flechePublicité
Publiée le 08/06/2011 à 00:06, par Yse

Partager cette actu

E3 : The Elder Scrolls V : Skyrim

Bethesda ne rigole pas quand il s’agit de promouvoir la suite de sa célèbre saga The Elder Scrolls. Alors que certains préfèrent décorer leurs stands de babes à la poitrine irréelle, eux ont choisi la sobriété, un dragon de 4 mètres de haut qui nous accueille dans son antre pour la toute première présentation de The Elder Scrolls V : Skyrim.

Des améliorations en pagailleRetour au sommaire
ameliorations-pagaille
image 1
Morrowind et Oblivion avaient déjà posé des bases solides : un jeu de rôle où « liberté » est le maitre-mot. Ce Skyrim ne dérogera pas à la règle et nous proposera d’immenses environnements parsemés de neige. Un périple dans les terres nordiques qui ne nous laisse pas indifférent tant la bête promet. Il n’en faut d’ailleurs pas moins pour succéder à l’immense Oblivion. Mais comme chez Bethesda, on n’aime pas trop se reposer sur ses acquis, on décide d’innover à l’occasion de ce cinquième opus. C’est avec une certaine détresse qu’on apprenait la disparition du système de création de sorts, et pourtant, les nouveautés au rendez-vous semblent largement en valoir la peine.

N/A
image 1
Tout d’abord et sans aucune surprise, de nouvelles animations font leur apparition. Exit les sauts rigides et autres postures ridicules, Skyrim se veut comme la nouvelle génération de jeu de rôle et s’offre les atouts techniques pour y parvenir. Si les décors ne tranchent pas littéralement avec ceux d’Oblivion, ils ont le mérite de proposer des textures bien plus détaillées, un environnement moins pauvre, le tout sublimé par une profondeur de champ vertigineuse. Voilà qui conviendra parfaitement au système de cycles jours/nuits dynamique, à l’instar des ombres qui reprennent du poil de la bête et de la météo, elle aussi bien présente. Vous nous direz que cette avancée technique rentre dans la logique des choses, et vous aurez raison. C’est pourquoi Bethesda s’est également attaqué à l’interface et au système de combat du nouveau TES.

N/A
image 1
Les amateurs ne manqueront pas de se souvenir de l’interface hideuse d’Oblivion. Hideuse mais également très mal foutue, la faute à des menus brouillons que l’on peine à déchiffrer. Avec Skyrim, c’est (presque) de l’histoire ancienne. Les menus s’avèrent bien plus lisibles et se vantent même d’afficher tous les objets possédés en 3D, nourriture et babioles incluses. Il sera même possible d’établir des listes de favoris pour retrouver rapidement tel ou tel objet, magie ou équipement. En parlant de ça, on nous apprend également l’arrivée d’une réelle ambidextrie, qui offrira donc la possibilité de porter deux armes à une main ou, mieux, d’assigner un sort par main. On peut d’ailleurs doubler la puissance d’un sort en l’assignant sur les deux mains, simple et efficace. Les plus pragmatiques iront même jusqu’à jouer avec un combo magie/arme à une main, mais ce serait passer à côté des boucliers qui proposent désormais quelques mouvements utiles comme le coup de bouclier ou la contre-attaque. Enfin, Bethesda pense au plaisir des yeux en ajoutant des kill cams (ou finish moves) gores à souhait.

N/A
image 1
Toujours dans la liste des nouveautés, on notera l’arrivée de sanctuaires de pierre. Ces lieux de culte accueillent plusieurs reliques proposant de booster le gain d’expérience de telle ou telle école selon celle que l’on activera. Voilà de quoi se spécialiser bien plus rapidement, d’autant plus que le système de perks promet une multitude de choix quant à la personnalisation de notre style de combat. On ne passera pas à côté de la magie runique, qui permet d’enchanter tel ou tel endroit pour y apposer un piège mortel. Et si l’on croyait avoir tout vu, on avait tort, puisque voilà que Bethesda nous dévoile la magie draconique qui, elle, pourra être utilisée indépendamment des assignations d’armes et de magies habituelles. Il faudra d’ailleurs apprendre la langue des dragons petit à petit pour débloquer ces puissants souffles, mais le jeu en vaut la chandelle.

N/A
image 1
Enfin, un petit tour par un village de bucherons nous en apprend un peu plus sur les interactions sociales. Les dialogues ne mettent plus le jeu en pause et se veulent plus dynamiques qu’auparavant tout en gardant le système de réponses à choix multiples propre aux bons RPG. Les activités en ville devraient être aussi variées que les établissements le permettent (Une forge pour créer et améliorer ses armes/armures par exemple), et l’on pourra même exécuter quelques basses besognes pour quelques piécettes, comme couper du bois, par exemple. Une autre information rassurante : oui, les chevaux sont toujours présents et pourront être montés comme au bon vieux temps !

Il va de soi que The Elder Scrolls V : Skyrim accueillera une fois de plus une flopée de mods amoureusement préparés par la communauté. On se demande toutefois s’il sera plus simple de les utiliser sur ce nouvel opus que sur Oblivion. Réponse le 11 novembre prochain, sur PC, Xbox 360 et PS3.
flechePublicité

Idées cadeaux JV

Partenaires Jeuxvideo.fr

Partenaires Jeuxvideo.fr

flechePublicité

>Les meilleures offres jeux vidéo

flechePublicité