flechePublicité
Publiée le 13/10/2006 à 00:10, par Hoopy

Partager cette actu

[The Secrets of Atlantis : L’héritage sacré] Présentation du jeu

Après neuf ans d’existence, deux développeurs différents, trois éditeurs et quatre opus, Atlantis, jeu d’aventure indémodable, l’un des père du point & click panoramique, revient avec un cinquième volet. L’Atlantide continue de garder pour elle ses mystères et les joueurs de leur courir après. Dans cet épisode le joueur incarne Howard Brooks, et devinez quoi… un continent disparu vous attend !

L’aventure au tournantRetour au sommaire
l-aventure-au-tournant
Le couple phare de notre aventure.
l-aventure-au-tournant
Les décors sont pour le moins luxueux.
Mai 1937 - Howard Brooks à la fenêtre du zeppelin Hindenburg regardait le ciel l’air nostalgique durant le voyage qui le ramenait de l’Allemagne vers son Amérique natale. Un choc parcourt l’engin, incident technique en vol. A peine sorti de sa rêverie deux hommes l’interpellent : « Howard Brooks ? » et l’assomment. Oui l’histoire de The secret of Atlantis commence sûrement un lundi. Plus mystérieux encore que cette agression, le seul homme à bord qui traîne encore dans les parages vous connaît et était même chargé à la fois de vous suivre et de veuillez sur vous. Plus encore qu’un incident, le zeppelin à faire l’objet d’un sabotage et vous d’une agression. Votre inconnu d’ange gardien à la tête de mafieux vous renseigne : des hommes en veulent à un objet que vous a laissé votre père. Qu’est ce qui est le plus horrible ? De se faire agresser pour une raison qui vous échappe, ou que des gens surveillent en secret votre personne et ses mêmes agresseurs ? Vous Howard Brooks, encore quelques minutes auparavant simple ingénieur aéronautique, vous retrouvez au centre d’une lutte jusqu’alors invisible.

Atlantis V utilise la même interface que ses prédécesseurs à savoir du point & click en écran panoramiques avec vue rotative à 360°. On y trouve six protagonistes parmi une foule de 30 personnages secondaires. Le tout fleure bon la bande dessinée, et ceux qui se sont essayé à la démo ont eu le loisir d’apprécier les petites « mini-cinématiques » comme disent les développeurs, à savoir que lorsque le joueur fait une action à l’écran qui débloque une énigme, celle-ci est mise en scène façon comics dans une petite fenêtre au centre de l’écran. Cette référence aux comics n’est pas esseulée dans l’histoire puisque les dialogue eux même apparaissent à l’écran sous forme de bulle, tandis qu’une vignette représente le personnage qui parle, des personnages aux caractères comme le veux l’époque, car fidèle à la tradition, cet Atlantis permet au joueur de chercher l’Atlantide dans un nouveau contexte spatio-temporel.


Entre réel et fictionRetour au sommaire
entre-reel-fiction
Le salon du zeppelin.
entre-reel-fiction
Un réception somme toute ordinaire.
La série de jeux Atlantis a pris l’habitude de placer le joueur dans diverses peaux à diverses époques. Les vétérans de la série se souviennent avoir cherché l’Atlantide dans les temps anciens, en 2020, en 1904… cette fois-ci l’histoire s’inspire d’un univers moderne relativement proche, celui de l’Amérique des années 30. Petit chapeau, costume impeccable, on reconnaît au premier coup d’œil un homme de main. Le personnage féminin de cette aventure n’échappe pas elle non plus aux canons de l’époque avec sa haute stature coiffée d’un chapeau flottant, sa silhouette fine, ses robes longues, en bref un femme fatale, de celles qui changent une atmosphère en entrant dans un pièce, que l’on appelle madame et à qui l’on donne le baise-main. Inspiré d’une époque ce jeu étend aux décors le travail accompli sur les personnages.

Un peu à la manière d’un tour du monde en 80 jours, Howard Brooks va à bord du Hindenburg explorer le monde. Des hauteurs l’Empire State Building aux tripots chinois de Macao, en passant par le palais indien de Satyavrata ou encore par un temple Mésopotamien, notre homme va voir du pays. Pour retranscrire en jeu la puissance de ces lieux variés, les développeurs se sont contenté de reproduire la réalité en narrativisant le tout. La reproduction du zeppelin qui servira de support à votre voyage, l’Empire State Building lui même, tous les lieux existant de ce jeu sont de fidèles reproductions de la réalité.

Outre cet environnement réaliste, vous imaginez bien que ce jeu ne serait pas un Atlantis s’il ne comportait pas son lot de pouvoirs occultes et perdus dans le flot du temps. Ici l’aventure tourne autour d’un médaillon qu’Howard a en sa possession qui le conduira bien évidemment en Atlantide. Un jeu d’aventure qui ne surprend pas sur sa forme et qui devrait combler les amateurs du genre d’ici sa sortie dans quelques semaines. Réponse dans un test prochain.
entre-reel-fiction
Comment ça un bureau démesuré ?
entre-reel-fiction
Aaaaaaaah... Macao !
flechePublicité

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

flechePublicité
flechePublicité