flechePublicité
Publiée le 25/05/2010 à 00:05, par NatasFH

Partager cette actu

Lara Croft and the Guardian of Light

Nous sommes allés à la rencontre du prochain jeu mettant en scène la très en forme Lara Croft. Une fois n’est pas coutume, le gameplay de Lara Croft and the Guardian of Light change tout à ce qu’on connaît de la série Tomb Raider. Bien que vendu sur les plateformes de téléchargement des consoles HD et sur PC, le jeu a de sérieux arguments à faire valoir.

Tombée sur un osRetour au sommaire
tombee-os
image 1
Notre égérie du jeu vidéo se lance cette fois à la recherche d’un artefact mystique appelé le miroir de fumée. Il serait une porte entre notre monde et celui du chaos. Pourchassée par un mercenaire du nom de Vasco, lui et ses sbires sont bien décidés à voler le miroir pour mener à bien leurs sombres desseins. Et ils y parviennent ! Malheureusement, un esprit maléfique, Zealoth, s’échappe de l’objet, invoque des créatures démoniaques et décime la bande de vilains. Bien évidemment, Lara s’en sort sans même être décoiffée et elle tombe nez à nez avec Totec, la divinité Maya protectrice du miroir qui devait être aux toilettes pendant que n’importe qui s’appropriait la chose. Tous deux, ils se lancent dans une quête de sauvetage du monde face à Zealoth et ses hordes de monstres.

Donne-moi ta main...Retour au sommaire
donne-moi-ta-main
image 1
La coopération entre nos deux protagonistes est au centre du gameplay du jeu. Chacun dispose de moyens complémentaires pour résoudre les énigmes et puzzles ou encore pour traverser diverses difficultés comme des ravins infranchissables seuls. Lara use d’un grappin pour créer un pont de fortune que son divin camarade peut emprunter. Ensuite, c’est au tour de la belle de passer, Totec peut alors utiliser ses lances pour en planter plusieurs dans le mur, le long de la paroi, et ainsi créer des marches pour la demoiselle. Ou encore, il peut brandir son bouclier, Lara l’agripper avec sa ficelle et le musculeux Dieu l’aide à finir son saut en la tirant le long du mur en contrebas. Ce bouclier peut aussi renvoyer certaines attaques magiques ou servir de plateforme pour que Lara grimpe cers des hauteurs autrement inatteignables.

Pousser, tirer, appuyer, courirRetour au sommaire
pousser-tirer-appuyer-courir
image 1
Ceci n’est pas un programme d’aérobic. Il s’agit de quelques unes des actions qu’il faudra mettre à profit pour résoudre les nombreuses énigmes et puzzles du jeu. Leur difficulté augmente au fil des niveaux pour une progression fluide. Pourtant, il va falloir réfléchir et être observateur pour révéler tous les secrets du jeu. Une même énigme peut avoir deux solutions, dont une qui mène à une pièce secrète renfermant des bonus (artefacts, nouvelles armes...). Prendre en compte l’ensemble du décor et des possibilités de chaque personnage est donc primordial. On devra parfois enfoncer des dalles d’où surgissent des pointes acérées, tirer des leviers pendant que le second héros protège le premier, placer des boules de pierre sur des geysers de feu... Nous n’avons vu qu’un des premiers niveaux du jeu, mais la variété semble être rendez-vous, et ce, même en solo puisque le level design et les puzzles changent en jouant sans partenaire.

Tomb Raider : Hack & SlashRetour au sommaire
tomb-raider-hack-slash
image 1
Passons maintenant aux combats de ce Lara Croft and the Guardian of Light qui sont, eux aussi, un élément central du gameplay. Ici, nous avons quasiment affaire à un hack & slash façon Diablo. La vu en 3D isométrique (à 45°) renforce encore ce sentiment mais ce sont surtout la nervosité des combats et les hordes d’ennemis qui rappellent ce genre. Lara utilise tout l’arsenal de l’armée américaine (il était débloqué pour démo, mais pas si tôt dans le jeu normalement) de ses célèbres deux flingues, deux 44 Magnum, un M4, un lance-grenades, un lance-flammes, fusil à pompe... Une vraie petite G.I. Jane notre bimbo. Quant à Totec c’est pareil : en tant que divinité il apprend vite et Lara lui montre donc comment se servir d’un flingue. Il a aussi son bouclier et sa lance pour compléter son équipement. De plus, tous deux s’offrent des bombes à déclencher à volonté. Le joueur la pose au sol, sa zone d’effet apparaît et vous appuyez sur le bouton à volonté. De quoi mettre hors circuit les vagues de monstres qui vous harassent de toutes parts.

On l'a tripoté !Retour au sommaire
on-tripote
image 1
Dans son immense mansuétude, Crystal Dynamics nous a permis de jouer quelques instants à son nouveau titre. La prise en mains est excellente, instinctive, pensée pour l’action et la rapidité d’exécution. Les développeurs ont souhaité éviter les menus lourds et hachant littéralement le déroulement du jeu. Même constat pour ce qui est des passages orientés plateforme : les contrôles sont simples, précis, efficaces. En ce qui concerne la durée de vie, on nous promet 6 heures de jeu en allant tout droit et une dizaine en résolvant tous les puzzles, objets cachés et autres mystères du jeu. En plus des succès habituels de la Xbox 360 (version sur laquelle nous avons assisté à la démonstration), le jeu propose des objectifs supplémentaires à chaque niveau pour les amateurs de scores : remporter tant de points, battre tel temps, trouver tant d’artefacts. La rejouabilité devrait donc être au rendez-vous.

Le mot de la faimRetour au sommaire
mot-faim
image 1
Après ce premier contact, nous voilà plus qu’affamé de goûter aux nouvelles aventures de Lara Croft. Bien que distribué en ligne uniquement, le jeu n’a pas à rougir de ses grands frères disposant d’un support physique. Beau, fluide, détaillé, précis, même avec une version non finalisée, on a la un excellent produit. Qui plus est, son mode de distribution lui attribue un petit prix (environ 1200 points Microsoft, soit une douzaine d’euros). Lara Croft subit donc un lifting alléchant, séduisant et qu’il nous tarde de tester plus avant lors de sa sortie à la fin de l’été qui s’annonce (gris).
flechePublicité

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

flechePublicité
flechePublicité