flechePublicité

Test Ultimate Spider-Man (PC) : 0/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 14 Octobre 2005 , Plus de tests sur GameCube , PS2 , Xbox , Gameboy Advance , Sortie 2005 sur PC

Les +

  • Jouabilité excitante
  • Dialogues pleins d'humour et bien doublés
  • Jouer avec le méchant aussi
  • La présence des autres super héros Marvel

Les -

  • Des graphismes assez calamiteux quoique chaleureux
  • Durée de vie réduite
  • Musique quelconque
La note de jeuxvideo.fr
-
La note des internautes
8.5

(12 votes)
Publiée le 04/07/2006 à 00:07, par Genseric

Test de Ultimate Spider-Man

Aaaah, Spidey ! L'un des super héros Marvel les plus appréciés. Ultimate Spiderman nous présente enfin un jeu à la hauteur du personnage.

Stan Lee présente... The Amazing Spiderman !Retour au sommaire
Spiderman, vous connaissez ? Non ? Tant mieux, ça va me permettre de vous en parler un peu. C’est que c’est un pote, Spidey. Même que je le connais bien. En fait, c’est pas son vrai nom. Je devrais pas vous le dire, mais vous finirez bien par le savoir, on en parle tellement à la télé et dans les revues. Dans la vie de tous les jours, Spiderman s’appelle Peter Parker, et c’est un brillant étudiant scientifique. Piqué par une araignée radioactive lors de la visite scolaire d’un laboratoire, il s’est vu doter de pouvoirs extraordinaires et d’une force surhumaine. Contrairement à ce que l’on vous raconte dans les films, il ne peut pas lancer de la toile avec ses poignets. Bricoleur, le petit s’est fabriqué tout un attirail sous son costume. Dont des « lances toile ». Pour joindre les deux bouts, Peter travaille comme photographe pour le Daily Bugle, le journal cher à Jonah Jameson.

La vie du petit Parker n’est pas faite de gloire. Lorsqu’il ne porte pas son costume, il doit composer avec les problèmes de sa double identité, veiller sur la santé fragile de sa vieille tante, May, qui a su l’élever comme son propre enfant, composer avec la culpabilité de la mort de son oncle Ben, trouver de l’argent pour payer son loyer, comprendre les filles et, pire que tout, aller à l’école. Mais en tant que Spidey, tout roule, me direz-vous ? Et bien non : Spiderman est un héros malchanceux. Maudit par la presse, il est souvent considéré comme un ennemi public, et s’il sauve la ville de bien des menaces, il y en aura toujours pour crier au scandale et à la manipulation. N’est-ce pas, Jameson ? Ainsi va la vie. Peter Parker est un gars comme tout le monde, avec ses problèmes, mais aussi de lourdes responsabilités et une poisse monumentale…
stan-lee-presente-amazing-spiderman
Peter Parker n'a pas le look des premières BD.
stan-lee-presente-amazing-spiderman
Voilà pourquoi on appelle Spidey le "monte-en-l'air".


Pas une première...Retour au sommaire
Les présentations étant faites, parlons un peu du jeu. Ce n’est pas la première fois que Spidey est adapté sur PC. Mais jusqu’à présent, on ne pouvait pas vraiment parler de succès. Les fans s’en léchaient les doigts, mais les jeux n’étaient guère que des prétextes à l’exploitation d’une licence. Avec Ultimate Spiderman, on peut comprendre que ce sera le dernier jeu sous licence Spiderman (ultime veut bien dire dernier, non ?), mais ce doit être à prendre dans un autre sens (ultime pour : le meilleur en date). Laissons-là la sémantique. L’introduction du jeu met tout de suite dans l’ambiance : sous forme de bande dessinée animée, elle vous permettra de vous familiariser avec les commandes du jeu. Mais arrêtons-nous d’abord sur l’histoire du jeu. Les grands amateurs de comics connaissent Venom, la Némésis de Spidey. Inutile d’aller plus loin : c’est la confrontation tant attendue entre les deux facettes d’une même pièce.

Le jeu, donc. Ultimate Spiderman est un jeu d’action assez bien réalisé, vif, complet, avec une bonne durée de vie, pas trop difficile à prendre en mains et sans défauts majeurs. Mais on va aller dans le détail, ne vous en faites pas. On déplace le personnage avec le clavier (les quatre touches directionnelles plus quelques touches pour le saut, l’escalade et bien entendu les coups). Le petit hic, c’est que la souris est également sollicitée pour des actions pourtant simultanées avec celles des commandes clavier : pour se dégager d’une prise, pour tisser la toile (et s’en servir comme liane, pour saucissonner vos ennemis ou faire des paquets cadeaux). On aurait pu trouver mieux. Mais on s’y fait bien vite, cependant. Pour Venom, quelques particularités se font jour (on peut jouer les deux personnages au cours de la partie), mais rien de révolutionnaire.
pas-premiere
Ca ne vous rappelle rien ? Un film, non ?
pas-premiere
Au bout de sa toile, l'araignée imite Tarzan.


On se tape une toile !Retour au sommaire
Vous l’avez lu, Spidey va pouvoir se servir de sa toile pour se balancer d’immeuble en immeuble. Là, c’est vraiment grisant : on plonge dans le vide pour se rattraper in extremis à la façade voisine, on file plus vite que l’éclair entre les buildings en zigzaguant de filin en filin… C’est vraiment le top. Et vous aurez l’occasion de vous en servir ! Une fois la phase d’apprentissage passée, vous allez pouvoir vous en donner à cœur joie. Le plan de la ville s’affiche dans le bas et vous pouvez y retrouver le point de départ des missions officielles, mais aussi une foule d’événements se produisant sur votre parcours, qu’il vous faudra régler pour faire honneur à votre conscience : bagarres, cambriolages… La routine, quoi. Les missions vous feront progresser dans l’histoire du jeu et vous opposeront donc à Venom, ou au contraire vous permettront de jouer le sombre personnage.

Graphiquement, le jeu utilise le cell-shading cher au style cartoon. Les fans retrouveront le trait des plus récentes aventures en BD américaines : Peter Parker plus ado, un Spidey moins musclé au physique de binoclard malingre. Mais cela reste Spidey. Les décors sont parfois peu détaillés, mais c’est aussi le cell-shading qui veut ça. Cela reste toutefois très agréable, et on se surprend à en redemander. Les scènes cinématiques reprennent le découpage en cases bien connu des comics, en plus de scènes animées. Musicalement, rien à redire non plus : c’est du bon. Les bruitages sont convaincants, doublés qu’ils sont par les sempiternelles onomatopées, même si la ville manque clairement de vie. Le petit trait de génie, ce sont les dialogues. Il faut savoir que Spidey est un petit comique qui donne autant de coups qu’il lâche des vannes. Celles-ci seront donc bien présentes, et respectent parfaitement le personnage créé par Stan Lee.


Alors, que penser de ce jeu ? Vaut-il la peine que vous dépensiez vos chers euros ? Assurément, oui. L’avis peut être subjectif, mais c’est assurément le meilleur jeu issu d’une licence Marvel ces dernières années. Du bon travail à tous les niveaux, sauf peut-être pour la manipulation clavier/souris, qui aurait gagné à être simplifiée. Fans, foncez tête baissée. Les autres, si vous n’avez aimé ni les comics, ni les dessins animés, ni les films, ni les jeux précédents… C’est peut-être que vous n’aimez pas Spidey. Alors, on peut comprendre que vous n’appréciez pas Ultimate Spiderman. Mais il ne fallait pas lire ce test, alors. Tant pis pour vous.
on-tape-toile
Vous avez fini vos petits paquets ?
on-tape-toile
Prenez le bon air. Ca vivifie.


Fans, achetez. Joueurs, achetez. Pas fans et pas joueurs : que faites-vous ici ?

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.5
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : spiderwars
Très bon
il est super mais trop facile une fois fini.
flechePublicité

LES OFFRES

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité