flechePublicité

Test Silent Hunter 4 : Wolves Of The Pacific (PC) : 0/10 sur JeuxVideo.fr PC

Sortie le 22 Mars 2007 sur PC
Publiée le 27/03/2007 à 00:03, par Zick

Partager ce test

Test de Silent Hunter 4 : Wolves of the Pacific

C’est le printemps ! La saison des amours, des gelées inattendues, des premiers bourgeons, des partiels, du retour de la douce chaleur du soleil, mais surtout, c’est la période d’accouplement des sous-marins de la Seconde Guerre Mondiale dans les mers chaudes du Pacifique. Deux ans tout juste après la sortie de Silent Hunter 3, Ubisoft Roumanie nous sort un quatrième épisode de la meilleure et unique simulation de sous-marin. Toujours aussi bonne, toujours aussi accessible, mais toujours avec son lot de milles choses énervantes.

Le Japon, c’était pas du Gato…Retour au sommaire
japon-c-etait-pas-gato
Avant chaque mission, une petite cinématique d'introduction explique les enjeux géopolitiques.
japon-c-etait-pas-gato
image 2
japon-c-etait-pas-gato
Le tutorial consiste à couler un navire japonais. Mais sans que personne ne vous aide.
japon-c-etait-pas-gato
image 4
Tous ceux qui ont suivi de près le développement de ce quatrième épisode le savent maintenant bien : c’est dans les chaudes mers du Pacifique que l’on va sévir. Du côté de la marine américaine, pour changer un peu des froids U-boat allemands, et en plein territoire japonais. Voilà le programme de cette excursion sous les mers.

Le menu principal apporte pourtant bien peu de changements. Entre l’école de sous-marinier, le mode Campagne, des missions solos, un musée, le mode patrouille, le multijoueurs et les options, on ne peut pas dire que les nouveautés crèvent les yeux. C’est bien entendu le mode carrière qui nous intéresse, toujours aussi profond et réussi que dans l’opus précédent. On (re-)joue donc un capitaine de sous-marin qui devra s’occuper aussi bien de tracer les points de passage sur la carte du Pacifique, que de la gestion de son équipage, de ses torpilles, de son sonar et des maigres informations lâchées par votre QG et par les transmissions radios ennemies captées. Et bien entendu, une fois toutes ces manœuvres de fin gestionnaire réglées, il faudra s’occuper des missions confiées par la hiérarchie.

Celles-ci prennent naturellement place dans le cadre de la guerre du Pacifique, tout juste après l’attaque de Pearl Harbor par les Japonais, en décembre 1941. Les premières opérations seront tout juste de gentilles missions d’interceptions de cargos marchands et de repérage en territoire japonais, mais deviendront de plus en plus dures avec l’intensification des combats dans les îles de l’Océanie. A partir de la mi-1942, ce seront alors de véritables missions d’interception de navires de guerre japonais, de chasse au gros poisson bridé. Et exactitude historique oblige, la technologie évoluera avec l’avancement de la guerre, permettant de prendre le contrôle de sous-marins plus spacieux et plus efficaces (de la classe Porpoise à la classe Baloa), mais aussi des sonars, des radars et surtout des torpilles plus fiables (des MK 14 aux MK 18). Ce nouveau matériel apparaissant au fur et à mesure de la guerre s’achète non pas avec des dollars, mais avec des points de réputation, eux-mêmes gagnés grâce aux navires coulés durant les missions. Hélas, si vous n’y connaissez absolument en rien en sous-marins ou en technologies marines de la Seconde Guerre Mondiale, vous risquez d’en baver un peu, même si ce Wolves of the Pacific se veut accessible.

C’est surtout la mer qui prend l’hommeRetour au sommaire
c-est-surtout-mer-qui-prend-homme
La sortie du port est toujours un instant émouvant.
c-est-surtout-mer-qui-prend-homme
Le tour des ports japonais.
c-est-surtout-mer-qui-prend-homme
Les attaques de nuit sont les plus prudentes et surtout les plus payantes.
c-est-surtout-mer-qui-prend-homme
Vous allez payer pour Pearl Harbor, sales pêcheurs !
c-est-surtout-mer-qui-prend-homme
Des avions, vous allez en voir souvent. Et le combat n'est pas toujours conseillé.
Le tutorial pour commencer est une immense blague. Quatre missions en tout, durant lesquelles les seules indications que l’on possède se résument à l’écran de chargement, avec ce genre d’instructions : « Allez au point indiqué sur la carte. Pour faire avancer le sous-marin, tournez la barre du télégraphe jusqu’à ce que le sous-marin avance ». On exagère à peine. Le néophyte devra donc s’armer non seulement de patience mais aussi d’une bonne dose de persévérance pour espérer maîtriser un tant soit peu son engin. Ne comptez pas sur le tutorial pour vous apprendre à utiliser un sonar, utiliser la carte tactique et de navigation, apprendre à calculer la trajectoire de vos torpilles, etc… Non, il faudra se débrouiller tout seul et lire patiemment une à une les pages pas toujours très claires de l’épais manuel fourni avec la boîte. Notons également qu’on trouve dans la boîte de Silent Hunter IV une carte du Pacifique avec les principaux ports et territoires japonais, ainsi qu’une petite page de résumé de toutes les touches du jeu. Un petit plus qu’on apprécie.

Question simulation, on ne change pas une équipe qui gagne : Silent Hunter est toujours aussi profond. Comme dans l’épisode précédent, il est bien entendu toujours possible de s’entourer ou non d’une pelletée d’aides (calcul de la solution de tir, limites de carburant, vues externes ou non…), mais les puristes mettront bien tout à fond, juste pour le plaisir de calculer la solution de tir parfaite, celle qui va disloquer la coque du bateau en faisant exploser la torpille juste sous la quille. Encore une fois, on regrette que tous ces aspects de la simulation soient expliqués si sommairement dans le manuel. Il faudra passer de longues heures d’expérimentations et/ou de fréquentation des forums spécialisés pour bien maîtriser la bête. Mais une fois les bases acquises, la durée de vie est tout simplement phénoménale - pour ne pas dire presque infinie avec les futurs mods à venir. Malgré tout, décernons une mention spéciale à l'l’interface, discrètement modélisée par une fine barre en bas de l’écran qui permet d’accéder à tous les postes du sous-marin en quelque clics. Aussi dur qu’il soit de prendre Silent Hunter en main, elle est claire et ne demande pas 100.000 aller-retour entre de fastidieux tableaux.

Malgré tous ces bons points, dont beaucoup sont repris au troisième opus de la série, Silent Hunter IV reste sujet à encore bien des défauts. A commencer par le tutorial, comme cela a déja été répété maintes fois, mais aussi l’équilibre général du jeu et le rythme souvent cassé par l’impossibilité de zapper les longs trajets jusqu’à la mission demandée. C’est bien là le principal défaut de cet épisode et d’une manière générale de la série. Heureusement que le manuel est épais pour combler l’attente, car même une fois le temps compressé par 7000, il faut souvent entre 5 et 15 bonnes minutes pour arriver à destination. La compression est stoppée ou limitée quand on reçoit une transmission radio, quand des navires marchands sont dans les parages ou lors d’une lente approche silencieuse dans un port. Notons également que certaines missions qui devraient être un minimum dures se résolvent plus facilement que certaines missions de routine. On galère moins à infiltrer le port d’Osaka qu’à couler trois navires marchands escortés par un unique destroyer.

Plus immersif, tu coulesRetour au sommaire
plus-immersif-tu-coules
Les effets de fumée sont superbes.
plus-immersif-tu-coules
Au pays du soleil levant.
Tout cela nous amène donc sur la technique, qui se retrouve finalement être la principale innovation du titre. A commencer par l’IA, aussi bonne que dans l’épisode précédent. Agressive, elle n’hésite pas à prendre de bonnes initiatives. Une torpille à vapeur un peu trop voyante et c’est l’échec assuré, les navires n’hésitant pas à faire marche arrière ou à virer brutalement. Une remontée précipitée au milieu d’un groupe d’ennemis ? Ne comptez pas rester plus de 5 minutes en vie, car les navires ennemis n’hésiteront pas le moins du monde à vous marcher littéralement dessus. On n'a pas affaire à des marins manchots, et c’est tant mieux. Mais c’est surtout graphiquement que Silent Hunter IV dépote. La modélisation de la mer, déjà superbe dans l’épisode précédent, est plus belle que jamais. Quel que soit le temps, la sensation d’avoir affaire à une véritable logique dans les mouvements de l’eau est bluffant. De même, les effets de lumière sur l’eau sont de toutes beauté. On ne parle même pas de la modélisation des navires et des effets de fumée, encore inégalés, même dans les FPS les plus récents. Rien à dire enfin sur la réalisation technique : les petits gars de Ubisoft Roumanie savent coder, et ça se voit. Reste que si ces graphismes superbes permettent à Silent Hunter d’affronter les années à venir sans trop de soucis, il nécessiteront une configuration musclée pour profiter à fond de cette démesure technique.

Fans de Silent Hunter III propriétaires d’une bonne machine, courez vous acheter le Silent Hunter nouveau. Nouveaux environnements réussis, nouveau camp et nouvelle campagne dynamique à la durée de vie faramineuse : c’est un achat obligatoire. Pour les autres, ceux qui veulent s’y intéresser mais qui n’y connaissent rien, espérons que vous avez du temps, beaucoup de temps. Le tutorial inexistant (ou presque) et l’énorme dose de persévérance requise (avec des résultats rapides toutefois) risquent bien d’en décourager plus d’un.

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.2
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : vhicks
Bof
je suis fan de la série mais là! d'accord il est beau etc etc... mais il est bourré de bug tellement qu'il en devient injouable malgré le patch 1.1! tant que le 2 e patch n est pas sorti il faut pas l acheter
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui / non
flechePublicité

Idées cadeaux JV

Partenaires Jeuxvideo.fr

Partenaires Jeuxvideo.fr

Tests

Partenaires Jeuxvideo.fr

flechePublicité

>Les meilleures offres jeux vidéo

flechePublicité