flechePublicité

Test TERA : Rising (PC) : 0/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 03 Mai 2012 , PC
Publiée le 04/05/2012 à 00:05, par Yse

Test de TERA : The Exiled Realm of Arborea

Voilà plus d’un an que TERA a été lancé en Corée et qu’il flirte sur le podium des MMO les plus appréciés aux côtés d’Aion et de Lineage II. Si aucun MMORPG coréen n’a réussi à séduire les joueurs d’occident, BlueHole Studio compte tout de même tenter sa chance en nous servant une version légèrement modifiée de TERA. Pour autant mérite-t-il de nous voir dépenser nos précieux deniers chaque mois ou est-il plus judicieux d’attendre les productions occidentales ? Réponse dans ce test.

OccidentalisationRetour au sommaire
occidentalisation
image 1
Comme tout bon MMO, TERA emprunte beaucoup de mécaniques déjà éprouvées afin de ne pas troubler ses joueurs. Avant de commencer, il va donc falloir créer un personnage de toutes pièces en commençant par choisir sa race. Humains, elfes, amans (sortes d’hommes-dragon), poporis (hommes-bestiole), castanics (elfes à cornes), barakas, et elins (fillettes sorties d’animes japonais) offrent un large éventail de choix. Chaque race à de plus accès à la totalité des classes, le choix est donc plus esthétique que pratique, chacune disposant également de capacités raciales actives et passives de moindre impact. Les classes font quant à elle preuve d’un peu plus d’originalité. On retrouve toutefois du classique, comme les prêtres, les archers, les sorciers ou encore les guerriers. Les pourfendeurs, berzerkers, lanciers et mystiques s’avèrent quant à eux moins commun. Huit classes donc qui permettent de couvrir à peu près tous les types de gameplay. Dommage toutefois que les classes de corps à corps soient si représentées, et qu’il n’existe pas d’alternative aux lanciers et aux sorciers pour les joueurs désireux de tanker ou d’utiliser la magie noire d’une autre façon. Un petit tour dans le tutorial avec chacune d’entre elles nous aura permis de constater qu’elles disposent toutes d’une prise en main très différente grâce à des mécaniques originales pour chacune. L’archer, par exemple, doit à tout prix garder ses distances avec l’ennemi tandis que le lancier cherchera le contact en ayant recourt à des charges, des coups étourdissants et autres enchainements au corps à corps. Le mystique quant à lui allie savamment sorts d’attaques et de défense tout en s’aidant d’un compagnon de combat pour éponger quelques coups de temps à autres. En bref, les classes de TERA s’avèrent toutes très intéressantes à jouer, mais auraient facilement pu gagner en diversité. Enfin, les possibilités de personnalisation de notre avatar sont plus variées que sur moult MMO, mais restent bien loin de ce qu’offre le créateur de personnage d’Aion.

N/A
image 1
Nous avions déjà eu l’occasion de voir TERA à plusieurs reprises. Lors de sa présentation ainsi que sur la plupart de ses weekends de bêta ouverte. A chaque nouvelle apparition, le jeu évoluait, supprimant petit à petit les aspects que seuls les joueurs coréens étaient à même d’apprécier. A titre d’exemple, les boutiques personnelles ne sont plus présentes dans la version finale, laissant place à l’Hotel des Ventes, centre économique de tout MMO occidental qui se respecte. De la même façon, de nombreuses quêtes sont venues étoffer l’univers de TERA, nous permettant de passer du niveau 1 à 60 sans jamais avoir à basher du monstre. Enfin ça, c’est ce que le jeu cherche à nous faire croire. Parce que des monstres, on va tous en basher des milliers avant de voir le bout de notre phase de leveling. Et pourtant, on n’a jamais pris autant de plaisir à grinder. D’une part parce que tous ces pauvres mobs tués contribuent à l’avancement des quêtes tout en nous assurant d’obtenir un équipement de plus en plus puissant. D’autre part parce que le système de combat est tout simplement génial pour ne pas dire révolutionnaire. De fait, TERA n’est pas à proprement parler un MMORPG mais plutôt un MMO Action-RPG. Les combats nous obligent donc à placer nos coups en veillant à viser parfaitement l’ennemi (notamment avec les sorts et les coups à distance), ou encore à lever notre bouclier au bon moment lorsque l’on incarne un lancier. Les soigneurs quant à eux devront verrouiller les cibles qu’ils désirent soigner et se placer de façon ingénieuse dans le cas où ils désirent lancer des sorts à zones d’effet. De la même façon, les classes à dégâts doivent faire constamment attention à ne pas se prendre les baffes des monstres les plus dangereux : comme nous, les monstres et boss doivent cibler, il est alors possible d’éviter les coups, ou encore de se les prendre involontairement. Et peu importe votre de classe ou de prise en main (TERA se joue aussi bien à la manette qu’au clavier/souris), le système est facile à appréhender, que l’on soit un néophyte des MMO ou un joueur chevronné. Mais si le système de combat s’avère très intéressant, un minimum de recul nous permet de voir à quel point les quêtes manquent d’originalité et se résument à tuer tels bestioles, rapporter tant d’objets ou aller parler à machin à l’autre bout du monde. Sur ce point, autant dire World of Warcraft est l’un des rares MMO à proposer une certaine diversité.

Le bashing intelligentRetour au sommaire
bashing-intelligent
image 1
Ces quelques jours passés sur les serveurs de TERA ont eu le mérite de nous révéler quelques points cruciaux du jeu. L’économie pour commencer semble particulièrement stable, les prix pratiqués étant tout à fait honnêtes pour la première semaine du lancement. Au niveau des artisanats, tout est classique à souhait, les joueurs occidentaux ne seront pas perdus. Les guildes disposent de toutes les options nécessaires pour se faire connaître, à savoir un système de montée en niveau grâce à des quêtes effectuables partout dans le monde et donc accessibles à tous les niveaux. Un onglet en jeu permet même de recenser les guildes du serveur, dans lequel on peut également voir par combien de joueur tel guilde à été recommandée ainsi que diverses informations concernant le recrutement. Il est également possible de se lancer dans des batailles GvG (Guild vs Guild) afin de montrer qui à la plus grosse. Parce que oui, comme tout MMO qui se respecte, le joueur contre joueur est de la partie… pour peu que vous vous trouviez sur un serveur JcJ. Si vous choisissez de faire carrière sur un serveur JcE, votre seul moyen de planter votre hache dans le fondement d’un autre joueur sera de recourir aux guerres de guildes. En effet, TERA ne propose pas de champs de bataille instanciés pour l’instant. Une faute grave que les joueurs de serveur JcJ pourront pardonner tant les affrontements sur les zones de quêtes sont amusants, et surtout technique grâce à un système de combat favorisant notre maitrise du jeu à notre équipement. Et parlons-en de l’équipement, tant qu’on y est. Sur ce point, c’est la débandade totale. TERA est sans aucun doute le MMO proposant l’équipement le plus générique possible. Seulement trois types d’armure (tissu, cuir, plaque), divisée en trois parties (plastron, gants, jambières), rejoint par des armes propres à chaque classe (épées pour guerrier, claymore pour pourfendeur, bâton pour prêtre…), le jeu de BlueHole ne fait pas dans l’originalité. C’est d’autant plus vrai lorsque l’on se penche sur les statistiques desdits objets, toutes identiques mais disposant de valeurs différentes selon le niveau d’objet. Espérons que la tendance change à haut niveau, même s’il y a peu de chances que cela arrive. Et autant dire qu’un MMO avec un contenu HL (haut niveau) qui ne tient pas la route est un MMO

N/A
image 1
Outre son système de combat jouissif à souhait, TERA dispose d’un autre argument de taille : sa direction artistique. Les environnements, inspirés des thèmes les plus récurrents du médiéval-fantastique, sont remaniés de sorte à les rendre plus matures ou plus majestueux selon certaines zones. Les donjons, par exemple, fourmillent de détails, comme ce manoir infesté de vampires réunis autour de fontaines débordantes d’hémoglobine ou cette cathédrale flottante, bastion d’un sombre culte, se désagrégeant petit à petit dans le ciel. Les ennemis les plus colossaux héritent eux aussi d’un skin des plus léchés, à tel point que les combats contre ces mastodontes ne sont pas sans nous rappeler un certain Monster Hunter. Le tout repose sur un Unreal Engine 3 particulièrement bien mis à profit. Dommage toutefois que les textures affichent une si faible résolution lorsque l’on a le malheur de zoomer dessus. Comme dans la plupart des MMO coréen, la bande-son suit parfaitement l’action, que ce soit au niveau des bruits de hache s’écrasant sur une armure de plate ou au niveau des musiques d’ambiance, particulièrement marquantes et bien choisies. Les serveurs de leur côté n’affichent pas de surpopulation aux heures de pointes et adoptent un système de « canaux » permettant aux joueurs de se répartir intelligemment sur chaque zone de jeu, leur évitant ainsi de se marcher sur les pieds (ou de se faire camper).

Jusqu’à maintenant, aucun MMO venu de Corée n’a réussi à charmer le peuple occidental. TERA fait pourtant le choix de s’adapter à son nouveau public en proposant un jeu légèrement remanié en surface, mais identique en son for. Son système de combat jouissif, son identité visuelle et ses graphismes à couper le souffle ont vite fait de rattraper ses lacunes au niveau de l’équipement et des quêtes-tiroirs. De là à détrôner le géant blizzardien, il y a encore du chemin à faire. TERA reste cependant une excellente alternative aux MMO classiques et se pose comme le meilleur représentant du genre MMOARPG.

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.0
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
T.E.R.A J'ai jouer à la sortie coréenne et j'ai beaucoup aimé, entre monstre x hunter sur psp et mmo medieval/épique il est énorme sans oublier le graphisme sublime et les décors très réussit. Le jeu est énorme les cartes ne sont pas radin et on se sens vraiment dans l'univers du jeu. PS: certains disent que le controle du jeu est difficile à cause du viseur mais en réalité, suite ...
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Bof
flechePublicité

LES OFFRES

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité