flechePublicité

Test Les Sims 4 (PC, Mac) : 6/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 04 Septembre 2014 , PC Sortie le 18 Février 2015 , Plus de tests sur Mac

Les +

  • Introduction des émotions
  • Divers outils très puissants
  • Options de partage réussies
  • Animations plus complètes
  • PC modestes acceptés

Les -

  • Peu de franches nouveautés
  • Chargements trop nombreux
  • Create-A-Style supprimé !
  • Multiples options en moins
La note de jeuxvideo.fr
6.0
bon
La note des internautes
5.3

(320 votes)
Publiée le 05/09/2014 à 15:09, par Nerces

Test des Sims 4 : l'émotion est-elle soluble dans la piscine ?

De nouveaux outils et la gestion de l'état d'esprit de nos Sims apportent un peu de sang neuf à la franchise, mais le retrait de nombreux éléments fera grincer quelques dents.

Les Sims 4
Souvent montrée du doigt par ceux que l'on appelle les hardcore gamers, la franchise Les Sims reste un incontournable qui draine plusieurs millions de joueurs PC, et ce, depuis bientôt 15 ans. Des joueurs qui doivent maintenant refaire face à un terrible dilemme. Alors que le quatrième opus vient d'être commercialisé par Electronic Arts, faut-il mettre au rebut Les Sims 3 et ses multiples extensions ? Les Sims 4 apporte-t-il suffisamment de nouveautés pour justifier une telle rupture ? Notre réponse dans ce test sur fond de désordres amoureux, de pressions émotionnelles et de conquête spatiale.

N'impose plus ton style...Retour au sommaire
Avant d'entrer dans le vif du sujet, il est utile d'évoquer la question d'Origin puisque - sans surprise - Les Sims 4 est géré par la plateforme de téléchargement signée Electronic Arts. Que l'on soit partisan des versions dématérialisées ou des versions boîte, même combat, il faudra donc en passer par une classique activation sur Origin avant de pouvoir jouer. En revanche, soulignons que le jeu connecté n'est pas indispensable. Il est conseillé pour profiter sans contrainte du contenu créé par la communauté, mais on peut très bien lancer une partie sans connexion Internet effective. Un bon point. Ceci vérifié, nous lançons notre première partie et il ne faut pas plus de quelques secondes pour se rendre compte que les choses débutent exactement comme sur Les Sims 3.

Deux environnements sont disponibles (Willow Creek et Oasis Springs), mais ensuite la phase de création de notre premier personnage est calquée sur le précédent opus. Dans le jargon de la série, on appelle cette phase Create-A-Sim, du nom de l'outil conçu par les développeurs pour donner vie à nos Sims. À ce niveau, les habitués seront ravis de pouvoir littéralement sculpter le corps de leurs personnages en cliquant directement sur les parties à étirer / resserrer. De réelles améliorations ont été apportées afin que l'on puisse aboutir à des silhouettes variées et des Sims personnalisés. Hélas, les options sont déjà moins nombreuses lorsqu'il est question de personnaliser les coiffures et les yeux alors que l'absence de l'outil Create-A-Style se fait cruellement sentir.

Rappelons que présent dans Les Sims 3, cet outil autorisait la personnalisation complète de nos Sims. Bien sûr, la communauté va sans doute prendre le relai et très vite nous proposer tout un tas de vêtements et autres accessoires, mais force est de constater que la comparaison avec Les Sims 3 tourne clairement à l'avantage de ce dernier. Ce n'est toutefois pas la seule limitation des Sims 4 en début de partie puisqu'au moment de construire la personnalité de son personnage on se rend compte qu'il n'est plus possible de choisir que trois traits de caractère quand Les Sims 3 en autorisait cinq et même six avec les extensions. Un recul qui réduit d'autant la complexité des personnages.

Gameplay : Premiers pas sur les Sims 4


Émotionnellement raccordRetour au sommaire
Heureusement, pour compenser ce défaut, Maxis a introduit un nouveau système d'émotions avec lequel jouer. L'idée est finalement toute simple : l'état d'esprit de nos Sims évolue en fonction de leurs actions et, surtout, cet état d'esprit a une influence sur les possibilités de nos Sims. À ce niveau, c'est d'ailleurs une franche réussite. Ainsi, lorsque l'on demande à notre Sims d'en faire toujours plus au boulot, il va certes augmenter ses chances de promotion, mais il risque aussi de devenir « stressé ». Ce faisant, il aura plus de mal à se lier d'amitié avec d'autres Sims et davantage d'options de dialogue tourneront autour de son mal-être, de son besoin de réconfort... pas forcément le meilleur moyen de séduire le charmant voisin ou la nouvelle voisine.

Histoire d'aller un peu plus loin, Maxis a imaginé des bonus / malus liés à ces différents états d'esprit. Un Sim heureux aura plus de facilité à nouer le contact alors qu'un Sim « embarrassé » après avoir fait une gaffe souhaitera avant toute chose corriger son erreur. Mieux, il est aussi possible de tourner certains états d'esprit en apparence négatifs à notre avantage. Par exemple, un Sim « en colère » aura tout intérêt à se rendre à la salle de sport afin de profiter de cette rage pour s'exercer deux fois plus. Dans le même ordre d'idée, un état d'esprit en apparence positif peut « se retourner contre » notre Sim : lorsqu'il est « concentré », il a tout intérêt à se plonger dans ses lectures et tant pis s'il était sur le point... de conclure !

De manière plus générale, Les Sims 4 tente de creuser plus avant la question de la psychologie. Il y a encore du travail, mais cela permet d'aller plus loin que le simple objectif de vie que l'on choisit à la création de notre Sims. Maintenant, des entraves ou des facilités s'obtiennent avec cette notion d'état d'esprit et c'est d'autant plus sympathique que cela s'accompagne d'une seconde barre dans les relations entre Sims : en plus de la relation d'amitié, il y a la relation amoureuse et cela apporte beaucoup. Deux Sims peuvent être amoureux sans s'apprécier pour autant : ils se font des crasses qui réduisent encore leur amitié, mais augmente dans le même temps leur attirance physique... l'amour-vache en quelque sorte !

Une jolie coquille vide ?Retour au sommaire
Hélas, à côté de ces indiscutables améliorations, Les Sims 4 régresse sur pas mal de points et les amateurs risquent de trouver la période d'adaptation un rien délicate. Si nous avons déjà évoqué la présence de deux environnements, deux voisinages, nous n'avions pas précisé que l'un comme l'autre sont nettement plus étriqués que sur Les Sims 3. Deux fois moins d'emplacements sont ainsi disponibles et même les plus grands de ces emplacements restent plus petits que précédemment. Plus gênant encore, les temps de chargement sont légion et il n'est plus question d'avoir un seul environnement que l'on peut visiter à sa guise. Ici, la moindre visite à un voisin un peu éloigné ou la moindre sortie en ville implique un chargement.

Ces derniers ne sont pas particulièrement longs, mais Maxis ne va clairement pas dans le bon sens, même si le studio explique cette nouvelle orientation par le besoin de prendre aussi en considération les configurations les plus modestes. Maxis précise en outre qu'il était nécessaire d'en passer par ces chargements pour profiter de certaines améliorations graphiques, en particulier sur ces configurations modestes. Problème, leur brièveté n'empêche pas ces temps de chargement de casser systématiquement le rythme de la partie... et en 2014, pour le quatrième opus de la franchise, on est en droit d'attendre quelque chose de plus abouti. C'est d'autant plus regrettable que ce n'est pas le seul souci inacceptable pour un quatrième volet d'une telle licence.

Pensez-donc, qu'il s'agisse des piscines, des plus jeunes enfants, des sous-sols de nos maisons ou des véhicules, il faudra faire une croix dessus. Le nombre d'éléments ainsi retirés par Maxis et ses développeurs est tout simplement hallucinant et c'est surtout du jamais vu dans l'évolution de la franchise. Alors certes, les bambins ne manqueront pas à grand-monde, mais justement, il aurait peut-être été bon d'améliorer la chose. On aurait également souhaité qu'il soit enfin possible de continuer à suivre ses Sims quand ils vont au travail, mais non, notre personnage disparaît de l'écran dès lors qu'il part bosser et nos choix se limitent à une poignée d'options pour définir son niveau d'implication.

Architecture et D&CoRetour au sommaire
Nouvelle preuve que Maxis est aussi capable d'évoluer dans le bon sens, la conception des maisons est dévolue à un nouvel outil que nous avons particulièrement apprécié. Les architectes en herbe seront ravis de pouvoir aller beaucoup plus loin dans la conception des différentes habitations et de pouvoir régler au millimètre leurs délires... et ce, même s'il leur faudra faire une croix sur les sous-sols. Mieux, ce nouvel outil devrait aussi ravir les joueurs les moins intéressés par les habitations. On peut effectivement bâtir une maison en deux temps trois mouvements à l'aide d'éléments prédéfinis qui permettent, sans effort, d'arriver à quelque chose qui a « de la gueule ».

Il en va de même pour la décoration puisqu'un nouvel outil permet de décorer des pièces facilement, sans réveiller la Valérie Damidot qui sommeille en chacun de nous. On sélectionne simplement un style et le jeu se charge de l'adapter (à peu près) à la forme de notre pièce avant d'acheter tous les meubles, tapis et autres accessoires nécessaires. Mieux, de telles pièces peuvent être composées par des joueurs et partagées ensuite sur Internet. Hélas, cette médaille aussi a son revers et à l'heure actuelle, on est très vite bloqué dans ses ambitions par le manque d'accessoires. Quand on pense aux centaines d'objets qui composaient notre stock sur Les Sims 3, il est vraiment très dur de revenir à un choix parmi quatre micro-ondes ou seulement une étagère murale !

S'il est difficile de comparer Les Sims 4 à son prédécesseur qui peut compter sur cinq ans d'extensions, de stuff kits et de contenus créés par la communauté, il reste impossible de pardonner à Maxis le retrait de nombreux éléments depuis Les Sims 3. De manière très anecdotique, on évoquera la disparition des lave-vaisselles, mais on retiendra aussi l'absence de réelle nouveauté dans la gestion des Sims au travail. On déplorera la réduction du voisinage, même si on apprécie de voir le jeu tourner de manière plus confortable sur une plus large palette de configurations. Des animations plus complètes, un remarquable outil de personnalisation des Sims, un autre au moins aussi excellent pour la conception des maisons, et l'inoubliable gestion des émotions, sont heureusement là pour justifier la sortie des Sims 4. Un jeu foncièrement intéressant, mais qui laissera un goût d'inachevé aux fanas du précédent opus... à vérifier sur le long terme bien sûr.

Test PC réalisé sur une machine à base de Core i7 4 GHz, 16 Go de mémoire vive et GeForce GTX 780 Ti. Le jeu semble à son aise à partir d'un processeur double-cœur 2,4 GHz, épaulé par 2 Go de mémoire vive et une GeForce GTX260.

Les Sims 4
Les Sims 4

Les Sims 4

La galerie permet de retrouver facilement tout le contenu conçu par la communauté !

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 5.3
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Bon
N?exagérons rien... Même si "Les Sims 4" peut nous décevoir à la première approche. Parce que oui j'ai été déçu des les premières minutes de jeu après mon téléchargement sur Origin. Du fait de voir disparaître le monde libre, qui pour moi était la plus importante "évolution" de la saga, mais aussi les véhicules, les piscines et bien d'autres choses. Je ne parlerais pas des autres possib suite ...
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : amarantina
A éviter
On nous prend pour des jambons J'ai passé environ 30 heures à essayer ce jeu afin de déceler ce qui pouvait mériter les bonnes que certains donnent. Et je n'ai pas trouvé!!! Fan des Sims depuis leur début (autant vous dire que j'en ai mangé des Sims et mon porte-monnaie s?en souvient) je trouve que le Sims 4 est un net retour en arrière pour les raisons que je vais énumérer plus bas. Les points nég suite ...
flechePublicité

LES OFFRES

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité