flechePublicité

Test X3 : Reunion (PC) : 7/10 sur JeuxVideo.fr

Sortie le 17 Février 2006 sur PC , Sortie Printemps 2006 sur Xbox

Les +

  • Univers d'une incroyable richesse
  • Variété des situations, des « carrières »
  • Superbe réalisation (hors cinématiques)
  • Durée de vie faramineuse

Les -

  • Peu de nouveautés
  • Prise en main vraiment ardue
  • Combats en retrait, impression de vide
La note de jeuxvideo.fr
7.0
bon
La note des internautes
8.6

(13 votes)
Donner votre avis
Publiée le 22/02/2006 à 18:02, par Nerces

Partager ce test

X3 : la Reunion fait-elle la force ?

Deux ans que nous avions perdu la trace de Julian Garda, mais alors qu'Elite 4 refait timidement parler de lui, EgoSoft lance le troisième volet de la saga X... Après la menace, voici la réunion !

X3 : Reunion
Depuis des années que David Braben promet son Elite 4, de nombreux amateurs ont fini par perdre patience et se sont tournés vers la série X de l'Allemand EgoSoft. Initiée en 1999 par X : Beyond The Frontier, la saga galactique n'a toutefois connu un véritable envol qu'en 2003 avec la sortie outre-Rhin de X2 : The Threat. Mélange de simulation spatiale, de combats et de gestion, ce titre avait su convaincre grâce à la profondeur de son univers et une durée de vie exceptionnelle. Hélas, cette richesse de jeu était gâchée par une ergonomie tout simplement dramatique et une prise en main délicate. La question est donc de savoir si EgoSoft est parvenu à corriger ces défauts avec le nouvel opus de la série, X3 : Reunion.

Un titre qui n'a d'X que le nom...


Rangez vos accessoires et arrêtez de sautiller bêtement devant l'écran : même si la réalisation du jeu est plutôt sexy, ce X n'est en rien réservé aux adultes, enfin en tout cas pas dans le sens où vous l'entendez, coquins que vous êtes ! Chez EgoSoft on fait plutôt dans la gestion spatiale mâtinée de combats et X3 : Reunion est à ce titre le digne successeur de X2 : The Threat. Il devait même à l'origine n'être qu'une extension, mais compte tenu des progrès réalisés par le développeur, ce dernier a décidé d'en faire une suite à part entière. Nous y incarnons d'ailleurs le même personnage, Julian Garda, qui, rentré dans le droit chemin, a décidé de reprendre le nom de son père, l'illustre Kyle Brennan. Tout cela, nous l'apprenons grâce à une séquence d'introduction à la qualité plus que douteuse, mais qui n'a pas vraiment d'importance.

X3 : Reunion
X3 : Reunion
X3 : Reunion

Tout simplement catastrophiques, les cinématiques sont heureusement peu nombreuses !

Cette première vidéo est au niveau de toutes celles qui suivront : moche, pixélisée et dotée d'un doublage français tout simplement ridicule. Heureusement, nous l'avons dit, ces séquences n'ont que très peu d’importance. X3 : Reunion n'est pas une sorte d'aventure spatiale, mais un jeu multigenre qui se rapproche de l'ancêtre Elite. EgoSoft a conçu un univers tout simplement énorme fait de plusieurs dizaines de secteurs reliés entre eux par des portails et dirigés par différentes factions (Borons, Paranids, Splits, Xenons...). De manière schématique, le but du joueur est de faire son trou au milieu de tout ce petit monde en essayant de ménager les susceptibilités. Il faut effectivement savoir que des relations que l'on entretient avec les diverses factions, dépendent nos possibilités d'action.

X3 : Reunion
En début de partie, même au niveau de difficulté le plus faible, Julian ne connaît qu'une poignée de systèmes. La première mission du jeu tient plus du didacticiel orienté combats que d'autre chose, mais ensuite, il faut endosser l'uniforme d'explorateur. En arpentant les premiers secteurs, on découvre rapidement quelques portails (trois ou quatre par secteurs au maximum) qui sont autant de points d’accès vers de nouveaux systèmes. On peut alors commencer à dessiner une petite carte de l'univers imaginé par EgoSoft et dresser ses premiers « plans de bataille ». La seconde mission du scénario principal nous demande de rejoindre le système Légende Farnham, mais rien ne presse et il est tout à fait possible, voire conseillé, de laisser cette mission en attente le temps de se faire la main.

Selon son importance, un secteur dispose de plus ou moins d'installations et selon la faction qui le contrôle, les vaisseaux qui s'y trouvent nous sont plus ou moins hostiles. C'est ici que les relations avec les différents clans ont leur importance. Impossible effectivement de commercer ou d'acheter du matériel chez une faction ennemie. De la même manière, on évitera de massacrer les navires marchands d'un clan avec lequel on a de bonnes relations... à moins bien sûr d'entreprendre une carrière de pirate de l'espace ! Pas totale, cette liberté d'action est cependant très importante et le joueur peut en fait très rapidement embrasser plusieurs carrières. Nous l'avons dit, il est possible de devenir pirate de l'espace, mais cette profession particulièrement risquée n'est pas à la portée des débutants.

X3 : Reunion
X3 : Reunion
X3 : Reunion

Les combats apportent une dimension supplémentaires au jeu, mais ils ne sont pas au niveau d'un Starlance attention.


... à ne cependant pas mettre entre toutes les mains !


Ces derniers préféreront sans doute démarrer avec la tranquillité d'une carrière de marchand et ça tombe plutôt bien puisque le « [logiciel:124628 QuickStart] » du jeu (partie en niveau facile) nous donne le contrôle de deux vaisseaux : l'Argon Buster de Julian est un engin de combat, mais l'Argon Mercury est un bon petit vaisseau de commerce. Plutôt lent, il est doté d'une chouette capacité de transport et permet donc, une fois quelques secteurs découverts et analysés, de tirer partie des meilleures routes commerciales. Après quelques heures de jeu et plusieurs milliers de crédits engrangés, on peut alors se tourner vers d'autres activités. Des missions sont régulièrement disponibles dans les diverses stations de l'univers et cela va du simple transport de marchandises à celui de messagers en passant bien sûr par le chasseur de primes.

X3 : Reunion
Cette dernière profession nécessite cependant d'avoir une licence qui est bien sûr propre à chaque faction. Pour obtenir une licence, il faut avoir de bonnes relations avec la faction en question et on comprend alors que tout est lié sur X3. De bonnes relations sont également nécessaires pour avoir le droit d'acheter vaisseaux et armements indispensables pour l'exercice du métier de chasseur de primes. En attendant d'obtenir le précieux sésame, on continue donc sa carrière de marchand. Durant les premières heures de jeu, cet exercice est d'ailleurs assez frustrant. Le premier transport n'est pas très grand, l'ordinateur de bord n'a que des fonctions très basiques et il faut donc procéder à de nombreux voyages assez fastidieux pour accumuler les précieux crédits.

Quelques joueurs accomplis prodiguent d'ailleurs moult conseils sur Internet afin d'optimiser ces déplacements et éviter de perdre trop de temps. Il faut toutefois savoir que X3 n'est pas destiné aux joueurs pressés. On passe de nombreuses heures à voyager et même si l'indispensable fonction d'accélération du temps rend de fiers services, le rythme de la partie reste très tranquille. Cela nous laisse d'ailleurs le loisir d'apprécier les mécanismes économiques qui régissent l'univers de X3. Rien de bien compliqué, mais chaque système dispose d'une certaine population et de différents centres de production. On peut alors commencer à repérer les denrées les plus sensibles des secteurs pour les acheminer et en tirer le meilleur prix.

X3 : Reunion
X3 : Reunion
X3 : Reunion

Après d'innombrables heures de jeu, quelle joie de garer Mammouth et Colosse côte à côte ou de construire une chtite centrale !

Plus tard dans le jeu, il est tout à fait possible que ces routes très profitables le soient moins : à force de livrer des quantités toujours plus importantes, le produit n'est plus si rare et son cours s'effondre fort logiquement. L'étape suivante pour le joueur est alors de prendre la casquette d'entrepreneur. X3 nous permet comme son prédécesseur de construire de multiples centrales, usines ou fermes afin de gérer tout ou partie de la production. Ces véritables stations spatiales coûtent évidemment horriblement cher (la plus petite vaut bien trois fois le prix de votre Argon Buster), d'autant qu'il faut louer les services d'un énorme vaisseau capable d'acheminer le joujou sur le site choisi. Ensuite, il faut assurer l'approvisionnement de ladite station (énergie et nourriture pour une ferme par exemple) et jouer sur les prix de la production pour devenir, par exemple, un véritable magnat de l'agro-alimentaire.

X3 : Reunion
Tout cela semble bien loin des préoccupations spatiales du début d'article, mais X3 est ainsi fait : c'est un jeu qui permet de faire à peu près ce que l'on veut dans un univers gigantesque. Voyage, combats, commerce, exploitation minière, gestion commerciale, on n'a que l'embarras du choix. Mais, car il y a un « mais », les habitués ne verront sans doute pas trop la différence avec X2 et la raison est désarmante de simplicité : il n'y en a pas. Sur le fond, X3 : Reunion n'apporte pas grand-chose et c'est en fait sur la forme que les développeurs se sont concentrés. Ils ont par exemple tenté de trouver une solution au plus gros défaut de X2 : son ergonomie. Hélas et malgré l'utilisation systématique de la souris dans les menus, le résultat n'est pas encore à la hauteur du formidable potentiel du jeu.

On doit encore passer de menu en menu pour donner un petit ordre à son navire marchand et quelques raccourcis clavier permettent encore de gagner un temps non négligeable. De la même manière, le nombre de systèmes, de vaisseaux ou de factions ne change rien à l'affaire : on se sent un peu seul dans cet univers et ce n'est pas le manque de missions dans les stations qui arrange les choses. Malgré ses douze ans, Elite 3 fait mieux ! Ces défauts ne doivent toutefois pas devenir l'arbre qui cache la forêt. X3 est un jeu immense qui donne une incroyable sensation de liberté et la très belle réalisation (exception faite des cinématiques) n'y est pas étrangère : les vaisseaux sont superbes, les planètes magnifiques et les effets de lumières meublent intelligemment l'espace. Il faut une belle machine pour en profiter (2,4 GHz, 768 Mo en RAM, 128 Mo en vidéo), mais le jeu en vaut la chandelle.

Conclusion


Très proche de son prédécesseur X2 : The Threat, le nouveau titre d'EgoSoft souffre plus ou moins des mêmes défauts. L'interface, malgré les indiscutables progrès, est encore largement perfectible. L'impression de solitude est encore au rendez-vous et la prise en main de ce titre particulièrement touffu nécessite un investissement certain de la part du joueur. Si nous n'avons plus vraiment l'habitude de potasser le manuel avant de lancer un jeu, il faudra faire une exception pour profiter du formidable potentiel de X3 : Reunion. Il faut prendre le temps de comprendre les différents mécanismes un à un et ne surtout pas tenter de brûler les étapes. La récompense est à la hauteur de l'investissement puisque la durée de vie du jeu est tout simplement faramineuse.

Pas tout à fait dans la veine des ancêtres que sont Elite ou Privateer, X3 : Reunion insiste moins sur l'aspect combats spatiaux et l'intelligence artificielle des adversaires n'est d'ailleurs pas au niveau. Il propose en revanche un monde nettement plus riche, nettement plus complexe et offre d'incroyables possibilités en matière de commerce ou de gestion. Malgré les faibles nouveautés qu'il apporte, X3 : Reunion est un achat qui s’impose pour tous les amateurs de X2 : The Threat. En revanche, il est plus délicat de le conseiller aux amateurs de Privateer qui risquent bien de regretter le manque d'action du jeu d'EgoSoft. Un de ces titres à tester avant d'arrêter son choix.


N'oubliez pas de jeter un oeil à nos deux vidéos exclusives pour avoir un aperçu de quelques-uns des éléments du jeu : les premières minutes d'une partie et une inoffensive attaque de pirates.
  • [video:1554 Télécharger nos deux vidéos exclusives de X3 : Reunion]


Ce jeu vous intéresse ? Retrouvez-le dans le
gif : petite Flèche orange
Comparer les prix de X3 : Reunion

X3 : Reunion
X3 : Reunion
X3 : Reunion
X3 : Reunion
X3 : Reunion
X3 : Reunion
X3 : Reunion
X3 : Reunion
X3 : Reunion
X3 : Reunion
X3 : Reunion
X3 : Reunion

Pour finir et pour « récompenser » ceux qui regardent l'article jusqu'au bout, voici un aperçu de ce que donne X3 Reunion en bi-écran : sympa quand les développeurs tirent parti de ce genre de résolutions !

X3 : Reunion
X3 : Reunion
X3 : Reunion
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.6
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Diaben
Très bon
Difficile d'accès au départ, ce jeux se révèle etre un veritable petit bijou dans son style. Axé: Combat, commerce, construction. Autant le dire tout de suite, le scénario est plutot "accessoire", un peu comme un Morrowind ou Oblivion, on peu le metre de coté qd on veux... Les cinématique, sont a oublier le plus vite possible, elles sont heureusement peu nbreuse. Grap suite ...
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui / non
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : silverdiver
Bof
Super lent... J'avais envie de m'investir dans ce jeu, mais sa lenteur m'a découragé ... ça rame avec p4 3,6 GHz couplé à une 7800GTX !!!!!
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui / non
flechePublicité

Idées cadeaux JV

Partenaires Jeuxvideo.fr

Tests

Partenaires Jeuxvideo.fr

flechePublicité

Micromania

>Les meilleures offres jeux vidéo

flechePublicité