flechePublicité

Test Quake 4 (PC) : 5/10 sur JeuxVideo.fr PC Xbox 360

Sortie le 21 Octobre 2005 sur PC Sortie le 02 Décembre 2005 sur Xbox 360

Les +

  • Réalisation technique de qualité
  • Quelques bons moments en solo
  • Multijoueurs « frénétique »

Les -

  • Moteur graphique très gourmand
  • Campagne solo longue à démarrer
  • Multijoueurs pas novateur pour un sou
La note de jeuxvideo.fr
5.0
moyen
La note des internautes
8.8

(20 votes)
Donner votre avis
Publiée le 04/11/2005 à 17:11, par Nerces

Partager ce test

Quake 4 : quand Raven est en manque d’id

Près de dix années se sont écoulées depuis le premier opus de la série et pour ce retour aux sources, id Software, trop occupé, a fait appel à ses compères de Raven. L'occasion de nous montrer ce que le moteur de Doom 3 a dans le ventre ?

Quake 4
Pu... rée, six ans ! Six longues années que nous n'avions pas eu de Quake à nous mettre sous la dent. Une éternité pendant laquelle id Software était occupé par la mise au point de son nouveau moteur 3D et la réalisation du troisième opus de son plus célèbre hit : Doom. Vraiment très occupé, le développeur texan ne s'est d'ailleurs pas chargé personnellement de la conception de Quake 4 qu'il a confiée à l'un de ses plus fidèles supporters : Raven Software. Le studio du Wisconsin a effectivement été à l'origine de très nombreux fps parmi lesquels on retiendra les deux Heretic, la série Hexen, les Elite Force, Jedi Knight et Soldier Of Fortune. Un curriculum impressionnant qui permet d'aborder ce test sereinement... un peu trop peut-être ?

De l'art de « strogguifier » Doom 3


Afin d'offrir un mode solo digne de ce nom et un peu à la manière de notre Christophe Lambert national, Raven Software a décidé pour ce quatrième opus de reprendre l'histoire là où Quake 2 l'avait laissée. La guerre qui oppose Humains et Stroggs continue de faire rage et l'état-major terrien décide de porter le conflit au coeur même de l'empire adverse en lançant une opération de grande envergure sur la planète Stroggos. Grizzly, Corbeau ou Rhino sont les noms de quelques-unes des escouades envoyées en première ligne, mais, et c'est particulièrement ballot, le beau légionnaire que nous incarnons perd rapidement le contact avec la sienne. Une attaque pas trop prévue, un atterrissage plus que mouvementé et voilà que Matthew Kane doit retrouver les siens. Cette première étape est le seul prétexte qu'a trouvé Raven Software pour nous offrir une sorte de didacticiel. Quel que soit le niveau de difficulté choisi, ces premiers instants sont effectivement là pour nous faire comprendre les principaux mécanismes du jeu et malgré l'extrême simplicité du bazar, cette séquence ne dure pas loin d’une heure : à croire qu'ils nous prennent pour des « quake » chez Raven.

Quake 4
Quake 4
Quake 4

Des flingues, de l'action et des gros vilains pas beaux : pas de doute, nous allons une fois de plus verser dans la poésie

On arpente les dédales de différents complexes à la recherche de nos compagnons d'infortune et bientôt on peut enfin repartir à l'assaut de ce que les pontes de l'armée terrienne ont baptisé le [logiciel:61800 Nexus]. Malgré quelques moments sympathiques, on ne peut pas dire que toute cette partie de la campagne solo soit franchement passionnante. La conception des niveaux n'est pas une réussite et la scénarisation de l'ensemble ne casse pas trois pattes à un canard. Dans le style stressant, on est évidemment très loin de F.E.A.R. ou même de Doom 3 et pourtant le côté rentre-dedans n'est pas complètement assumé par Raven qui a même décidé de renouer avec les séquences « motorisées ». Ces dernières sont sans aucun doute les plus pénibles de tout le jeu et contribuent assez largement au « plombage » de l'atmosphère. La mission confiée par les huiles terriennes ne se passe évidemment pas comme prévu et Kane se retrouve bien vite complètement seul. Capturé par les Stroggs, il est même envoyé sur leurs chaînes de montage pour être transformé en cyborg au terme d'une cinématique pour le coup très originale et fichtrement bien fichue.

Un manque d'enthousiasme... communicatif !


Quake 4
Intéressante, cette scène a hélas été présentée à de nombreuses reprises par un Activision peu soucieux de préserver un quelconque suspens. Il faut dire que le début de la campagne est tellement tristounet qu'il valait mieux prévenir les joueurs : « malheureux, ne désinstallez pas le jeu tout de suite, c'est maintenant que l'aventure commence ». Ce « maintenant » intervient en fait environ trois heures après le début de la partie et c'est vrai que la campagne semble alors prendre une tournure plus intéressante. Quelques séquences « motorisées » viennent encore gâcher un peu l'aventure, mais dans l'ensemble, cette seconde partie de Quake 4 est beaucoup plus prenante. Le héros est plus vif, les armes sont plus puissantes et si les ennemis manquent encore de la plus élémentaire des réflexions, ils sont plus résistants. L'enchaînement bouton / porte / monstres est toujours de mise et les niveaux manquent encore de ce « je ne sais quoi » de folie, mais on éprouve une certaine excitation à courir dans les dédales stroggs et à manier les différents « lance-trucs » (grenades, clous, roquettes) disponibles.

Alors que le joueur commence à ressentir quelques bonnes petites montées d'adrénaline, le rythme est cependant à nouveau massacré par un autre exemple du manque d'inspiration de Raven : des séquences « boss de fin de niveau » qui ne m'ont vraiment pas passionné. Certains joueurs apprécieront sans doute ces combats, mais en dehors des quelques séquences avec les araignées géantes, vraiment impressionnantes, je les ai trouvés ennuyeux. Du coup, au terme de la campagne solo (une douzaine d'heures de jeu), l'impression est franchement mitigée et alors que le FPS solo est cette année encore bien représenté, Quake 4 a bien besoin de son mode multijoueurs pour soutenir la comparaison. Enfin, en théorie, car il faut bien avouer que là non plus l'originalité n'est pas de mise et, en réalité, Raven a pratiquement repompé Quake 3 Arena. Ainsi, quand les cartes ne sont pas directement issues du hit d'id Software, elles proviennent pour ainsi dire de Quake 2. Au niveau des armes, ce n'est pas plus réjouissant avec un arsenal vu et revu composé de lance-roquettes, de fusil à pompe ou bien encore de fusil sniper (le bon vieux railgun).

Quake 4
Quake 4
Quake 4

Trois exemples de ces fameuses séquences « motorisées » qui torpillent le rythme de la campagne solo

Si le plasma gun a été remplacé par l'hyperblaster et que deux-trois petites nouveautés sont à signaler, on ne peut pas dire que le style de jeu de Quake 3 Arena en soit bouleversé. En même temps, ce n'est certainement pas ce que souhaitaient des fans qui retrouvent avec bonheur le style nerveux de leur jeu fétiche. Ces derniers ne seront pas déçus avec le panel de sauts et de bonus auxquels ils sont habitués et ils pourront se lancer dans des parties enlevées, des deathmatchs proprement ravageurs à mille lieues de ce que les FPS « modernes » ont un peu trop tendance à proposer. Reste que Raven ne s'est pas franchement foulé et plus d'un joueur risque de trouver l'addition un peu salée pour la seule intégration du dernier moteur graphique d'id Software. Un moteur d'ailleurs encore très impressionnant et qui malgré le rendu un peu trop « plastique » de ses visages permet de bien belles choses. Les effets de lumières sont superbes tout comme les animations des créatures les plus « rampantes », et même s'il faut toujours une machine de guerre pour en profiter (processeur à 2 GHz, 512 Mo de mémoire et carte graphique 128 Mo), le résultat technique est vraiment à la hauteur.

Conclusion


Quake 4
Qu'il est difficile de noter ce Quake 4 ! À la manière de Serious sam 2, le titre de Raven Software n'est pas du tout un mauvais jeu, mais on ne peut s'empêcher d'être déçu, de trouver la mise en route « longuette » et les mécanismes tout de même un peu trop répétitifs. Pourtant, le système de jeu devrait encore une fois permettre aux accrocs du FPS de passer quelques bonnes heures devant leur PC. La réalisation est efficace, la bande-son de qualité et les ennemis souvent retords. Seulement voilà, ces qualités aussi importantes soient elles ne suffisent pas à faire un bon jeu et la partie solo souffre terriblement du manque d'inspiration de Raven, le pire étant atteint avec les séquences « motorisées » qui semblent vraiment là pour remplir le cahier des charges fixé par id Software.

Il faut en fait attendre plus de trois heures de jeu pour que la partie se lance vraiment avec un personnage tout de suite beaucoup plus réactif et des situations plus enivrantes. Pourtant, le compte n'y est encore pas, la faute à ces séquences « motorisées » et à quelques « boss » bien peu enthousiasmants. Heureusement pour lui, Quake 4 ne repose pas sur son seul mode solo et le multijoueurs sauve Raven du naufrage. Bien sûr, le développeur a là encore remisé son inspiration aux vestiaires, mais le concept intégralement repris de Quake 3 Arena reste, six années plus tard, encore très efficace pour les amateurs de parties nerveuses. En définitive et si son bilan n'est pas mauvais, Quake 4 aura tout de même du mal à convaincre d'autres joueurs que les fans de Quake 3... Un titre bien moyen en somme.



Ce jeu vous intéresse ? Retrouvez-le dans le
gif : petite Flèche orange
Comparer les prix de Quake 4

Quake 4
Quake 4
Quake 4
Quake 4
Quake 4
Quake 4
Quake 4
Quake 4
Quake 4
Quake 4
Quake 4
Quake 4
Quake 4
Quake 4
Quake 4
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.8
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Kikasstou
Bon
Vraiment sympa Niveau esthétique Quake 4 est une copie conforme de Doom 3. Vous retrouverez les mêmes menus, les mêmes textures et le même level design. Id Software à imposé une charte graphique et ça se sent. C'est aussi magnifique que Doom 3. Contrairement à ce que beaucoup raconte (et qui n'ont surement pas essayé le jeu), il ne fait pas noir dans Quake 4. Certe il y a des pa suite ...
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui / non
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : arrakys
Bof
Fun oui. Mais achetez plutot F.E.A.R. Décevant, il n y a pas d'autre mot. Malgrès quelques script bien fichus (je pense aux coéquipiers souvent présent dans la partie) et une immersion marquée -exception faite des exterieurs qui sont horriblement LAIDS- ce titre est fun mais vide, répétitif, sans aucune originalité. Le multi ? Bof, autant jouer à Q3 & adds. Qu'on aille pas me dire que c'est une question g suite ...
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui / non
flechePublicité

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

flechePublicité

>Les meilleures offres jeux vidéo

flechePublicité