flechePublicité

Test Pillars Of Eternity (PC) : 9/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 26 Mars 2015 , PC

Les +

  • Univers immense et généreux
  • Ouverture des quêtes
  • Durée de vie remarquable
  • Combats tactiques réussis
  • Qualité de l'écriture

Les -

  • Forteresse un peu gadget
  • Richesse parfois écrasante
  • Inventaire surchargé
  • Chargements fréquents
La note de jeuxvideo.fr
9.0
tres bon
La note des internautes
8.4

(107 votes)
Publiée le 27/03/2015 à 11:03, par Nerces

Test de Pillars of Eternity : le triomphe du jeu de rôle oldschool ?

C'est dans les vieux pots qu'on fait les meilleures soupes : un adage que fait sien Obsidian afin de concevoir l'un des jeux de rôle les plus aboutis.

Divinity Original Sin en mai dernier, Wasterland 2 en septembre et aujourd'hui Pillars of Eternity... Difficile de faire période plus faste pour les amateurs de jeux de rôle un peu oldschool ! À chaque fois, les projets ont été soutenus par des campagnes Kickstarter largement réussies, et le résultat aura toujours été à la hauteur des espérances. Dans le cas de Pillars of Eternity, on retrouve des pointures comme Chris Avellone (Planescape : Torment), Tim Cain (Fallout), Josh Sawyer (Icewind Dale) ou Adam Brennecke (Neverwinter Nights 2). Alors, l'héritier des Baldur's Gate et autres Icewind Dale est-il lui aussi au niveau ?

L'Éternité c'est long... surtout vers la fin !Retour au sommaire
Pillars Of Eternity
Inutile de tourner autour du pot : vous avez déjà vu la note attribuée à Pillars of Eternity et vous savez donc que ce jeu est une « tuerie ». Maintenant, à quel point ? Pour vous donner une petite idée, après cinq ou six heures de jeu, je n'avais toujours pas décidé quel personnage je voulais incarner. Est-ce que je souhaitais rester classique avec un magicien humain ? Allais-je plutôt verser dans la roublardise en optant pour un Orlan rôdeur ? Ou me tourner vers le surnaturel et un Divin de la mort ou du feu ?

Autant de questions auxquelles il avait déjà été délicat de répondre dans Divinity Original Sin ou dans Wasteland 2. Autant de questions, surtout, qui sont le signe d'un jeu de qualité où chaque décision et chaque action impliquent celui qui les prend. Mais débutons s'il vous plait par le commencement et cette fameuse phase de création du personnage. Les habitués des jeux Infinity Engine ne seront pas dépaysés, les anciens de Donjons & Dragons non plus. Six races pour quinze variantes ethniques et onze classes s'offrent à nous.

Pillars Of Eternity
Obsidian a bien sûr reconduit les inévitables Humains, Elfes et Nains, mais s'est aussi amusé à innover quelque peu avec le petit peuple des Orlans, les aquatiques Aumauas et les mystiques Divins. Il nous est ensuite demandé de choisir une culture et des antécédents. Ces éléments ne sont pas seulement là pour mettre le joueur en « condition », ils ont un réel impact sur l'aventure que l'on va ensuite mener. De nombreux personnages non-joueurs (PNJ) - amis ou ennemis - vont réagir à notre profil : ils se montreront plus conciliants ou refuseront de rejoindre notre groupe.

Il n'est effectivement pas question de se la jouer solo et à la manière d'un Baldur's Gate, Pillars of Eternity nous invite à contrôler un groupe de héros. Des personnages qui se joindront à nous le temps de mener à bien leur propre quête ou qui resteront beaucoup plus longuement si notre compagnie leur sied. Bien sûr, toutes les actions que nous allons accomplir, toutes les décisions que nous allons prendre auront un impact non seulement sur notre réputation, mais également sur la bienveillance des différents PNJ que l'on va croiser.

Partons pour le monde d'Eora


Des heures et des heures de jeuRetour au sommaire
Pillars Of Eternity
Nos premiers compagnons de route ne nous suivront pas bien longtemps. Le prologue se termine alors que notre groupe est victime d'une « biawac », une sorte de tempête magique de laquelle on ne réchappe normalement pas... Bien sûr, notre héros survit, mais pas ses camarades ! De nouveau seul, le joueur va donc chercher à en savoir plus et, ainsi, se lancer dans une longue et passionnante quête. Une quête qui devrait occuper les « complétistes » plus de cent heures et monopoliser au minimum trente heures pour les plus expéditifs des aventuriers.

La question de la durée de vie d'un jeu dépend bien sûr du niveau du joueur et de la difficulté choisie au lancement de la partie. Pillars of Eternity fait dans l'exhaustivité en proposant réglages (facile, moyen, difficile et « voie des damnés ») auxquels s'ajoutent deux options : le mode expert limite les aides de jeu disponibles en cours de partie alors que l'épreuve de fer n'autorise qu'une seule sauvegarde... supprimée automatiquement si le groupe du joueur est décimé ! Mais qu'on se le dise, Pillars of Eternity est, de manière générale, un jeu difficile.

Pillars Of Eternity
Une difficulté qui passe évidemment par les combats. En bon jeu de rôle, Pillars of Eternity propose sa juste part d'affrontements : de la petite escarmouche contre une ou deux créatures de vase à l'embuscade tendue par un groupe de brigands jusqu'à l'énorme bataille contre... chut ! Aussi immense soit-elle, je ne vais pas prendre le risque de vous spoiler plus que les 20 premières minutes de jeu. Revenons-en donc aux combats et au fameux principe de pause-active qui a fait le succès des références citées par Obsidian.

La pause-active est ce système qui permet d'appuyer sur la touche espace pour stopper l'écoulement du temps. Le joueur peut alors tranquillement organiser ses forces, demander à son magicien de préparer un sort, indiquer à son rôdeur où se placer et mettre en opposition frontale son « tank », avant d'appuyer de nouveau sur espace pour que le jeu reprenne sa vitesse normale. Bien sûr, il est possible de stopper à volonté la partie et c'est même tout indiqué afin de suivre les évolutions du combat et adapter son groupe à la nouvelle situation.

Finesse tactiqueRetour au sommaire
Pillars Of Eternity
Dans Pillars of Eternity, les combats sont exigeants. Il arrive que des ennemis imprévus se joignent à un affrontement en cours. Des choses ne se passent pas comme imaginées et en bon descendant de Donjons & Dragons, le jeu repose sur des jets de dés - invisibles - pour déterminer le succès de telle ou telle action, l'interruption de tel ou tel sort. De fait, le joueur a besoin de cette pause active, mais il peut aussi apprécier le défi du temps réel. C'est pourquoi, Obsidian a imaginé une « vitesse lente » : elle permet de ralentir le jeu à 50% de se vitesse initiale.

À contrario, lors de la partie aventure / exploration du jeu, on doit parfois revenir dans des lieux que l'on a déjà visité. Les développeurs ont donc prévu une option pour doubler la vitesse de déplacement : on évite donc de pester contre ces aller-retours contraints et forcés. Pourquoi des aller-retours ? Simplement parce que le script de Pillars of Eternity est absolument prodigieux. Le fil principal du scénario est déjà particulièrement dense, mais chaque lieu regorge de rencontres susceptibles de déboucher sur une nouvelle quête.

Pillars Of Eternity
Attention, nous ne parlons pas de quêtes FedEx où d'éliminations massives de la faune locale. Non, là encore Obsidian fait dans la qualité en proposant de véritables histoires dans l'histoire. Certaines quêtes poussent à l'exploration, d'autres demandent de discuter avec divers PNJ, mais toutes ont en commun cette qualité d'écriture qui vaut le scénario principal de nombreux autres jeux. L'écriture, justement, c'est un peu la marque de fabrique d'Obsidian. Peu de joueurs y avaient goûté sur Alpha Protocol, trop buggé, mais Fallout : New Vegas est considéré supérieur à Fallout 3 du fait de cette qualité d'écriture.

Une qualité qui - ce ne sera pas au goût de tous - passe souvent par des planches de textes. Il y a bien sûr du doublage et de nombreux dialogues sont parlés (en anglais), mais compte tenu de la masse d'éléments, il aurait été impossible de doubler l'intégralité sans un budget gigantesque. De plus, cette absence de voix laisse le joueur lire à son rythme et s'intègre finalement assez bien au style de l'aventure. Pour ne rien gâcher, la traduction française de ces nombreux textes est de facture très correcte, et ce, même si la version anglaise reste préférable.

Lancement du jeu


Un jeu de rôle parfait ?Retour au sommaire
Pillars Of Eternity
Bien sûr, le joueur pressé peut zapper les dialogues et ne rien lire, mais nous déconseillons ce comportement. Tout d'abord, ce n'est pas dans l'esprit d'un jeu de rôle comme Pillars of Eternity. Ensuite, ce serait se priver de quelques jolies tournures. Enfin et surtout, il est important d'avoir toutes les cartes en main avant de prendre une décision. Impossible de donner des exemples précis sans dévoiler certaines intrigues, mais le joueur est amené à choisir son camp à plusieurs reprises et ces choix ont des répercussions à court, moyen et long terme.

Il est possible de parler durant des heures de Pillars of Eternity. On peut revenir sur la montée en puissance - très progressive - des personnages : un niveau, ça se mérite ! On peut détailler l'artisanat ou revenir sur la procédure d'enchantement des objets. Évoquons simplement la forteresse. Il s'agit ici d'un jeu dans le jeu qui nous offre une place-forte que l'on peut améliorer pour obtenir régulièrement des bonus et se voir confier différentes missions. Une place-forte qui siège au-dessus du plus important donjon du jeu : les Chemins Infinis et leurs treize niveaux de profondeur !

Pillars Of Eternity
Difficile de trouver le moindre défaut à Pillars of Eternity, mais il existe tout de même quelques (légers) problèmes qui le prive du titre de « jeu de rôle parfait ». Citons notamment l'abondance d'objets inutiles : pourquoi encombrer l'inventaire du joueur avec des dizaines de boucliers bidons ou de lance moisies ? Regrettons également que la carte ne soit pas plus riche en informations : quand une vingtaine de quêtes sont en cours, il n'est pas évident de resituer avec précision tous les objectifs et personnages importants.

Enfin, certains joueurs regretteront évidemment cette orientation volontairement oldschool. Comparé à Divinity Original Sin par exemple, l'aspect graphique du jeu peut paraître vieillot, mais c'est aussi ce qui fait son charme. Pillars of Eternity peut manquer un peu de relief, mais tous les environnements sont remarquablement travaillés avec un souci du détail stupéfiant. En réalité, l'aspect technique des choses ne nous déçoit que sur trois points : les musiques sont dans l'ensemble un peu en retrait, le moteur du jeu est peut-être un rien gourmand et les chargements fréquents.

Pillars of Eternity est incontestablement LE jeu de ce début d'année 2015 et pas seulement pour les amateurs de RPG. Il s'agit d'une vraie pépite que tout le monde se doit au moins d'essayer pour découvrir ce qu'est un jeu de rôle à l'occidentale. Obsidian a fourni un travail titanesque pour doter son titre d'un univers aussi riche que passionnant. Les scénaristes s'en sont donné à cœur joie et la qualité de l'écriture n'a d'égal que le nombre de quêtes disponibles et leur ouverture. Pillars of Eternity ne souffre d'aucun défaut majeur, même s'il faut reconnaître que sa richesse peut écraser le néophyte... mais quel pied de se laisser happer dans le monde d'Eora !

Test PC réalisé sur une machine à base de Core i7 4 GHz, 16 Go de mémoire vive et GeForce GTX 780 Ti. Le jeu semble à son aise à partir d'un processeur double-cœur 3 GHz, épaulé par 6 Go de mémoire vive et une GeForce GTX 660.

Pillars Of Eternity
Pillars Of Eternity

Pillars Of Eternity

Tous les commentaires

  • Nicklas91
    31/03/2015 07:25:12

    kyuubi34800 The Leatherface Nicklas91 CoT_Banshee Merci pour la confirmation.

  • Lejiwan
    30/03/2015 17:52:22

    Minikael Lejiwan ah oui, j'avais ouvert la carte mais je n'avais pas vu qu'on pouvait cliquer.. pfiuu.. de repos j'ai grand besoin héhé merci

  • Tazxman
    30/03/2015 10:16:13

    kyuubi34800 Tazxman Minikael Nerces Les seuls jeux que j'ai touché sur playstation, c'est les FF, les Tomb Raider, les crashbandicoot et les KH x)

  • Tazxman
    30/03/2015 06:03:47

    Minikael Tazxman The Leatherface I'll give it a shot then :)

  • inu
    29/03/2015 23:33:29

    Lejiwan tu reload la dernière sauvegarde.  si cela ne marche pas tu recommence une partie car franchement là où tu cales....y'en a pour 10 minutes...

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.4
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
Ce jeu... Ce jeu, mon dieu. Je l'ai attendu depuis 3 ans maintenant. J'en ai eu des frémissements à l'annonce kickstarter. Après tout ce temps, j'avais eu peur que la hype soit redescendue mais que nenni. Le jeu est bien meilleur que ce que je pensais. Je me questionnais sur la durée de vie, le test vient de me réconforter. Quand on sait que des add-on sont déjà prévus... ça prévoit que du beau pour les v suite ...
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
Baldur's gate 3 Un univers cohérent, une histoire qui happe le personnage de manière crédible, des npc qui ont leurs buts propres (d'ailleurs je me méfie de quelques uns ...), un scénario bien écrit et plaisant à lire. Je ne met pas 10 car je suis tombé sur quelques bugs qui me bloquent dans une quête annexe que je tiens à finir. Je dirais que d'ici une ou deux semaines, on sera plus suite ...
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist Pillars Of Eternity

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité