flechePublicité
Publiée le 27/04/2007 à 00:04, par funambelle

Partager cette actu

[Le Seigneur des Anneaux Online] Pourquoi le MMO de Turbine n'est pas le grand jeu qu'on attendait

World of Warcraft trouvera-t-il jamais son rival ? Après plus de deux ans d’hégémonie, le géant Blizzard attend toujours le MMO qui saura détrôner l’indétrônable. Certains avaient déjà misé sur Turbine pour réaliser cet exploit, mais après une Beta assez houleuse et un lancement non moins cafouilleux, il semblerait que LOTRO ne soit pas le grand MMO qu’on pouvait espérer. C’est qu’en vérité, LOTRO n’est pas vraiment un rpg massivement online, mais plutôt une très belle modélisation 3D interactive et accessible online des Terres du Milieu. Et s’il reste cependant possible d’accomplir quelques quêtes de groupe, on se rend rapidement compte que là n’est pas le principal, ni le plus convaincant. [ndlr : Dorénavant, nous ne publierons plus de tests de MMO, mais des articles sans note, ayant valeur de verdict final] [ndfunambelle : pour une approche plus détaillée et moins tranchée de Lotro, voir notre article sur la Beta et l'interview de Jeff Anderson, CEO de Turbine.]

Débaucher les joueurs de Blizzard : pas facile facileRetour au sommaire
debaucher-joueurs-blizzard-pas-facile-facile
La faune est certes classique, mais disséminée avec parcimonie.
debaucher-joueurs-blizzard-pas-facile-facile
Les quêtes épiques sont tout de même bien molles.
debaucher-joueurs-blizzard-pas-facile-facile
L'antre de Lod, une zone du jeu particulièrement immersive.
Devant pareille amorce, j’en entends déjà certains pousser des cris de contestation. A vrai dire, on ne demanderait pas mieux. Cela permettrait d’ouvrir pour une fois le débat et de se demander ce qu’un joueur est réellement en droit d’attendre d’un MMO. Et à bien des égards, LOTRO est la conséquence de cette absence de débat. La preuve par l’exemple que le simple copier/coller d’une recette efficace (WoW) – quand bien même il serait servi par une licence porteuse – ne suffira pas à convaincre les joueurs de quitter la niche virtuelle qu’ils habitent. Car à la différence d’un jeu offline ou multi, les MMO ne s’épuisent pas sur la durée. Pour récupérer la clientèle de Blizzard, il faudra donc faire bien plus que proposer des clones embellis : telle est la douloureuse leçon que Turbine est en train d’apprendre.

Une leçon en chiffres (10.000 pré-reservations, ce n’est pas si énorme), mais aussi en paroles. Sur les serveurs, il n’est pas rare de voir les joueurs se plaindre. Fustiger la mollesse des combats. Le manque d’intuitivité de la boîte de dialogue et du panneau social. Regretter l’absence de véritable PvP. Bon nombre, à l’instar de votre serviteur, partaient pourtant avec pas mal d’enthousiasme. Quand on est un admirateur de l’œuvre de Tolkien et qu’on apprend qu’il sera possible de devenir un habitant à part entière des Terres du Milieu, il est difficile de ne pas vouloir y croire. La beauté du soft contribue d’ailleurs à préserver cette première impression pendant de bonnes heures de jeu - tant qu’on parvient à se satisfaire d’une bonne atmosphère et d’une modélisation de qualité.

champetre
Le massacre de Hobbits : une des quêtes les plus jouissives du mode Monster.
champetre
Splendeur des cités naines : un bon titre pour guide touristique ça.
Mais quand vient l’heure de se trouver une communauté et de choisir un plan de carrière, bref de se tailler une place dans les Terres du Milieu, on se heurte à un amère constat : il est difficile de développer rapidement un réseau social. Peut-être est-ce lié au faible nombre de participants simultanés. Ou à l’absence de quêtes vraiment roleplay, dans un univers qui s’y prêterait pourtant très bien. Ou encore (c’est plus probable) parce qu’il n’existe pas de réel PvP et pas de RvR tout court. Là encore, une lacune regrettable, dans un univers aussi dualiste que celui du Seigneur des Anneaux. Au final, il est donc difficile de se trouver des objectifs communs, et l’on se retrouve bien souvent à parcourir LOTRO pour le simple plaisir de la ballade, en effectuant de temps à autre quelques quêtes histoire de gagner quelques niveaux et compétences supplémentaires.

Faut-il jouer à LOTRO comme on part en randonnée ? Et surtout, cela peut-il suffire à justifier le tribu financier et temporel exigé par Turbine ? On aurait bien aimé répondre par l’affirmative. Après tout, explorer la région de Bree, parcourir les interminables couloirs d’une cité naine ou plonger au cœur de l'antre de Lob, tout cela est alléchant, et sans doute ne manquait-il pas grand-chose pour se prendre au jeu, se sentir dans la peau d’un véritable aventurier. Mais c’est justement là le problème : ce quelque chose tient à la mollesse des combats (trois heures pour lancer une pauvre attaque), au manque d’originalité des compétences et au manque de rythme des quêtes, répétitives et fort peu variées dans le fond. Nulle surprise alors, si passé quelques dizaines d'heures, on se surprend à bailler aux corneilles. Car pour retenir l'attention d'un joueur, il faut plus que de beaux décors.
flechePublicité

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

flechePublicité
flechePublicité