flechePublicité
Publiée le 27/10/2006 à 00:10, par Ty

Partager cette actu

Test de la manette Logitech Dual Action Pad

Des manettes, à la rédaction, on en voit à longueur de journée. Des neuves, des pas neuves, des avec fil, des sans fil, des jolies, des toutes pourries, des à tester, des bonnes à jeter, etc. Au final, il ne se passe plus une semaine ou presque sans qu’une de ces charmantes bestioles ne débarque dans nos locaux, prête à subir les pires sévices pour la bonne cause : la votre. Et après la fameuse Rumblepad 2 qui nous avaita donné tant de suées et la petite Precision Gamepad, Logitech vient de nous faire parvenir le Dual Action Pad, copie non conforme moyen de gamme à destination des fans de la bonne vieille Dual Shock 2 made in Sony.

Une manette Pippin USB ?Retour au sommaire
une-manette-pippin-usb
image 1
Voici le descriptif reçu avec le Dual Action Pad (à lire avec une voix de nymphette candide) : « Voici le must des instruments de précision, que vous soyez en plein placage, en pleine course vers le finish, en pleine infiltration clandestine ou à la poursuite d'une médaille d'or. L'emprise confortable vous permet de rester au top de votre forme pendant des heures entières de jeu et la conception et la disposition standard des gâchettes et des boutons d'action vous permettront de dominer le jeu rapidement. » Avouez que ça donne envie, non ? Bon, comme vous pouvez vous en douter, cet idyllique portrait est évidemment exagéré. Vendue une trentaine d’euros en boutique (environ vingt sur le Net), la Logitech se présente sur le papier comme une alternative aux Saïtek P880 et P990, disponibles depuis 2004 dans la même gamme de prix. Sur le papier seulement car, si les deux périphériques du géant asiatique ont recueilli des critiques plus que favorables, la tâche s’annonce bien plus ardue pour notre petit clone PS2. A première vue, le Dual Action Pad semble dans la moyenne de ce qui se fait chez la concurrence. Avec douze boutons utilisables et deux sticks analogiques, Logitech donne dans le classique. Seule pointe d’originalité : l’habituelle croix a ici été remplacée par un cercle rappelant le bon vieux RumblePad, ancien fer de lance Low-Tech de la marque et cauchemard de milliers de pouces en son temps.

Mettre les ronds dans les carrésRetour au sommaire
mettre-ronds-dans-carres
image 1
En examinant l’engin de plus près, on constate vite que plusieurs choses clochent, à commencer par ces fameux sticks analogiques. Ca ne se voit pas au premier coup d’œil, mais ceux-ci sont enfichés dans des trous non pas ronds, mais bien malheureusement carrés. Effet de style ou non, ce choix douteux fait perdre une bonne partie de leur intérêt aux deux protubérances champignonesques, puisqu’on ne peut plus faire tourner les sticks de manière fluide. Durant le jeu, on réalise vite que cette idée mérite d’être noyée bien profond dans le désormais fameux « étang des mauvaises idées », aux côtés du joystick à mercure sans base et du clavier ergonomique. Un rapide tour sur Pro Evolution Soccer 6, jeu idéal pour tester ce genre de bestiau, nous a prouvé par A + B que le stick carré, en plus de ne rien apporter au gameplay, rend les parties pénibles par l’impossibilité de manier correctement son joueur. Pour cette raison, nous avons donc laissé tomber l’ana-pas-logique pour switcher sur cette intriguante croix ronde (!). Histoire de pousser le vice, nous avons décider de lancer une version import de Guilty Gear XX, jeu de baston reconnu comme très technique. Réclamant une précision sans faille, le soft de Sammy a aisément pu mettre en déroute le Dual Action Pad, si bien qu’au bout de quelques parties notre manette de test fit un magnifique vol à travers la pièce, finissant sa course contre un bon vieux mur de crépit. Tout ça à cause d’un paramètre que les ingénieux ingénieurs de Logitech ont semble-t-il oublié : le "Chips Effect", bien connu des amateurs de marathons pizza-bière-jeux video. Ca peut sembler futile, mais si vous avez le pouce glissant pour cause d’aliment à forte teneur en lipides, de transpiration ou pour toute autre raison inavouable, manier la « croix » directionnelle du Dual Action relèvera vite de l’exploit. Une matière légèrement « grip » aurait pourtant aisément pallié à ce défaut.

Dans la même veine, la qualité de finition globale du pad déçoit. Alors que nous étions habitués à des produits de bonne facture, nous avons ici affaire à un périphérique donnant plus dans le NoName bas de gamme qu’autre chose. Le plastique assez tendre de la carcasse confirme d’ailleurs cette idée, comme l’attestent les nombreuses griffures issues de la courte partie de Guilty Gear XX. Pour enfoncer le clou, on mentionnera simplement les ressorts qui savent se faire entendre et le nombre relativement significatif de commentaires d’acheteurs plus que mécontents de la fiabilité de l’engin à moyen et long terme. Seul point positif du Dual Action Pad : la numérotation des touches qui contraste avec l’habituel repompage des Rond, Carré, Croix, Triangle, etc… Pratique, cette fonctionnalité permet de paramétrer plus rapidement les commandes sous Windows, qui reconnaît d’ailleurs directement la manette.

Imbitable, tout simplementRetour au sommaire
imbitable-tout-simplement
image 1
Raté et trop cher. Voilà en résumé ce qu’on peut penser de ce Dual Action Pad. Complètement à la masse par rapport à la concurrence, Saïtek en tête, cette manette « gamer » parvient aisément à se faire distancer par la petite MULTIPADVIB de Bigben Interactive, pourtant vendue moitié moins chère. Mal conçu et mal réalisé, le Dual Action Pad représente peut-être un des produits les plus mauvais du moyen de gamme des périphériques Logitech. A éviter tant que possible, même en promotion.
flechePublicité

Idées cadeaux JV

Partenaires Jeuxvideo.fr

Partenaires Jeuxvideo.fr

flechePublicité

Micromania

>Les meilleures offres jeux vidéo

flechePublicité