flechePublicité

Test Theme Hospital (PC) : 7/10 sur JeuxVideo.fr

Sortie le 31 Janvier 2008 sur PS3 Sortie le 07 Avril 2008 sur Playstation 1 , Sortie 1997 sur PC

Les +

  • Un humour déjanté.
  • Une prise en main immédiate.
  • Un gameplay simple et efficace.
  • Le nombre de paramètres à gérer.
  • La difficulté croissante est bien calibrée.
  • Les bruitages.

Les -

  • Les nombreux bugs.
  • L'aspect lassant du jeu de gestion.
  • La musique répétitive.
La note de jeuxvideo.fr
7.0
bon
Niveau d'attente
des lecteurs de Jeuxvideo.fr
Elevé
(Attendu par 100% des lecteurs)
(7 votes)
Attendez-vous ce jeu ?
Voulez-vous discuter de Theme Hospital sur le forum ?
Il vous suffit juste de cliquez sur le bouton ci-dessous pour créer votre sujet !
Publiée le 22/08/2006 à 00:08, par Fabio

Partager ce test

Test de Theme Hospital

Si il y avait un panthéon des jeux de gestion, Thème Hospital y figurerait sans aucun problème. De la gestion hospitalière, il fallait y penser ! Très loin d’une austérité quelconque, cette création laisse derrière elle le souvenir impérissable d’un jeu ludique et prenant. Cynique et doté d’un amour déjanté, Thème Hospital est de la même veine que Thème Park, sorti quelques années plus tôt. Un point commun entre ces deux opus : la patte de Peter Molyneux, fondateur du studio Bullfrog. Le fantasque anglais a parfaitement réussi son pari, et dix ans après, Thème Hospital continue de faire des émules dans le cœur des joueurs de 7 à 77 ans.

Un hôpital bien particulier…Retour au sommaire
un-hopital-bien-particulier
image 1
un-hopital-bien-particulier
image 2
un-hopital-bien-particulier
image 3
Le thème abordé est à priori plutôt grave. Soigner des patients, une noble et intéressante cause, mais pas forcément la chose la plus amusante qui soit ! Pourtant, dans les hôpitaux que vous aurez à gérer, il n’y aura rien ou presque qui fera penser à quelques graves maladies dont notre société est la victime aujourd’hui. Ici, les symptômes sont complètement délirants : L’ encéphalantiasis est une maladie dont le symptôme est une tête énorme ; L’hyperlangue, une langue disproportionnée ; le syndrome du King, une schizophrénie aux accents rock’n’roll ; rajoutez à ça le syndrome d’invisibilité et on en passe des vertes et des pas mûres…
Mais aux grands mots les grands remèdes ! Il faudra développer des machines bien particulières pour soigner des maladies aussi farfelues. Pour l’hyperlangue, on se servira d'une bonne vieille machine à couper, adaptée aux excès muqueux ; pour l’encéphalantiasis, rien de tel qu’une machine à gonfler/dégonfler le crâne. Les animations sont aussi cocasses que joliment réalisées. Toutes les maladies ne nécessitent pas obligatoirement des traitements aussi lourds, et parfois les médicaments suffisent (invisibilité, courante, etc).

Thème Hospital compte 12 tableaux, ou niveaux, à « résoudre ». Dans chacun d'eux, vous hériterez d’un local. A vous de l’aménager selon votre bon vouloir en y installant les différentes salles de diagnostic, de traitement, de repos mais aussi des bancs, des distributeurs de boissons fraîches ou même des plantes. Chaque niveau comporte une série d'objectifs à remplir, de difficulté croissante. Ces objectifs peuvent être d’ordre financier (valeur de l’hôpital), d’ordre médical (guérir un certain nombre de patient) ou encore, d’ordre politique (avoir une certaine réputation et influence). Dès lors que vos objectifs sont atteints, les pouvoirs publics vous proposeront un autre challenge, dans un autre hôpital et avec tous les moyens qui vont avec.
De même, au fur et à mesure de votre progression dans le jeu, vous vous verrez garni de nouvelles installations, de plus en plus perfectionnées. Ceci va de pair avec les nouveaux symptômes. Ces découvertes renouvellent l’intérêt du titre à chaque nouveau tableau, où on attend avec impatience de nouveaux cas insolites à traiter.

L’humour de Peter Molyneux est bien présent mais quid du cynisme ? Il se situe principalement dans le but inavoué de vos missions : faire le plus d’argent possible, tout comme dans Thème Park. Pas forcément politiquement correct pour un service public non ? Tout doit donc donner l’illusion que vous êtes le meilleur, et posséder une bonne réputation est un des critères d’accessibilité à un niveau supérieur. Il ne faudra par exemple par hésiter à cacher à tous que votre hôpital est accablée d’une épidémie…


Gérer un hôpital, pas une mince affaire !Retour au sommaire
gerer-hopital-pas-mince-affaire
image 1
gerer-hopital-pas-mince-affaire
image 2
gerer-hopital-pas-mince-affaire
image 3
La liste des éléments à gérer est immense ! Entamons les présentations avec la gestion délicate du personnel. En vrai DRH, vous devrez embaucher votre personnel sur des critères de performance et de salaire, et veillez au grain qu’ils ne baissent pas le pied pour assurer des fins de mois bien garnies. Votre équipe comportera donc des médecins (généralistes, chirurgiens, chercheurs et psychiatres), des agents de nettoyage, des infirmières et même des réceptionnistes. Vous pourrez par exemple, former vos internes pour les tirer vers les cimes du savoir, ce qui vous coûtera toujours moins cher qu’embaucher un médecin déjà trop aguerri.
Autre soucis : les comptes financiers, qu’il faudra attentivement surveiller. Ne pas hésiter par exemple, à faire des prêts pour vous payer les dernières machines à la mode. Thème Hospital regorge d’ailleurs d’installations, que vous découvrirez tout au long de l’aventure (notamment via la recherche). Des salles qui devront être grandes et bien éclairées pour garantir le moral des troupes. Mais ceci n’est qu’un petit bout de la clé du succès, et il vous faudra veiller personnellement à ce que vos patients n’aient ni trop froid, ni trop chaud, qu’ils soient traités rapidement, qu’ils aient de quoi se désaltérer, qu’ils puissent aller aux toilettes, que l’hôpital soit propre et fleuri, que les machines restent en bon état, etc.

Vos aventures seront en plus pimentées de petits défis imprévus qui mettront à mal votre sens pourtant avancé de la gestion. Par exemple, vous devrez parfois accueillir une salve de patients qui nécessitent des soins très urgents ; au bout, une belle prime ! Même chose avec les épidémies, qui frappent au moment où on s’y attend le moins (notamment si il y a des rats dans votre hôpital). A vous de voir si vous désirez la déclarer ou si vous préférez régler ça en interne. Encore pire avec les tremblements de terre qui détruiront vos installations, ou le dysfonctionnement de la chaudière qui mettra tout votre personnel sur les nerfs. Dans tous les cas, il faudra faire mine que tout va bien lors des visites de personnalité. En cas d’avis favorable, c’est une prime et une bond de votre réputation.
Renom, valeur de l’établissement, patients guéris et décédés, votre palmarès sera visible chaque 31 décembre. Un bon indicateur pour observer l’influence que vous avez face aux autres établissements.


Une réalisation efficaceRetour au sommaire
une-realisation-efficace
image 1
une-realisation-efficace
image 2
Thème Hospital reprend la même recette que Thème Park, à savoir une prise en main facile et un plaisir immédiat. Ceci passe d’abord par une interface épurée et intuitive. Seul traîne un bandeau dans le bas de l’écran divisé en onglets. Ceux-ci concernent différents secteurs de votre hôpital (statistiques, crédits alloués à la recherche, recrutement/licenciement du personnel, prêts, aménagements et constructions…). Les graphismes pourraient bénéficier des mêmes adjectifs ; ils sont certes assez grossiers mais la palette de couleurs et le design plutôt enfantin éclaircissent nettement le tableau général. Par rapport à Thème Park, sorti 3 ans plus tôt, vous vous apercevrez que Thème Hospital a très bien vieilli.

La bande son alterne le meilleur et le pire. Les musiques sont répétitives et vous rendront sans doute vite malade. Les bruitages par contre sont très réussis : la chasse d’eau dans les toilettes, la déglutition des médicaments ou les horribles bruits des vomissements - visuellement impressionnants quand vos patients se passent le mot - ou encore les annonces de la réception, également corsées à l’image du mythique « les patients sont priés de ne pas mourir dans les couloirs ».
La durée de vie du soft est assez conséquente et l’éternel recommencement à chaque niveau se diversifie par l’arrivée de nouvelles maladies, machines et challenges. Gardons tout de même à l’esprit que Thème Hospital est un jeu de gestion de bientôt 10 ans, ne vous attendez donc pas à un gameplay très diversifié à chaque mission. Thème Hospital aurait mérité une excellente note si le tableau n’était pas entaché d’un problème récurrent : les bugs, et en particulier les retours windows. Sauvegarder très fréquemment est donc un antidote indispensable pour ne pas tout recommencer…Mais n’attendez plus et aller télécharger le jeu chez notre partenaire de l’abandonware, le jeu est gratuit !


Thème Hospital est un jeu des meilleurs de gestion de la décennie. Une prise en main rapide, une gameplay efficace, un humour déjanté, autant d’ingrédients qui ont fait du bébé de Peter Molyneux un indispensable, encore aujourd’hui en 2006.
flechePublicité

Idées cadeaux JV

Partenaires Jeuxvideo.fr

Tests

Partenaires Jeuxvideo.fr

flechePublicité

Micromania

>Les meilleures offres jeux vidéo

flechePublicité