flechePublicité
Publiée le 25/10/2006 à 00:10, par Alex C.

Partager cette actu

Test du Logitech Precision Gamepad 2

La gamme de manette Logitech se renouvelle, et cela passe aussi par l’entrée de gamme. Le Precision Gamepad 2 (PG2) a pour prérogative principale de prendre la relève de son aînée - esthétiquement démodée – et de s’imposer comme la référence en matière de joypad à petit prix. Le travail de sobriété et d’efficacité apporté par Logitech au PG2 pourrait bien payer…

Silhouette féminineRetour au sommaire
silhouette-feminine
image 1
silhouette-feminine
image 2
Si certains pad étendent avec fierté leur carrure imposante, le Precision Gamepad 2 n’est pas de ceux là. Tout en arrondi, au design harmonieux, la forme du PG2 fait dans le classique. Formaté Dual Shock, avec plus de courbes toutefois, le pad d’entrée de gamme de Logitech, dénué de toute fonctionnalité subsidiaire comme un mode vibrant, garde la ligne sans difficulté. Seulement 300 grammes pour des dimensions tout à fait adéquates d’environ 15 centimètres de long, 10 de large et 5 centimètres de haut. Juste ce qu’il faut où il faut, serait-on tenté de dire.

Niveau fonctionnalisme, le Precision 2 suit le modèle Sony sans broncher. Une croix directionnelle arrondie sous le pouce gauche, quatre boutons disposés en croix sous le pouce droit et quatre sur les tranches pour supporter les pressions d’index et majeurs. A noter la présence des deux petits derniers au centre de la manette, moins utiles mais toujours appréciables. Au total, dix boutons, rigoureusement numérotés, même si pas forcément dans un ordre très logique.

Côté habillage pur, le PG2 surprend par une robe bleue outremer brillante et transparente. Un coloris doux qu’on appréciera pour sa sobriété tout autant que pour sa résistance à la saleté. La surface en plastique dur ne présente aucun revêtement particulier, mais le polissage lui donne un toucher doux et agréable. Les boutons, complètement noirs, ne ressortent pas énormément, contribuant à la discrétion affichée par le Precision. On peut toutefois regretter que leur « camouflage » soit si parfait : cela pourrait nuire à la prise en main des novices, qui ne connaissent pas la disposition des boutons et qui chercheraient où appuyer. Surtout que la numérotation, trop effacée, ne brille pas par sa lisibilité.

Arguments simple et efficacesRetour au sommaire
arguments-simple-efficaces
image 1
arguments-simple-efficaces
image 2
L’entrée de gamme est destinée à toutes les mains, même les moins expérimentées, comme celles des femmes et des enfants. C’est peut-être dans ce but que Logitech a adopté une forme douce et une taille restreinte : pour permettre aux plus petites mains de venir s’y installer avec facilité. Dans tous les cas, la prise en main du Precision Gamepad 2 s’avère plutôt agréable. On n’ira pas jusqu’à dire qu’elle est exceptionnelle, car de toute manière cela dépendra des mimines de chacun, mais force est de constater que l’arrondi et l’embonpoint inférieur du pad aident à se sentir à l’aise. Le placement des boutons et de la croix directionnelle confirment l’efficacité de l’outil. Seuls les deux boutons centrés pêchent un peu dans leur disposition : ils auraient gagné à être positionnés plus bas.

On remarquera que les boutons ressortent un poil trop et que leur souplesse laisse un peu à désirer. Mais qui dit raideur dit solidité. Même les boutons de la tranche (aisément cassés sur les Dual Shock) semblent pouvoir résister à un martelage en règle. Le toucher n’est pas des plus agréables, surtout en ce qui concerne la croix, mais on oublie vite ce manque de douceur une fois la partie lancée. Enfin, dernier petit reproche en ce qui concerne le bruit qu’émettent les boutons lorsque l’on appuie dessus. Ce n’est pas dramatique, mais ça peut gêner les plus soucieux de préserver le silence ambiant.

La simplicité du PG2 se retrouve dans son utilisation. Plug and Play, la manette ne nécessite aucune installation software particulière. Il suffit de la brancher sur un port USB libre, et Windows se charge de lui attribuer des drivers valides. On peut se lancer immédiatement dans une partie, sans aucun réglage. Simple et efficace. Par ailleurs, la manette est dotée d’un cable relativement souple d’une longueur de deux mètres. Largement de quoi atteindre les unités centrales les plus inaccessibles, tout en gardant une certaine marge de manœuvre.

Dérapage contrôléRetour au sommaire
derapage-controle
image 1
Testé avec Need For Speed Most Wanted, le Precision Gamepad 2 répond aux commandes sans soucis. Les sensations sont largement à la hauteur de ce que l’on est en droit d’attendre d’un joypad d’entrée de gamme. On maîtrise son bolide avec aisance, refoulant sans regret le souvenir des commandes claviers. Que ce soit par petites touches ou grosses pressions, le PG2 obéit sans broncher aux exigences du joueur. Même les plus brutaux et maladroits devraient y trouver leur compte, la manette résistant plutôt bien aux chocs et autres expressions de mécontentement de gamers.

En définitive, Logitech a réussi à faire à moindre coût un produit des plus honorables. Sobre, efficace, ses petits défauts n’entachent en rien l’utilisation qu’en feront les acheteurs d’un pad d’entrée de gamme. Un produit au rapport qualité/prix irréprochable, puisqu’on trouve aisément le Precision Gamepad 2 sous la barre des dix euros.
flechePublicité

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

flechePublicité
flechePublicité