoir immersif sans égal. Un titre pharaonique, à la hauteur de ses ambitions, et qui démontre une nouvelle fois combien jeu video et science-fiction peuvent accomplir la plus belle des synergies.

Homeworld 2 est le digne fils de son prédécesseur. particulièrement bien inspiré sur le plan de l'ambiance et du gameplay, un titre que tout hardcore-gamer se doit de posséder.

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.7
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : baddwarf
Bon
Très bien mais peut mieux faire Après 1 journée passée devant la démo j'en tire les conclusions suivantes : le scénario parait intéressant (et je leur fait confiance, il le sera), les graphismes sont merveilleux et ne nécessitent pas une configuration énorme (P4 2,4 GHz et Ti 4600 suffisent pour faire tournenr le jeu en 1280*1024 ... enfin si on construit pas une tonne de vaisseaux ). Concernan suite ...
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui / non
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Ch@manaf
Très bon
énormissime Très bon jeu, mais très dur, l'un des seuls qui m'aient donné autant d'émotions. Le scénario est génial, avec moultes rebondissements, les graphismes sont splendides et la gestion simple mais très complète. Le point fort de ce jeu : assurément la campagne; vous allez pleurer, frissoner et éxulter si vous vous y accrochez; oui car c'est pas barbie-land ici, chaque miss suite ...
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui / non
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist HomeWorld 2

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Endless Legend

Endless Legend

Pour tous joueurs | PC , Mac
flechePublicité
flechePublicité