flechePublicité

Test Woodruff et le Schnibble d'Azimuth (PC) : 8/10 sur JeuxVideo.fr

Sortie 1994 sur PC
Publiée le 26/06/2006 à 00:06, par BaMargera

Partager ce test

Test de Woodruff et le Schnibble d'Azimuth

Ce test vous est proposé par JeuxVideoPC.com en partenariat avec www.GameTrip.net, le lieu de rendez-vous incontournable de tous les gamers nostalgiques et de tous ceux qui veulent (re)découvrir les grands hits de l'histoire des jeux vidéo. Un jeu d’aventure oldie, tendance point’n’click, c’est déjà fun. Mais rajoutez de l’humour encore plus pourri que dans les meilleurs épisodes de Lucas Arts, et vous obtiendrez le scénario et le concept de ce Woodruff et le Shnibble d’Azimuth, un nom qui en dit long sur le contenu. Cette fresque de Sierra reste vraiment, malgré le poids des années, un délire qui n’a pas vieilli.

Moi, mon ours, et le ShnibbleRetour au sommaire
L’histoire est tout aussi idiote que le reste du jeu. Vous êtes Woodruff, une sorte d’alien avec une tête bizarre, proche du graphisme de la série des Gobliiins ou de Adi, chez Cocktel. Votre père, le professeur Azimuth, a été kidnappé dans une séquence d’intro très drôle, et vous avez envoyé un poil dans le futur. Malheureusement, et vous le découvrirez en écoutant les dialogues crétins et l’allure de gamin de notre héros tout rose, votre corps d’adulte héberge un cerveau d’enfant de cinq ans. Sous-développé et amnésique depuis ce voyage dans le temps, Woodruff ne se souviendra que de l’ours en peluche assasiné par les ravisseurs de son père, ainsi que du mot : Shnibble. Inutile d'ouvrir un dictionnaire : ce mot inventé est vraiment... inventé. Bref, vous êtes désormais dans une terrible société, orphelin, à la recherche de votre père et du sens de la vie... enfin, de celui du mot Shnibble, surtout.

Les Bouzouks sont parmis nousRetour au sommaire
Encore un mot crétin. Peut-être une référence au capitaine Haddock ? Quoi qu'il en soit, ce petit nom rigolo est celui qui est donné à l’espèce résidant sur la planète où évoluera le jeune Woodruff. Dans une série de décors superbement réalisés par l’artiste Patrick A. Dumas, où se mêleront aventure épique et réflexions intenses, vous allez jouer à la manière d’un point’n’click banal, un poil plus complexe que les autres. En effet, le défaut principal du jeu réside dans la complexité des énigmes, basées sur l’humour décalé et tordu de l’auteur. La nécéssité d’avoir la solution du jeu sous les yeux réduit un peu le fun et la durée de vie, qui reste tout de même très longue, comme tout beau jeu d’aventure. Pour le reste, ne vous en faites pas : c’est beau, même très beau, dans un univers post-apocalyptique où la seule race à avoir survécue aux guerres atomiques sont les Bouzouks. De quoi vous mettre l’eau à la bouche, non ?

Difficile de trouver quelque chose qui puisse égaler la débilité profonde de ce soft. En matière de point & click, il est possible d'aller voir du côté de la gamme Sierra (King's Quest, Gobliins) ou Lucas Arts (Indiana Jones, Monkey Island...). Mais pour l’humour déjanté, difficile de faire mieux.

Woodruff et le Schnibble d'Azimuth est donc un jeu à découvrir ou redécouvrir sans tarder, avec son décor fantaisiste réalisé par un artiste de talent et surtout son humour déjanté, qui ne devrait pas vous laisser indifférent.

Un humour déjanté mais un poil trop présent, et un gameplay aventure-point’n’click qui ravira les fans.
flechePublicité

Idées cadeaux JV

Partenaires Jeuxvideo.fr

Tests

Moebius : Empire Rising

Moebius : Empire Rising

Pour tous joueurs | PC , Mac

Partenaires Jeuxvideo.fr

flechePublicité

Micromania

>Les meilleures offres jeux vidéo

flechePublicité