flechePublicité

Test Memoria (PC) : 8/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 30 Août 2013 , PC

Les +

  • Visuellement soigné
  • De bons personnages
  • Rythme narratif soutenu
  • Énigmes retorses et originales
  • Durée de vie
  • Une logique solide
  • Animations améliorées...

Les -

  • ... mais encore perfectibles
  • Pas de français
  • Un peu de recyclage
La note de jeuxvideo.fr
8.0
tres bon
La note des internautes
7.2

(8 votes)
Publiée le 20/09/2013 à 10:09, par Jean-Marc

Test de Memoria, l'aventure de retour vers le futur

Avec Memoria, Daedalic Entertainement poursuit de bien belle manière les aventures de Geron et de Nuri.

Après le très réussi Chaînes De Satinav, Daedalic Entertainment poursuit les aventures de Geron l'oiseleur sauveur d’Andergast et de Nuri la fée des bois, transformée en corbeau à la fin de l’épisode. Cette nouvelle histoire intitulée Memoria nous propose de tenter de redonner sa véritable forme à la pauvre malheureuse et de suivre le destin de Sadja, une princesse du temps jadis.

La mémoire dans la peauRetour au sommaire
Memoria
Notre périple commence alors que Geron tente par tous les moyens de rendre à Nuri sa forme initiale. En contact avec un mystérieux marchand itinérant, il se voit proposer un marché : résoudre une énigme pour obtenir le sort qui permettra à Nuri de retrouver son état initial. Cette énigme a un rapport avec des événements qui se sont déroulés 450 ans auparavant. Ils mettent en scène la princesse Sadja qui recherche un puissant artefact susceptible de mettre fin à une guerre contre des démons.

Ce sont donc deux aventures que nous allons suivre en alternant entre Geron / Nuri et Sadja. Au passage, Daedalic en profite pour nous proposer un autre personnage intéressant en la personne de Bryda, une magicienne de premier ordre en cours de formation qui vient donner un coup de pouce à notre oiseleur. Comme dans le premier opus, les personnages sont travaillés et deviennent de plus en plus attachants au fur et à mesure que nous apprenons à les connaître. Le rythme narratif a été revu et l’aventure démarre bien plus rapidement. L’histoire se révèle rapidement intéressante puis captivante et passionnante, surtout celle de Sadja, pleine de mystères et de surprises. Il y a toujours autant de choses à faire pour résoudre les situations - en apparence inextricables - qui parsèment les huit chapitres.

Morceaux choisis maisons


Daedalic ne change pas une formule qui a fait ses preuves, mais étoffe tout de même l’étendue des interactions possibles. Ceux qui ont fait l’aventure précédente ne se sentiront nullement dépaysés et nous retrouvons toutes les mécaniques classiques du point & clic à base de recherche, de combinaisons et d’assemblages d’objets. Geron dispose toujours de son pouvoir qui lui permet de détruire et de reconstituer certains objets et Sadja n’est pas en reste avec une belle panoplie de sortilèges qui s’élargit tout au long de son périple, multipliant ainsi les possibilités d’interactions. Ces facultés magiques prennent ici une plus grande importance que dans l’opus précédent et les énigmes demandant d’y recourir sont bien plus fréquentes. La mention spéciale de l’originalité va au sortilège permettant d’influencer les esprits qui se révèle être à lui seul une petite énigme sympathique.

Memoria
Memoria
Memoria

Devoir de mémoireRetour au sommaire
Memoria
Les point & clic de Daedalic sont réputés pour leur qualité artistique et celui-ci ne fait pas plus exception que son prédécesseur. Les décors sont particulièrement travaillés pour à nouveau séduire nos rétines, et ce, qu'il s'agisse des discrètes animations d’ambiance ou de l'intégration des objets interactifs et des personnages. Ces derniers ont par ailleurs gagné en finesse et en variété d’animation. Par contre, les développeurs n’ont pas du tout revu leur copie en ce qui concerne les visages en gros plans qui sont toujours aussi grossièrement animés. La bouche ayant fortement tendance à ne plus bouger alors que notre gaillard est en pleine discussion. Force est tout de même de constater que Daedalic progresse sur cet aspect à chaque nouveau titre. Pour ne rien gâcher, la variété des lieux est importante et le dépaysement ne manque pas, même si le début de l’aventure recycle les décors du premier épisode.

Memoria
Progresser dans le scénario est agréable en raison de la logique qui sous-tend nos actions, certaines ne pouvant être réalisées que si une information préalable a été obtenue. Et c’est là qu’arrive l’un des principaux points noir de cet opus qui, au contraire de l’épisode précédent, n’est pas sous-titré en français. De ce fait, de nombreuses subtilités peuvent ne pas être notées par le joueur, ce dernier devant alors procéder par tâtonnement pour s’en sortir. L’effort de réflexion demandé monte en puissance progressivement avec un pic une fois arrivé au chapitre 5 où nous nous sentons bien seuls et sans objectifs clairement définis. Certaines énigmes se révèlent toutefois corsées, souvent à base d’aller-retour et de mémorisation. Le système d’aide optionnel est toujours présent bien que légèrement moins étoffé, ne conservant plus que l’affichage des points d’intérêt et le halo lumineux en cas de combinaison possible d’objet, mais cette fonction n’étant pas très fiable, autant ne pas l’activer. Ainsi, la durée de vie de cette aventure peut varier de huit à quatorze heures.

Memoria
Au niveau sonore, Memoria monte d’un cran par rapport à Satinav. Les musiques sont agréables, en accord avec les lieux, variant selon les situations et s’accordant avec les sentiments des personnages. Elles participent à la qualité de la mise en scène tout en se faisant discrètes. Les bruitages quant à eux ont été étoffés et proposent bien plus de variété, l’immersion s’en trouve alors renforcée. Un effort a été fait aussi au niveau des voix anglaises (ou allemandes), même si certaines interprétations ne tombent pas juste, notamment lorsqu'il est question d'exprimer la colère.

Memoria
Memoria
Memoria

Memoria est la suite qu’il fallait à Satinav. Tout aussi agréable à regarder qu’à parcourir, cette aventure corrige une bonne partie des défauts de la précédente, notamment au niveau du rythme narratif. Suivre nos héros / héroïnes sur deux époques différentes, mais finalement intimement liées, est passionnant malgré une certaine difficulté à se plonger pleinement dans toute la richesse de l’histoire en raison de l’absence de sous-titre français. Daedalic s’améliore à chaque nouveau titre et devient un acteur majeur de l’aventure point & clic comme ont pu l’être LucasArts ou Pendulo.

Memoria
Memoria
Memoria

Memoria
Memoria

Memoria

Memoria
Memoria

Memoria
Memoria
Memoria
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )
flechePublicité

LES OFFRES

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité