flechePublicité

Test Machinarium (PC) : 0/10 sur JeuxVideo.fr

Sortie Juin 2010 sur PC
Publiée le 11/12/2009 à 00:12, par Geaz

Partager ce test

Test de Machinarium

A la question peut-on percer dans le monde vidéoludique quand on est inconnu tant des professionels que du grand public ? Amanita design nous apporte la réponse. Sans grand moyen, osant le pari de la 2D alors même que la technologie 3D sur écran crée l’événement, leur dernière œuvre, répondant à l’étrange nom de Machinarium, met tout le monde d’accord.

Un jeu intemporelRetour au sommaire
jeu-intemporel
Attention à la flaque d'huile, swizz !
Vulgairement rejeté en périphérie de la ville et cruellement démembré, un petit robot chétif tente tant bien que mal de sortir de sa tétraplégie forcée. Tel est le point départ du scénario qui nous plonge directement dans une ambiance glaciale et déshumanisée. Dans ce monde post-apocalyptique, la parole n’existe pas et c’est à travers des bulles sommaires que les protagonistes essayent de communiquer entre eux. Notre robot n’a donc même pas de prénom ou un vague numéro de série. Dès lors, on pourrait croire qu’aucun lien étroit ne peut émerger sur une telle base narrative. Il n’en est rien, au contraire, avec son strabisme prononcé, sa démarche de pingouin et ses petites mimines en forme de pince, notre ami d’acier se révèle très vite attachant.

N/A
image 1
Dès la première scène du jeu, au beau milieu d’une décharge putride, le gameplay s’assimile vite et bien. Un inventaire sur le haut de l’écran, un clic gauche pour se déplacer, un autre pour interagir avec son environnement et, enfin, glisser le curseur sur notre malicieuse boîte de conserve pour le régler … en hauteur ! Atteindre les points culminants ou au contraire se faufiler dans les égouts sont des problèmes caducs pour notre compagnon mécanique. On sent bien que les développeurs ont repris le fonctionnement éprouvé du point and click, sans oublier d’y apporter l’inventivité nécessaire pour renouveler le genre. A ce titre, citons la bulle d’aide qui prodigue un indice par tableau et le « walkthrough book » qu’on pourrait traduire par « bouquin de traverse ». Ce dernier est un jeu dans le jeu, où, aux commandes d’une clé mitraillette, il suffit d’éliminer la menace arachnide pour se voir délivrer la réponse de tout le tableau, et en images s’il vous plaît ! Une solution intégrée bienvenue, qui ne sera pas de trop pour affronter la suite des événements.

Sans Mémoire vive, on rame !Retour au sommaire
sans-memoire-vive-on-rame
Le pétard du condamné
Après quelques tâtonnements bien naturels et la résolution des premières embuches, l’intrigue s’épaissit. Trois gros robots, au physique ingrat, tentent de déstabiliser la ville en fabriquant et armant une énorme bombe artisanale. Mais ce n’est pas tout, ils retiennent également captive la petite ami de notre compagnon de route, qui se retrouve malgré lui le seul en position d’arrêter cet odieux complot. Avec pour seules armes son courage et sa détermination, nous voila partis aider notre héros de circonstance dans l’accomplissement de sa quête.

N/A
Un des puzzles les plus durs. Prise de tête garantie.
La collecte d’objet et les discussions avec les personnages secondaires, très réussis grâce à leur exotisme et hauts en couleurs, forment la première étape nécessaire à la progression dans le jeu. A cela vient s’ajouter la résolution de nombreux puzzles et pièges, tous plus tordus les uns que les autres. Allergiques aux casse-têtes, s’abstenir. Il faut parfois s’attarder plusieurs minutes devant un mécanisme, en apparence simpliste, pour en percer les mystères. La variété des situations et des rencontres est appréciable. Chaque tableau est un nouveau prétexte à l’expression géniale du studio tchèque. Distraire un garde chiourme qui joue aux fléchettes, aider cette dame androïde qui a perdu son toutou ou encore gagner quelques deniers dans la salle d’arcade du coin, les situations sont souvent drôles et les moyens de les résoudre, bien pensés. Petit conseil, n’oubliez pas de passer chaque tableau au peigne fin et de noter tout ce qui vous semble faire office d’indice. Dans tous les cas, la progression est assez libre et on peut facilement revenir sur nos pas.


Un simple mouvement au lieu d’une symphonieRetour au sommaire
simple-mouvement-au-lieu-symphonie
Notre robot fera des rencontres animées
Si Machinarium va vraiment vous séduire, ce n’est pas seulement à cause de son antihéros empêtré dans une histoire qui le dépasse, ni grâce à une aventure corsée et réussie. L’ambiance qui règne dans le titre, de par une réalisation tout bonnement excellente, est LE point fort du titre. Les graphismes, entièrement faits à la main, sont fins et caressent la rétine. Ici, pas question de millions de polygones, juste une maestria artistique qui fait que chaque tableau surpasse le précédent. La 2D retrouve toute ses lettres de noblesses et les personnages animés s’intègrent parfaitement à des décors statiques de toute beauté. La musique est quant à elle envoutante. Mêlant une sorte de brouhaha industriel à des sons beaucoup plus cristallins, elle sublime l’atmosphère de Machinarium, et nous fait oublier le temps qui s’écoule.

N/A
image 1
Cependant, ce n’est pas un luxe tant le titre est court, trop court. Cinq heures pour un joueur moyen, certainement moins pour les habitués du genre. Autant dire que les atouts du titre viendront vous charmer le temps d’une après-midi, guère plus. Gardons à l’esprit que le prix très doux de ce bijou d’aventure, disponible en téléchargement sur le site du développeur, coûte une quinzaine d’euros, qui justifie en partie cette contre-performance. Et gageons que, si le titre rencontre un succès amplement mérité, alors peut-être une suite verra le jour. L’univers proposé ici dispose en tout cas de tout le potentiel pour accoucher d’un nouveau volet, ne serait-ce que pour donner un nom à notre robot adoré.

Plus intelligent que Nono le Robot, plus drôle que R2-D2, plus mignon que Wall-E, ce Machinarium là va marquer les esprits de ceux qui, à juste titre, se laisseront tenter. Grâce à se narration dépouillée et son atmosphère poétique, cet Ovni dégage une aura universelle, propre à fédérer tous les types de joueurs.

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.2
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
envoutant et sublime ah machinarium na rien d'un jeu comme les autres ici ni violance ni horreur ni frisson que de l'emossion pour au finale un jeu grandiose qu'elle plaisire que dede ce petit robot bougremon ingenieux dans un monde merveilleux benefissiant d'un levél disigne exellent de graphisme de toute bauter et d'une anbience unique mais maleuresement l'aventure est bien trop courte .en attendant une suite
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui / non
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
envoutant et sublime ah machinarium na rien d'un jeu comme les autres ici ni violance ni horreur ni frisson que de l'emossion pour au finale un jeu grandiose qu'elle plaisire que dede ce petit robot bougremon ingenieux dans un monde merveilleux benefissiant d'un levél disigne exellent de graphisme de toute bauter et d'une anbience unique mais maleuresement l'aventure est bien trop courte .en attendant une suite
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui / non
flechePublicité

Idées cadeaux JV

Partenaires Jeuxvideo.fr

Tests

Moebius : Empire Rising

Moebius : Empire Rising

Pour tous joueurs | PC , Mac

Partenaires Jeuxvideo.fr

flechePublicité

Micromania

>Les meilleures offres jeux vidéo

flechePublicité