flechePublicité

Test Call of Duty : Modern Warfare 3 (PC) : 7/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 08 Novembre 2011 , PC , Plus de tests sur Xbox 360 , PS3 , Nintendo Wii

Les +

  • La campagne spectaculaire
  • Le traitement sonore explosif
  • Le mode Spec Ops
  • Le multijoueurs accessible aux débutants...
  • ...mais exigeant pour qui veut scorer !
  • Le système d'XP pour les armes / Strike Packages
  • Partie gratuite de Call of Duty Elite

Les -

  • Le pitch convenu
  • Le moteur graphique vieillissant
  • L'IA déplorable
  • Aucune vraie nouveauté en multi
  • Les DLC prévus d'avance
La note de jeuxvideo.fr
7.0
bon
La note des internautes
7.4

(4565 votes)
Publiée le 10/11/2011 à 00:11, par Zick

Test de Call of Duty : Modern Warfare 3

Comme chaque année, le mois de novembre est celui de la grisaille, des grèves impromptues de la SNCF, du retour des rhumes carabinés et bien sûr de la série Call of Duty. La licence au budget marketing plus important que le budget de développement revient cette année accompagnée de son Modern Warfare dans un épisode toujours aussi solide et spectaculaire mais qui commence toutefois à s’essouffler un peu.

La der des der ?Retour au sommaire
der-der
image 1
Bonne nouvelle pour ceux qui n’avaient absolument rien compris aux scénarios des deux premiers Modern Warfare, Modern Warfare 3 est à la fois l’épisode qui va mettre un terme à la troisième guerre mondiale entamée dans le premier opus et celui qui se veut le plus limpide du côté de la narration. Exit les grandes introspections des personnages et les allers-retours aux quatre coins du globe à la limite de l’incompréhensible, ici il ne reste finalement plus que quelques personnages à savoir Price, Soap, Yuri (le petit nouveau de MW3) et le grand méchant Makarov. Toujours aussi cinglé, celui-ci veut tout simplement mettre la main sur le monde en se servant de la Russie comme d’un énorme porte-flingue. Le joueur va donc encore faire le tour du monde pour savoir comment Makarov compte s’y prendre et remonter une fois de plus la trace de ses fournisseurs d’armes en Afrique, en Inde, en Sibérie, en France, au Royaume-Uni mais aussi en Allemagne. Des interventions systématiquement musclées et ça tombe bien, on est là pour ça.

N/A
image 1
Modern Warfare oblige, ne vous attendez pas à de grands bouleversements lors de cette campagne. Le gameplay est fondamentalement identique aux deux premiers opus, à savoir un mélange d’action non-stop, de scripts à gogo et de très grand spectacle. Non, on ne s’ennuie jamais dans Modern Warfare 3. On défouraille sans cesse du début à la fin de la campagne, on enquille les scènes dantesques confinant régulièrement au surréaliste. Il faut bien admettre que voir la Tour Eiffel s’effondrer après une bataille acharnée contre des troupes Russes en surnombre procure toujours son petit effet et qu’on ne voit pas ce genre de scènes ailleurs que dans un Call of Duty. Du point de vue des missions, on reste dans le traditionnel. Assaut en règle d’une base « imprenable », couverture des ses alliés au sniper, séquence de rail-shooting en avion ou en véhicule, libération désespérée d’otages de premier ordre et autre escorte de blessés sont quelques uns des objectifs déjà vus et revécus de cet épisode. Les nouveautés sont très rares – pour ne pas dire inexistantes – tout juste note-t-on quelques rares séquences inédites mais pas très interactives, comme la séquence d’approche d’un sous-marin Russe en bouteille de plongée. De ce point de vue, la campagne de Modern Warfare 3 répond parfaitement au cahier des charges sans toutefois faire autant d’efforts de variété que le faisait celle de Black Ops par exemple.

RussePawn infiniRetour au sommaire
russepawn-infini
image 1
Reste que si l’on parvient à terminer cette campagne sans voir le temps passer, il faut bien admettre que tout n’est pas vraiment parfait. Outre le recyclage des situations dont on vous parlait un peu plus haut, forcément un peu lassant pour celui qui n’est pas ultra fan de la série, certains défauts que l’on pouvait accepter facilement il y a quelques temps commencent sérieusement à agacer. Le respawn infini des ennemis par exemple est certainement le plus important d’entre tous. Durant certaines séquences les ennemis réapparaissent sans cesse tant que le joueur n’a pas déclenché un certain script. Le problème dans Modern Warfare 3, c’est que les ennemis apparaissent (« popent ») à des endroits complètement incongrus. Il est arrivé à plusieurs reprises dans la campagne que des Russes émergent subitement à quelques mètres du joueur et carrément dans le dos d’alliés se mettant à couvert près d’une porte belle et bien close. Niveau réalisme et immersion, on a vu mieux. Dernier défaut lié au recyclage, Modern Warfare 3 manque cruellement d’une scène choc marquante comme nous avait habitué les deux premiers épisodes. Aucune des missions du jeu ne rivalise avec la mission de Prypiat de Modern Warfare ou parvient à marquer les esprits comme No Russians de Modern Warfare 2. Un signe d’essoufflement qui n’étonne guère.

N/A
image 1
Et si cette campagne ne dure que 5 heures en mode normal, Infinity Ward a inclus deux modes coopératifs pour rallonger la sauce. D’une part on trouve un mode horde dans lequel deux joueurs doivent survivre à des vagues d’ennemis de plus en plus puissantes sur 16 cartes différentes (issues des cartes du mode multijoueur). Amusant quelques heures le temps de monter de niveau et de débloquer toutes les armes et tous les soutiens aériens, il s’avèrera rapidement ennuyeux tant la répétition des situations et des ennemis se fait vite sentir. D’autre part le mode Spec Ops issu de Modern Warfare 2 revient dans cet épisode. Et pour le coup c’est une franche réussite. Il s’agit en fait de missions en temps limité durant lesquelles deux joueurs doivent parvenir à bout d’objectifs bien précis sans mourir. Le challenge est bel et bien au rendez-vous, tout comme la difficulté, vraiment relevée. Un plaisir à faire et refaire (avec un ami de préférence) pour tenter d’obtenir un score élevé, d’autant plus que toutes ces missions permettent de redécouvrir la campagne solo du point de vue de personnages secondaires. Un mode loin d’être anecdotique et très complet.

Un peu de neuf dans le multiRetour au sommaire
peu-neuf-dans-multi
image 1
Plus que la campagne, c’est évidemment le mode multijoueur de Modern Warfare 3 qui est le plus gros morceau du jeu. Là encore on ne change pas un gameplay toujours aussi efficace. Le frag prime toujours et encore sur la coopération en équipe (on ne s’en plaint d’ailleurs pas) et le jeu est basé sur la prise de niveau, le déblocage de nouvelles armes et les kill-streaks. Qu’on ne s’y trompe pas toutefois, derrière cette machine bien rôdé se cache des nouveautés importantes qui viennent équilibrer en douceur les escarmouches autrefois trop bourrines de Modern Warfare 2. A commencer par les kill-streaks qui ont été revus en profondeur. L’un des soucis majeurs de MW2 tenait au fait que les kill-streaks des joueurs de haut-niveaux rendaient les fins de parties complètement imbitables, avec un déferlement de AC-130, de bombes atomiques et autre pilonnages d’hélicoptères. Difficile alors pour les débutants de se faire une place dans le haut du tableau sans débloquer des armes et des équipements plus puissants pour y accéder à son tour.

N/A
image 1
Infinity Ward s’est penché sur le problème et la réponse donnée est très satisfaisante. Désormais, lors de la création de sa classe personnalisée, le joueur aura le choix entre trois orientations de kill-streaks différentes : les équipements de combats. Le premier – Assaut - fonctionne de façon traditionnelle. Ici, on envoie ses missiles predators, ses hélicoptères de soutien ou son AC-130 en réalisant des frags successifs. Si l’on meurt, on revient à zéro et il est nécessaire de refaire une série de frags pour accéder aux pouvoirs les plus puissants. Le deuxième permet de contrebalancer les joueurs qui désirent tuer sans se soucier des objectifs. Intitulé Soutien, ici les frags sont conservés entre chaque morts pour balancer les kill-streaks les plus puissant. Évidemment ces derniers sont beaucoup moins meurtriers que ceux de l’orientation Assaut. Armures, tourelles anti-aériennes, caisses de soutien et armures de mastodontes sont quelques-uns des pouvoirs bien pratiques de ceux qui en ont marre de mourir à cause d’un campeur qui balance systématiquement son AC-130 au bout de 3 minutes de jeu. Le dernier équipement de combat, le Spécialiste, est le plus original. Les séries de frags ne permettent plus de faire appel à une aide extérieure, mais de se doter de compétences supplémentaires. Par exemple en tuant quatre adversaires, la compétence visée solide se rajoutera à la liste de vos compétences existantes. Idéal pour ceux qui veulent se concentrer sur le combat pur.

Nervous Warfare 3Retour au sommaire
nervous-warfare-3
image 1
La deuxième nouveauté concerne le déblocage des accessoires des armes. Autrefois il fallait réussir des séries de défis pour accéder aux nouveaux viseurs, lance-grenades et couleurs de cammo. Désormais les armes possèdent toutes un niveau qui leur est lié (et qui augmente en fonction de leur utilisation) et dont la progression va permettre de débloquer leurs accessoires. En outre, en montant le niveau de son flingue, il est possible de débloquer des aptitudes liées à l’arme : moins de recul, retenir sa respiration plus longtemps, visée plus fine sans l’épauler, etc. Du côté des modes de jeu, il y a également peu de nouveautés. La principale concerne l’arrivée du mode Elimination Confirmée : du team deathmatch dans lequel le score ne monte que si l’on récupère la plaque d’identification de l’ennemi sur son corps, et ce, dans le but d’obliger les joueurs à ne pas camper. On regrette en revanche que les modes plus originaux Gun Game, Mastodontes ou Infectés ne soient disponibles qu’en partie privée et non dans les matchs classés.

N/A
image 1
On termine ce tour du propriétaire par un mot sur les cartes. Il y en a une grosse quinzaine et celles-ci sont dans l’ensemble réussies. Fermées, recelant plus de passages à couvert que dans Black Ops, elles ont toutes l’avantage de se retenir facilement et de proposer des points d’affrontement très variés. D’une manière générale on retiendra qu’un effort a été fourni pour ne plus multiplier les points de campe (même s’ils sont encore nombreux) et avantager les combats à courte et moyenne distance. Le ressenti durant les combats est beaucoup plus nerveux et brutal que ce qu’on a pu voir dans un Black Ops, au rythme plus posé. De fait, il semble aussi que les armes font bien plus de dommages que dans le titre de Treyarch, conférant à Modern Warfare 3 un mode multijoueur plus dans l’esprit dans la série. On court, on frag, on meurt sans se poser de question et on en ressort la tête vide, un peu plus léger que quelques heures auparavant.

Moderne ? Vraiment ?Retour au sommaire
moderne-vraiment
image 1
Techniquement le moteur graphique de Modern Warfare 3 commence à prendre de l’âge. S’il y a peu de choses à redire au niveau de la mise en scène de la campagne, on ne peut s’empêcher de le comparer aux dernières productions sorties récemment sur PC ou console. Modern Warfare 3 fait bien pâle figure face à un Crysis 2 ou un Battlefield 3 et affiche des textures parfois limite, des effets spéciaux pas toujours très propres et une bonne dose d’aliasing sur console. Il n’empêche que MW3 rend dans l’ensemble encore très bien grâce à ses animations toujours aussi bluffantes de naturel et une modélisation des personnages et des armes irréprochables. Sur PC, le constat technique est globalement le même que pour Black Ops. Le jeu demande une config relativement musclée pour tourner à 60 images par secondes durant la campagne et se révèle un peu moins gourmand pour le mode multijoueur. Il n’empêche que qu’il n’est pas rare de se taper quelques ralentissements de temps en temps sur une grosse machine équipée d’une GeForce 570 et 8 Go de RAM voire de petits freezes durant la campagne solo alors que le jeu était installé sur un disque dur SSD. Notez également que le jeu en 3D Vision est encore loin d’être convaincant avec un effet de profondeur vraiment trop faible pour renforcer l’immersion. Sur console en revanche le framerate se révèle toujours d’une étonnante stabilité en mode multijoueur. On n’en attendait pas moins.




C’est une lapalissade mais Modern Warfare 3 est un Call of Duty de plus, efficace mais sans surprise. Comprenez par là que le jeu d’Infinity Ward nous propose encore une campagne particulièrement spectaculaire qu’on terminera en une petite après-midi, d’un mode multijoueur solide et remanié avec brio pour s’adapter à tous les joueurs et d’un mode coopératif aussi bienvenue que bien foutu. Il n’empêche que ce Modern Warfare 3, à l’exception de quelques ajustements de son mode multijoueur, n’innove pratiquement pas. C’est un Modern Warfare de plus, il est réussi, mais on se demande combien de temps encore Activision va pouvoir sortir la même soupe année après année sans nous lasser.

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 7.4
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Moyen
fo passer a autre chose!!!!!! moteur grafique depasse,mode multi lassant!!! par ce que j l ai achete pardi!!! j m tate a speeder de finir l solo et de le revendre pr bath3, c est vraiment une 1er,fidel a COD depuis des annees...
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Bof
Call of Dollars 2 ans après Modern Warfare 2, et un an donc après l'épisode "transitoire", ou "annexe", Black Ops. Opus qui a connu un franc succès, porté par son mode zombie et ses DLC à tout va, voici qu'Activision nous pond le susnommé MW3 (abréviation Kékesque), histoire de vous piquer les dernières pièces de votre porte-feuille en cette belle période de crise. Dans le menu c'es suite ...
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist Call of Duty : Modern Warfare 3

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité