flechePublicité

Test Shadowgrounds Survivor (PC) : 0/10 sur JeuxVideo.fr

Publiée le 20/11/2007 à 00:11, par Hoopy

Partager ce test

Test de Shadowgrounds Survivor

Sorti en janvier 2006 du fin fond de la Finlande, ShadowGrounds avait été une agréable petite surprise. Le petit mais puissant FrozenEngine, nous avait fait découvrir un hack’n Slash fortement inspiré d’Alien saupoudré d’une once de RPG. En résultait un jeu court et intense qui frappait le joueur en plein cœur. Le succès du jeu dépassa les espérances de ses pères, à tel point que deux ans plus tard, ils tentent de nous resservir le même plat réchauffé. Simple tradition finlandaise ou méfait d’une fortune inattendue ?

Back to GanymedeRetour au sommaire
back-to-ganymede
Lance flamme et barril d'essence, le cocktail gagnant !
Le 20 juin 2096, la colonie humaine de Ganymede a vu déferler sus ses remparts des hordes d’aliens. Wesley Tyler, héros de Shadowground avait eu bien du mal à sortir vivant de cette invasion. Ici, vous n’entendrez même pas son nom. Comme le précisent les développeurs, ce Shadowgrounds Survivor est plus un spin-off qu’une réelle suite, entendez par là une histoire parallèle à l’originale. Le jeu débute neuf heures avant la fin de l’invasion. Vous êtes Luke Giffords, un marine dont l’escouade a été massacrée. Esseulé, notre homme capte un message de détresse et décide de se mettre en quête de survivants. D’accord le scénario est expéditif, mais comme dans Shadowgrounds premier du nom, là n’est pas vraiment l’intérêt de ce shooter. C’est avec un certain plaisir que l’on retrouve la vue plongeante de son prédécesseur, ses ennemis qui arrivent par dizaines et son arsenal allant du flingue au lance roquettes en passant par le lance flamme. Mais la nostalgie n’a qu’un temps.

Cachés derrière leur appellation de spin-off, les développeurs n’ont pas fait de grands efforts pour se démarquer de leur premier jeu. A de rares exceptions près, les lieux et les armes sont identiques au soft d’il y a deux ans. Malgré tout, soulignons que l’aventure propose désormais non plus un, mais trois personnages que le joueur incarnera tour à tour. Luke avec son automatique, sa mitrailleuse et son lance roquette sera le plus simple à jouer. Le vieux fou avec son shotgun, son lance flamme et sa sulfateuse opèrera à courte portée, quand à notre héroïne sniper, elle n’aura que des armes de précision et sera la plus dure à maîtriser. A l’exception d’une mission où le choix du personnage vous incombera, vous devrez vous battre avec chacun de ces protagonistes. Il en résulte une narration plus dynamique et gameplay plus complexe, forçant le joueur à maîtriser plusieurs armes et à varier ses styles de jeu. Pour palier au faible nombre d’armes par personnages, chacun est maintenant équipé d’un pouvoir spécial à débloquer en prenant des niveaux d’expérience, mais ceux-ci sont plutôt anecdotiques. Cela dit, en reprenant les mêmes éléments que pour leur soft précédent, Frozenbyte est parvenu à rendre l’action encore plus dense, pour offrir environ six heures de jeu en mode difficile. Il est d’ailleurs le seul qui donne un peu de piment à l’aventure, sans quoi elle se terminera sans le moindre effort (ni le moindre intérêt ?).


La vitrine techno du pauvreRetour au sommaire
vitrine-techno-pauvre
En deux ans le moteur a à peine été retouché.
En début d’année dernière, nous saluions la puissance de ce petit moteur venu du froid. Ça et là nos amis finlandais ont optimisé ses capacités. Ainsi il reprend désormais en charge divers effets météo, mais surtout les effets PhysX. Dans un jeu où l’angoisse se veut prédominante, cela apporte un petit plus appréciable. Vous êtes dans le noir complet, éclairé par votre seule lampe torche, et en reculant vous faites tomber un amoncellement de caisses. Tout s’effondre autour de vous, et pendant que vous observer la chute des cubes d’acier, vos ennemis surgissent dans votre dos. En masse. Un ressort classique mais efficace qui permet également de faire rouler un bidon vers l’adversaire avant de tirer dessus. Force est de constater que même sans ces nouvelles possibilités, le FrozenEngine est encore performant niveau graphismes full 3D, et qu’avec la montée en puissance des PC, il est devenu très léger. Un compliment que l’on peut rarement faire à un jeu dans cette gamme de prix.

Si Shadowgrounds Survivor apparaît malgré tout comme étant une démonstration technologique, c’est que le fond n’a quand même pas véritablement évolué. Pour ne pas à se compliquer la vie avec le scénario de leur soft, les game designers ont usé et abusé des séquences « survies » qui demande au joueur de ressortir vivant d’un assaut massif. A tel point même qu’ils en ont fit un mode de jeu à part entière, dans lequel vous devrez tenir une position le plus longtemps possible pour faire exploser les classements. Mais revivre l’un de ces six missions du solo devient vite pénible. En co-op cela aurait été plus intéressant, mais il est toujours impossible de jouer via internet. Quand on sait que le jeu est programmé pour se jouer avec un combo clavier/souris, on voit mal comment il est matériellement possible de tenir à quatre sur une machine... un challenge en soi. Alors même si le jeu a bénéficié ça et là d’améliorations notables, il reste trop proche de Shadowgrounds pour s’en démarquer. Du coup ce qui passait pour une bonne surprise l’an dernier, sent maintenant l’envie de faire de l’argent. C’est bien regrettable.


Suite à son succès, FrozenByte n’a pas revu ses ambitions à la hausse. Shadowgrounds Suvivor n’apporte rien de plus que son prédécesseur tout en étant légèrement meilleur que lui. L’expérience de shoot demeure honnête et sans prétention, mais n’a plus rien d’originale. Cependant, si vous souhaitez découvrir un bon jeu réalisé sans trop de moyens, ou si ShadowGround était à votre goût et que vous souhaitez simplement prolonger l’aventure, ce Survivor sera parfait pour passer un bon moment… vite oublié.
flechePublicité

Idées cadeaux JV

Partenaires Jeuxvideo.fr

Tests

Trials Frontier

Trials Frontier

Pour tous joueurs | iPad , iPhone

Partenaires Jeuxvideo.fr

flechePublicité

Micromania

>Les meilleures offres jeux vidéo

flechePublicité