flechePublicité
Publiée le 31/05/2006 à 00:05, par Cubbe

Test du siège Playseats Basic

Si vous êtes un passionné de jeux de voitures sur PC (et consoles) et plus particulièrement de simulation, vous avez peut-être déjà failli craquer devant un siège baquet comme celui-ci en passant chez un revendeur (tel la Fnac, pour n'en citer qu'un). Nous allons donc voir dans la suite de ce test si ce genre d'accessoire de luxe joue pour beaucoup dans l'immersion du jeu. En tout cas, Playseats est une des rares marques - pour ne pas dire la seule - à s'adresser au grand public dans ce domaine.

En tant que fans de GTR et autres TOCA Race Driver, ce n'est pas sans une certaine impatience que nous étions très impatients à la rédac' de recevoir ce petit Playseats. En effet, le concept est très prometteur : un siège baquet pour s'installer devant son PC avec une bonne simulation auto, voilà qui part bien. Le Playseats est vendu environ 350 € : pour ce prix, on s'attend à du matériel de qualité. Tout le monde ne peut se permettre d'investir cette somme dans un périphérique destiné uniquement à jouer à des jeux de voitures, et il est donc normal que le public visé soit exigeant.

Nous allons donc voir quelles sont les qualités de ce produit et ce qu'il apporte en terme de plaisir de jeu. Et plus que jamais, le tout devra être confronté avec la somme qu'il vous en coûtera si vous souhaitez faire l'acquisition de la bête...

Déballage et montage à 300km/hRetour au sommaire
deballage-montage-300km-h
Le Playseats monté avec un volant.
deballage-montage-300km-h
Le Playseats plié et prêt à être rangé.
En sortant les différents éléments du Playseats de sa boîte, on est tout de suite agréablement surpris par le siège en lui même. Il ressemble vraiment à un baquet de course, et a l'air d'être robuste et de bonne qualité. Il n'y a pas énormément de pièces à assembler pour monter entièrement le playseats, ce qui permet un montage facile et rapide. Peut-être un peu trop, tant on se serait attendu à passer un peu plus de temps avant que de savourer le bonheur automobile ultime. Le manuel d'aide au montage est sommaire, mais cela n'est en rien gênant puisque l'on s'en passe facilement : il est tout à fait possible de réussir à monter le tout simplement en regardant la photo sur le carton. Un point positif à priori en ce qui concerne la facilité de montage : pas besoin d'être MacGyver pour y arriver, ni d'avoir une trousse à outils complète, puisque tout est fourni.

Avant même de mettre son volant et ses pédales sur le Playseats, on se rend déjà compte que les différentes parties n'ont pas l'air très solidaires les unes des autres. Certes, le siège et son socle ont l'air robustes et de très bonne qualité, mais le reste ne donne pas la même impression. Les tiges métalliques reliant les pédales au siège et le volant au pédales ne sont pas fixées fermement. Suffisamment pour ne pas perdre les réglages que vous aurez faits, mais pas assez pour empêcher un débattement de quelques centimètres. Cette mauvaise impression laisse présager des doutes pour la suite du test.

Passons maintenant à la fixation de notre volant et de nos pédales sur le Playseats (en l'occurence, il s'agissait du Saitek R440 testé récemment dans nos colonnes). Ici encore, pas de problème à signaler. Vous pourrez aisément serrer votre volant sur la plaque prévue à cet effet, et ne rencontrerez pas non plus de difficultés avec les pédales, puisque plusieurs bandes de scratch autocollantes sont fournies dans le kit. Le volant étant désormais fermement fixé sur le Playseats, on s'aperçoit que des câbles pendent un peu partout. Pas de souci : des colliers de serrage en plastique sont fournis, permettant de fixer les câbles le long des armatures de la bête.

Petite recommandation au passage concernant le positionnement du siège,à destination de ceux qui comptent franchir le pas après la lecture de ce test : nous vous recommandons de mettre toute la partie avant du siège (jusqu'au volant) sous votre bureau habituel, et de placer votre écran au bord de celui-ci - à moins bien sûr que vous n'ayez opté pour l'option support d'écran plat du Playseats.

Bienvenue dans votre nouvelle monoplaceRetour au sommaire
bienvenue-dans-votre-nouvelle-monoplace
L'oeil du tigre.
Maintenant que tout est en place, il est temps de s'asseoir dans le baquet de notre voiture de sport. On règle le Playseats pour qu'il convienne au mieux à nos mensurations (longueur des jambes et des bras), puis la hauteur du volant.

En étant installé dans ce siège, on a tout de suite l'impression d'être dans une vraie voiture de compétition. Le côté immersion prend donc un coup de boost, ce qui est fort sympathique.

Après un petit moment de jeu, on se rend compte que le réglage pour lequel nous avons opté n'est pas optimal. Il serait en effet possible de mieux le régler pour se retrouver dans une position plus confortable. Nous avons donc voulu éloigner les pédales tout en rapprochant le volant, et avons alors malheureusement atteint les limites de l'engin. En effet, la marge de manoeuvre pour le réglage du pédalier est très suffisante, mais c'est loin d'être le cas pour le volant. Pour ne pas se retrouver avec les bras tendus en permanence (ce qui n'est pas des plus confortables et s'avère rapidement assez fatiguant), nous avons tiré sur le réglage de la tige de fixation du volant, et avons été au delà du possible - ce qui revient à démonter le Playseats. Nous avons donc continué à jouer dans ces circonstances, mais l'inconfort persistait. Après réflexion nous nous somme dit que cela n'était pas normal, qu'une erreur de conception aussi flagrante était étonnante. Nous avons donc totalement démonté ce Playseats, et nous nous sommes aperçus en le remontant que la tige courbée liant le support du volant à celui des pédales pouvait se monter dans l'autre sens. Une fois fait, nous avons eu plus de marge pour le réglage. Il apparaît donc que le montage de ce Playseats n'est pas aussi intuitif qu'il n'y parait et que la notice est trop peu détaillée, puisque ne précisant pas comment éviter le problème. La position est donc devenue plus confortable, mais cela n'a pas réglé le problème que nous allons évoquer paragraphe suivant.

En dehors de ce problème de montage, c'est aussi le système de fixation qui n'est pas assez convaincant, puisqu'on sent bien que le tout n'est pas solidaire. Nous aurions préféré quelque chose de peut-être un peu plus dur à assembler, mais qui maintienne le siège et les parties métalliques fermement fixés. Il serait mal vu dans une voiture de compétition d'avoir un volant qui puisse bouger par rapport à son support... Or, ici, c'est presque le cas, puisqu'un mouvement un peu trop brusque permet de voir immédiatement qu'il y a un peu de "jeu".
bienvenue-dans-votre-nouvelle-monoplace
A fond... dans le mur.
bienvenue-dans-votre-nouvelle-monoplace
image 2


Il est clair que ce Playseats est en soit un bon produit pour le côté immersif, mais il a des défauts qui ternissent son image. Pour un tel prix (350 €), on était en droit de s'attendre à mieux. Ce tarif le réserve en effet à des passionnés ayant les moyens. Ce public est donc assez restreint et exigeant, et ne tolèrera pas ce manque de rigidité. Au final, ce produit aurait mérité d'être vendu a un prix plus abordable, ou de bénéficier d'une finition bien meilleure au niveau des fixations. Dans les deux cas, il aurait été nettement plus attractif, et nous l'aurions conseillé avec conviction à tous les fanatiques de simulations de course. En l'état actuel des choses, les 350 € ne sont pas pleinement mérités, si l'on compare avec d'autres périphériques haut de gamme pour gamers, telle une carte graphique performante, un HOTAS ou encore un volant de très grande qualité.

Des options sont possibles, notamment le Pro Kit, qui est en fait un autre système de fixation permettant de fixer l'ensemble au sol. Ce Pro Kit devrait permettre entre autres de renforcer la rigidité de l'ensemble. Mais à environ 230€ l'accessoire, l'ajout est prohibitif si on considère qu'au moins une fixation de plus aurait mérité d'être incluse dans le Kit de base. Cela dit, il est également possible d'opter pour une simple tige métallique qui viendra soutenir le plateau sur lequel se trouve le volant, afin justement d'éviter d'avoir trop de jeu.

Au final, l'impression qui nous reste de ce Playseats est dévevante, en raison de sa finition et de son prix exhorbitant, et ce en dépit de la qualité et du confort du baquet.
verdict
image 1
verdict
Les fixations et les réglages hasardeux.


Acheter le Playseats Basic au meilleur prixRetour au sommaire
flechePublicité

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

flechePublicité
flechePublicité