flechePublicité

Test The Darkness 2 (PC) : 0/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 10 Février 2012 , PC , Plus de tests sur Xbox 360 , PS3

Les +

  • Un gameplay largement étoffé
  • Scénario bien écrit
  • Direction artistique joliment mise en forme
  • Le mode Vendettas

Les -

  • Linéaire et parfois routinier
  • Beaucoup moins audacieux que le premier volet
  • Ambiance nettement moins noire et travaillée
  • Assez court
La note de jeuxvideo.fr
-
La note des internautes
-
Publiée le 13/02/2012 à 00:02, par NatasFH

Test de The Darkness 2

Après un premier opus remarqué pour ses indéniables qualités, Jackie Estacado et son Darkness reviennent dans The Darkness 2. Après un changement de développeur, on est en droit de se demander si la série n’a pas changé du tout au tout. Qu’on se rassure, le titre de Digital Extremes remplit parfaitement son contrat mais il ne corrige nullement les erreurs de jeunesse de son aîné.

Jenny or not Jenny ?Retour au sommaire
jenny-or-not-jenny
Jackie retrouvera-t-il la belle Jenny ?
On retrouve donc Jackie Estacado en fier chef d’une famille mafieuse. Malgré sa position confortable et les avantages qu’elle lui apporte, notre homme n’est pas heureux. Il est tiraillé par le souvenir de sa défunte amoureuse Jenny. Cette dernière lui apparait ponctuellement dans des visions diverses et variées qui le font douter de la mort de la demoiselle. Pour parfaire le tableau, Jackie va avoir affaire à de nouveaux ennemis. Ces derniers se font appeler la Confrérie et comptent bien lui ôter le Darkness et ses pouvoirs. Bien entendu, il ne va pas se laisser faire et c’est là que le joueur entre en jeu. Si ce scénario peut paraître un peu bateau au premier abord, sa narration n’en est pas moins intéressante et bien maîtrisée. On passe toute l’aventure à se poser des questions au même titre que le héros. Jenny peut-elle être sauvée ? Jackie possède-t-il vraiment le Darkness ou est-il simplement fou à lier ? Comment la Confrérie compte-t-elle lui enlever ses pouvoirs ? Autant de questions qui trouvent des réponses au fil de l’aventure sympathique concoctée par les développeurs. Reste que le mode histoire se plie en seulement 5 à 6 heures de jeu. C’est peu mais heureusement une campagne jouable à 4 en coopération vient rallonger cette durée de vie maigrichonne. D’autant plus que le titre est très linéaire, à aucun moment on ne peut sortir des sentiers battus et rares sont les zones de jeu un tant soit peu ouvertes.

N/A
Les objectifs s'affichent à volonté et pas en permanence
Ce mode multijoueur est certes appréciable mais on se demande bien pourquoi Digital Extremes n’a pas intégré de modes compétitifs en multijoueur. Le jeu s’y prête pourtant à merveille et on aurait apprécié de s’entretuer entre joueurs avec les pouvoirs du Darkness. Il faudra repasser. Décortiquons donc l’aventure solo. Elle nous permet de jouir de la toute puissance du Darkness, ces deux tentacules meurtriers qui empalent et découpent les ennemis. Il faut d’ailleurs les utiliser régulièrement et ne pas uniquement se focaliser sur les armes à feu. Car en plus de disséquer nos adversaires, les tentacules du Darkness disposent d’un arbre de compétence. A chaque action assassine on remporte des points d’essence sombre. On peut ensuite les dépenser dans les diverses compétences destinées au Darkness ou aux armes de Jackie. On peut ainsi se munir de tueries qui rendent de la vitalité ou apportent des munitions. Cette dernière option est d’ailleurs très intéressante car les munitions lâchées par nos ennemis sont bien souvent insuffisantes pour nos besoins. Le jeu nous pousse donc à utiliser régulièrement les tentacules du Darkness et le gameplay y gagne en profondeur puisque nous n’avons pas ici affaire à un bête shooter comme on en voit dix par année. En plus de tuer violemment nos adversaires dans des gerbes de sang, le Darkness peut manger les cœurs de nos ennemis morts pour nous rendre de la santé ou attraper des objets du décor. Ces derniers peuvent être lancés pour empaler et découper de la chair fraîche ou encore nous offrir un bouclier temporaire qui résiste aux balles. Les possibilités sont nombreuses et apportent une certaine variété au gameplay qui se révèle bien étoffé.

Un véritable comics interactifRetour au sommaire
veritable-comics-interactif
Les exécutions du Darkling sont bien violentes
Pour ce qui est des ennemis il faut bien reconnaître que l’IA n’est pas toujours très futée. Nos adversaires parviennent à se couvrir efficacement dans la plupart des cas mais, au final, ils foncent tous tête baissée sur notre position. Ce qui nous arrange bien en cas de manque de munitions par exemple puisqu’on peut ainsi utiliser le Darkness au corps à corps pour faire le plein de munitions ou de santé. On remarque également que la localisation des dégâts est plutôt bonne avec une prise en compte des tirs à la tête. Toutefois, il faudra parfois deux balles dans la tête pour abattre un ennemi qui est protégé par une sorte de casque. On trouve différents types d’adversaires avec ceux de base qui tirent à distance, des costauds qui nous foncent dessus pour nous attaquer au corps à corps ou d’autres encore qui se cachent derrière un bouclier qu’il faut affaiblir puis retirer à l’aide du Darkness. Pour se battre on a le choix d’opter pour deux armes à une main, une seule arme à une main ou une arme à deux mains. L’arsenal est très classique avec divers pistolets ou révolvers, des pistolets mitrailleurs, des fusils d’assaut et des fusils à pompe. Rien de bien original mais c’est bien suffisant pour s’adapter à tout type de situation. On trouve également deux phases d’infiltration dans The Darkness 2. Le darkling, petit être diabolique qui nous suit partout, peut se rendre jouable pour se faufiler dans des passages étroits et tuer silencieusement quelques ennemis. On apprécie l’effort effectué même si ces phases d’infiltration ne sont pas assez nombreuses et manquent un peu d’intérêt. Si l’on meurt avec le Darkling, ce dernier réapparait instantanément un peu en arrière de là où l’on se trouvait et les ennemis abattus ne respawnnent pas. Un manque cruel de difficulté que l’on ressent tout au long de l’aventure. Heureusement, quatre modes de difficulté sont disponibles pour ajouter un peu de piment aux affrontements.

N/A
LE mode coop s'essouffle rapidement
Pour ce qui est de la technique, The Darkness 2 est irréprochable. On apprécie tout particulièrement la direction artistique du jeu qui penche fortement vers le comics. Le rendu graphique est très réussi avec des contours noirs marqués et des textures qu’on jurerait crayonnées à la main. Ce n’est pas du cel shading mais on en est proche. Ce moteur graphique très plaisant à l’œil ne souffre d’ailleurs jamais. Le framerate reste fluide en toute situation et ce quelque soit le nombre d’ennemis affichés à l’écran. Un bon point. La modélisation des personnages est fine et précise, les animations s’avèrent réalistes et la synchronisation labiale est satisfaisante. On apprécie également le travail des doubleurs qui offrent des voix et intonations crédibles aux divers protagonistes du jeu. Les bruitages sont, pour leur part, d’excellente facture avec des détonations bien marquées pour nous plonger dans l’action tandis que les thèmes musicaux, bien que discrets, sont de qualité. Au niveau des contrôles de la version PC, ils n’ont rien à envier aux consoles et leurs manettes. Les deux clics servent à utiliser les deux armes qu’on tient en main, le click molette et un mouvement de la souris permettent d’utiliser le tentacule frappeur tandis qu’une touche proche des touches de déplacement sert à récupérer des cœurs et des objets à l’aide de l’autre tentacule. Une configuration idéale pour un FPS de qualité.

The Darkness 2 marche droit dans les bottes de son prédécesseur. Le gameplay est bien bourrin, jouissif et le rendu graphique du moteur est des plus plaisants. Toutefois, il conserve les défauts de son aîné avec une durée de vie du solo franchement limitée et un mode multijoueur en coopération qui montre rapidement ses limites. Toutefois, si vous avez apprécié le premier opus, rien ne vous empêche de vous jeter sur cette suite de qualité qui nous happe dans son ambiance unique.
flechePublicité

LES OFFRES

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité