flechePublicité

Test Silverfall : Earth Awakening (PC) : 7/10 sur JeuxVideo.fr PC

Sortie le 21 Février 2008 sur PC

Les +

  • Dualité nature / techno toujours de mise
  • Évolution libre du personnage
  • Réalisation originale et réussie

Les -

  • Artisanat à l'intérêt limité
  • Prise en main délicate pour les débutants
  • Rejouabilité limitée, campagne un peu courte
La note de jeuxvideo.fr
7.0
bon
La note des internautes
9.0

(4 votes)
Donner votre avis
Publiée le 08/03/2008 à 09:03, par Nerces

Partager ce test

Earth Awakening : Monte Cristo revient à Silverfall

Dix-huit mois après la sortie de Silverfall, Monte Cristo nous propose une suite en forme de super-extension afin, notamment, de revenir sur toutes les petites lacunes relevées par les joueurs.

Silverfall : Earth Awakening
Si Diablo II a, des années durant, complètement écrasé la concurrence, nous assistons depuis quelques mois à un revirement de tendance très net. Ainsi, divers studios se sont lancés avec plus ou moins de réussite dans le hack & slash et parmi eux, nous retrouvons les Français de Monte Cristo. Ils sont parvenus à convaincre pas mal de joueurs avec Silverfall, leur premier essai en la matière, mais d'évidents problèmes de finition ne leur avaient pas permis de faire un véritable carton. Un an et demi plus tard, ils reviennent avec Earth Awakening, une version très largement remaniée, qui doit tenir compte des différentes critiques et offrir un second souffle au jeu.

Il faut sauver Silverfall... encore !


Pas vraiment une suite, pas vraiment une extension, Silverfall : Earth Awakening est ce que les anglophones nomment un standalone, autrement dit un disque additionnel qui ne nécessite pas le jeu originel pour fonctionner. De fait, Earth Awakening n'intègre pas la campagne solo que nous avions découverte fin 2006, mais se permet d'en poursuivre le scénario. Après avoir très largement contribué au sauvetage de la cité de Silverfall, notre héros en est devenu le souverain. Tout doucement, la ville se reconstruit en fonction de l'alignement de son nouveau Roi, mais déjà le danger menace. Il prend la forme d'un individu répondant au nom de Grand Amiral Von Skromel, leader des NécroRaiders, mais c'est de la ville de Yaalta que les nouvelles les plus inquiétantes ne tardent pas à venir...

Silverfall : Earth Awakening
Silverfall : Earth Awakening
Silverfall : Earth Awakening

Être plus proche de la nature ou de la technologie influence notamment le développement de la ville de Silverfall

Sans dévoiler davantage le scénario de cette nouvelle campagne Silverfall, disons que de prime abord, la variété est de mise. Des vertes contrées environnant Silverfall à la cité aérienne d'Etherea en passant par des environnements de jungle, le labyrinthe Cristal ou les grottes repaire des Gobelins, on ne peut pas dire que les graphistes de Monte Cristo se soient tourné les pouces. Pour ne rien gâcher, chaque zone s'accompagne de créatures spécifiques et si on peut très bien ne pas apprécier le style graphique du jeu, impossible de ne pas en reconnaître le caractère singulièrement original. L'originalité est moins nette du côté des héros qui peuvent appartenir à l'une des six races intégrées par les développeurs.

Silverfall : Earth Awakening
À celles que nous connaissons déjà (Humains, Elfes, Gobelins, Trolls), s'ajoutent donc les Nains et les Hommes-Lézards. Les possesseurs du premier opus peuvent bien sûr repartir avec leur protégé pour cette nouvelle campagne. Hélas, Monte Cristo n'a prévu aucune séance de « rattrapage » si notre avatar est un peu faible et le début de l'aventure en sera donc plus délicat. Les personnages nouvellement créés débutent effectivement au niveau 45, mais ce n'est cependant pas sans poser un autre problème. À la création, il est possible de choisir un type de personnage parmi des modèles prédéfinis, mais arrivé dans le jeu, le débutant risque d'être perdu : il se retrouve avec un personnage doté de nombreuses compétences sans vraiment savoir à quoi elles correspondent.

Un didacticiel a bien été mis au point par les développeurs, mais il ne sera sans doute pas suffisant pour tous les joueurs et certains risquent de « pas mal galérer » avant de maîtriser correctement toutes les aptitudes. Il faut dire qu'Earth Awakening a été l'occasion de mettre en place de nouvelles compétences ce qui porte le total à 136 aptitudes et sorts auxquels il faut encore ajouter 12 compétences dites de « haut niveau » et 8 baptisées « ultimate » par les développeurs, pour des résultats encore plus impressionnants. Cette variété s'inscrit dans un cadre plus large qui vise à laisser pas mal de liberté aux joueurs, notamment dans la progression du personnage. En bon hack & slash, Silverfall mise effectivement beaucoup sur le gain d'expérience.

Silverfall : Earth Awakening
Silverfall : Earth Awakening
Silverfall : Earth Awakening

Jolis, les combats ont aussi très rapidement tendance à devenir brouillons

Celle-ci permet de manière très classique d'enchaîner les niveaux et à chaque palier, le joueur peut distribuer des points dans ses caractéristiques principales (force, constitution, agilité, intelligence) ainsi que dans ses arbres de compétences. C'est ici que la liberté est intéressante puisque tout le processus de progression du héros est basé sur l'opposition nature / technologie, une opposition qui date du premier Silverfall, mais qui est bien sûr une fois encore de mise ici. Plus subtile que le classique bien / mal, cette opposition conditionne le déroulement de la partie, même si nous aurions aimé que cela influence davantage le scénario : si la ville de Silverfall est très différente selon l'orientation choisie, seules les quêtes secondaires sont modifiées par cet « alignement ».

Et l'Homme-Lézard dit « Oh les Nains »...


Silverfall : Earth Awakening
Des quêtes secondaires que le néophyte trouvera sans doute sympathiques et très nombreuses, mais que l'habitué des hack & slash aura vite fait de considérer répétitives. Il faut bien admettre que l'originalité n'est pas leur fort et, associé à la brièveté du scénario principal, cela constitue le premier gros point noir du jeu. À moins de dix heures de jeu (en allant au plus direct) et malgré la faiblesse du prix de vente (30 euros), avouons que cela fait un peu léger. Autre reproche majeur à formuler : l'interface est toujours en retrait. Bien sûr Monte Cristo a fait des efforts et les joueurs peuvent maintenant en modifier les différents éléments afin d'obtenir quelque chose d'un peu plus fonctionnel, mais les gros défauts demeurent.

Ainsi et même si cela peut paraître un détail, on ne comprend toujours pas pourquoi Monte Cristo conserve cette horrible police de caractère si « windowsienne » : ils n'ont personne pour en faire une qui soit un peu plus dans le ton du jeu ? De la même manière, les nombreuses icônes ne sont guères lisibles et l'aspect général de l'interface est pour le moins austère. L'inventaire n'est guère mieux loti et les minuscules cases qui le composent ne laissent aucune chance d'admirer les nouveaux joujoux dénichés en cours d'aventure... La quête d'objets est pourtant l'un des moteurs des hack & slash et, comme sur le premier Silverfall, elle est ici reléguée au second plan avec cet inventaire peu lisible et surtout de puissants objets qui ne tombent pas si fréquemment.

Silverfall : Earth Awakening
Silverfall : Earth Awakening
Silverfall : Earth Awakening

Si les lieux sont nombreux, ils n'empêchent pas la campagne de se finir après, seulement, une petite dizaine d'heures de jeu pour les habitués

Pour remédier à ce second élément et sans doute pour faire plaisir à de nombreux joueurs, Monte Cristo a intégré un système d'artisanat destiné à créer des milliers d'armes, armures et autres enchantements. Hélas, dans les faits, le bilan est moins rose. Cela reste évidemment à confirmer sur le très long terme, mais il semble effectivement que les objets ainsi créés soient moins performants que ceux trouvés dans le jeu. De plus, le coût de l'enchantement semble particulièrement élevé... Vous avez sans doute l'impression qu'Earth Awakening enchaîne les mauvais points et si pour le moment nous avons surtout mis l'accent sur les défauts, il nous faut maintenant aborder d'autres éléments autrement plus réjouissants.

Silverfall : Earth Awakening
En effet, Monte Cristo a été particulièrement sensible aux critiques faites à l'encontre de la jouabilité. Dans le premier Silverfall, beaucoup de joueurs étaient confrontés à d'insolubles problèmes de caméras et même si les choses ne sont pas encore parfaites dans les lieux les plus exigus, de très gros efforts ont été réalisés. L'ensemble se manie avec beaucoup plus d'aisance et le personnage répond nettement mieux aux sollicitations du joueur. Reste que l'intelligence artificielle en elle-même n'a pas été améliorée et nos compagnons de route (jusqu'à deux) ont encore du mal à réagir avec un soupçon d'intelligence : c'est ainsi que Danselame, au lieu de se concentrer sur un ennemi unique, passe trop souvent de l'un à l'autre de nos adversaires !

Plus étonnant que vraiment gênant, ce souci sera vraisemblablement corrigé par l'inévitable bal de mises à jour auxquelles les développeurs nous habituent maintenant. Ces mises à jour seront également l'occasion de corriger divers petits bugs comme ces problèmes de collisions ou ces soucis au niveau des quêtes. En l'état, Earth Awakening reste, c'est heureux, bien mieux fini que Silverfall premier du nom. Enfin, nous ne saurions terminer cet article sans parler du multijoueur qui se compose d'un mode coopératif (jusqu'à huit) très sympa et d'un mode PvP que nous n'avons hélas pas eu la possibilité de tester sur la durée : l'absence de génération aléatoire des niveaux risque toutefois d'être une lacune difficile à surmonter pour bien des joueurs habitués à Diablo II.

Vidéo exclu #2 - Un tour sur la version finale

Afin de ne pas gâcher la courte campagne, notre vidéo exclusive se limite au début de partie


Conclusion


Pas aussi novateur que nous l'aurions souhaité, Silverfall : Earth Awakening revient sur les lacunes majeures de son prédécesseur. Proposé à prix relativement réduit (30 euros) et doté d'une campagne solo agréable, quoique courte, il s'impose donc comme un complément indispensable pour tous les joueurs ayant apprécié le premier volet. Les réfractaires ne risquent hélas pas d'y trouver leur compte : Monte Cristo a effectivement corrigé de nombreux éléments, mais sur le fond, le studio reste fidèle à sa ligne de conduite. Du coup, il ne faut pas compter sur la génération aléatoire des niveaux ou sur un inventaire plus enthousiasmant. Enfin, les néophytes auraient tout intérêt à découvrir ce hack & slash à la française, mais certains risquent d'être découragés par une entrée en matière un rien brutale (héros niveau 45). Un petit tour du côté de la démo jouable devrait permettre de lever les doutes... Afin d'être sûr de pouvoir profiter de l'univers si particulier imaginé par les développeurs.



Ce jeu vous intéresse ? Retrouvez-le dans le
gif : petite Flèche orange
Comparer les prix de Silverfall : Earth Awakening sur PC

Silverfall : Earth Awakening
Silverfall : Earth Awakening
Silverfall : Earth Awakening
Silverfall : Earth Awakening
Silverfall : Earth Awakening
Silverfall : Earth Awakening
Silverfall : Earth Awakening
Silverfall : Earth Awakening
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )
flechePublicité

Idées cadeaux JV

Partenaires Jeuxvideo.fr

Partenaires Jeuxvideo.fr

Partenaires Jeuxvideo.fr

flechePublicité

>Les meilleures offres jeux vidéo

flechePublicité