flechePublicité

Test Minecraft (PC) : 0/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 11 Novembre 2011 , PC

Les +

  • Addictif
  • Une certaine liberté
  • Bonne ambiance musicale
  • Prise en main rapide
  • Jusqu'à 8 en multijoueurs

Les -

  • Un peu cher
  • Quelques ralentissements
  • Un style visuel et un principe qui peuvent rebuter
  • Des mondes plus petits que sur PC
La note de jeuxvideo.fr
-
La note des internautes
8.8

(2518 votes)
Publiée le 23/07/2010 à 00:07, par

Test de Minecraft

Le web recèle parfois de petites perles. Minecraft est de celles là. Ce jeu « bac à sable » est développé par une seule personne : Makus Persson. Minecraft nous fait pénétrer dans un monde immense fait de pixels où c’est au joueur d’écrire sa propre histoire. Hardcore et chronophage, Minecraft pourrait en surprendre plus d’un.

L’art du « Crafting »Retour au sommaire
art-crafting
Le "carfting" permet de créer toutes sortes d'outils, d'objets ou encore d'armes
Le « crafting », non ce n’est pas la nouvelle discipline qui vient du rafting. C’est l’activité qui consiste à fabriquer ses objets dans un jeu vidéo selon certaines combinaisons. Un peu déconcertante au départ, pour les habitués des « forgerons » ou items lambda « dropés » (tombés d’un ennemi), cette partie du gameplay de Minecraft se maîtrise au fur et à mesure. La création des objets passe avant tout par la récolte de blocks dans le jeu. D’une taille de 16X16 pixels, il en existe une cinquantaine de types différents. Le wiki du jeu donne les « craft » de bases pour bien débuter. Au départ, nous ne disposons que d’une matrice de 2X2 pour créer nos objets. Le premier réflexe à avoir est donc d’agrandir notre matrice pour passer à la taille 3X3 grâce au bois, matériau à la base de tout dans Minecraft. A vous de trouver les ressources les plus rares pour fabriquer des armes ou des outils plus résistants. Un inventaire permet d’emporter avec nous un certains nombre d’objets. On peut même construire un coffre dans l’une de vos bases. Adieu les problèmes de stock avec cette solution. Il faut savoir que notre avatar ne gagne aucun niveau. Seul le « craft » augmente nos possibilités d’action. A partir de là, le jeu prend toute sa saveur. Entre les périodes de récoltes où il faut jouer avec le cycle jour/nuit (10 minutes chacun environ) pour éviter de se faire attaquer et les phases de construction d’abri ou d’objet, Markus Persson a trouvé un juste équilibre. On vous aura prévenu : Minecraft est extrêmement chronophage mais tellement jouissif. Votre copine risque d’avoir froid dans le lit conjugal.

N/A
Explorer ou s'installer ? Telle est la question dans Minecraft
Le « crafting » c’est bien joli me direz vous mais quelle est le but de Minecraft ? Et bien aucun. Markus Persson applique à la lettre le principe de base d’un jeu « bac à sable ». Les cartes sont générées aléatoirement et offrent ainsi un monde totalement ouvert. C’est à nous d’écrire l’histoire que l’on veut. En clair, si vous êtes un fan de construction et plutôt sédentaire : récoltez des matériaux et fabriquez votre forteresse de rêve pour admirer le paysage. On peut même cultiver ses propres champs. En véritable Mac Gyver, le joueur créé des mécanismes à l’aide de leviers et de boutons. Ils se révèleront très efficaces lors des attaques de zombis la nuit. Pour les aventuriers, rien ne les empêche de partir en exploration. Vous trouverez de quoi vous nourrir sur les cochons et de quoi vous vêtir sur les vaches et les moutons du jeu. Mais attention à la nuit tombée, il faudra aussi trouver un abri sûr des zombis. Ils attaquent souvent en bande et seuls les murs, la lumières et vos armes seront efficaces. On peut même jouer au petit mineur et au forgeron avec un four à métaux. Des donjons avec des récompenses sont aussi disséminés dans le jeu. Minecraft n’a pas de fin. La durée de jeu est illimitée, seul votre réveil pour le boulot vous arrêtera. Si l’envie vous en tente, vous pourrez même y jouer au bureau (l’application ne pèse pas plus de 226ko). Cette fois-ci c’est votre patron qui risque de ne pas être d’accord. Et si votre boss surveille les logiciels installés sur votre PC, une version light existe via votre navigateur. Vous n’aurez plus d’excuses pour ne pas y jouer.

Ah ! Pixel quand tu nous tiensRetour au sommaire
ah-pixel-quand-tu-nous-tiens
Plongez dans un univers de "LEGO" avec Minecraft
Pour les graphismes, Markus Persson nous ramène dans notre enfance avec de bon gros pixels à la Doom. C’est grossier, on peut même dire que ça attaque les yeux, mais c’est terriblement fun et beau. Comment ne pas être pris d’un fou rire devant ses vaches et ses cochons aux formes cubique, qu’un certain Picasso aurait aimé. On plonge dans un style rétro simple et graphiquement impressionnant. On est littéralement scotché sur notre écran à la vue des décors qui s’étendent à perte de vue. Au niveau des animations, le jeu étonne aussi : l’eau suit un courant et peut être déviée et la neige s’accumule sur le sol de façon réaliste. Même si la vue est à la première personne, il est possible de personnaliser son avatar avec des blocks de différentes couleurs ou avec un éditeur créé par la communauté de joueur. A l’inverse, Minecraft ne possède aucune bande son, si ce n’est les cris originaux des animaux ou très glauques des zombis. Et oui, les bruits suspects, ce n’était pas votre collègue de bureau Robert mais bien un de ses satanés zombis qui a mis fin à votre exploration.

N/A
Qui peut bien se cacher dans les ombres de ce paysage ?
Terminons par la technique. Le système de visée reste encore très imprécis. Le niveau de l’IA est lui divisée en deux parties. Les animaux, cités plus haut, n’ont aucune intelligence et restent plantés devant vous à attendre une mort certaine. Pour les zombis, c’est une autre histoire. Ils sont nombreux et attaquent souvent par surprise. On sursaute lorsque l’on entend derrière nous un « Burrr » ou un « Ssss » qui annoncent une mort prochaine si on ne dégaine pas assez vite notre arme. Mais il ne faut pas oublier que le jeu est toujours en développement. On peut donc s’attendre a ce que ces « détails » soient corrigés. En effet, il subi des mises à jour régulières de la part de son développeur et de la communauté. La prochaine à venir est un mode multjoueurs pour le mode payant (10 euros) Survival (prévue dans 15 jours). Dans ce mode, le jeu est complet. On a accès à toutes les fonctionnalités. Un mode classic gratuit est aussi disponible avec seulement la possibilité de construire des structures en empilant des blocks. A vous de choisir selon vos envie. Une chose est sûre : Minecraft va vous rendre accros.




Un design original, un gameplay complexe, complet et fun, Minecraft nous a séduits. Même s’il y a encore quelques imperfections, le jeu propose une expérience rare dans le jeu vidéo aujourd’hui. Avec sa durée de vie illimitée, on ne décroche plus de notre écran. Soutenu par une communauté très active de joueurs, Minecraft se place comme un incontournable sur PC pour les hardcores gamer et ceux qui souhaitent le devenir.

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.8
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : kou4k
Très bon
Infini ! Minecraft, c'est le survival ultime ^^. Le concept est simple, Lego + des monstres. vous essayez de survivre dans un univers hostile composé de cubes. Pour se faire, il vous faudra utiliser votre environnement afin de construire de quoi subvenir à vos besoins. Minecraft, c'est le jeu bac à sable qu'il faut à ceux qui ne sont pas réfractaires aux graphismes dégueux et au pixel art, et qui ont env suite ...
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : Anonyme
A éviter
Ennuyeux Le jeu est bien dans le domaine bac a sable mais il est ennuyeux . Niveaux graphique il faut avoir des shaders pour trouver le jeu beau qui est laid d'origine Nivaux senario : Tuer l'enderdragon . Les mods agrandit la durée de vie du jeu mais en s'ennuye ou bout d'un moment . Désolé pour les fautes d'orthogrraphes .
flechePublicité

LES OFFRES

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité