flechePublicité

Test LFP Manager 12 (PC) : 0/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 20 Octobre 2011 , PC
Publiée le 26/10/2011 à 00:10, par Bizou_

Test de LFP Manager 12

Alors que EA Sports se pavane du succès critique et commercial mérité de sa série Fifa, l'éditeur américain sort en catimini son jeu de gestion footballistique, LFP Manager 12. Face au mastodonte Football Manager 2012, seigneur du genre, on comprend aisément la discrétion qui entoure la sortie du jeu. Autopsie d'un naufrage sportif.

Le Football Manager du pauvreRetour au sommaire
football-manager-pauvre
image 1
L'analogie entre LFP Manager 12 avec Football Manager 2012 est aussi évidente, qu'obligatoire. Au grand dam de EA Sports, la comparaison ne tient pas plus de dix minutes. A peine le temps d'installer le jeu. La carrière lancée, on sent que le jeu mise plus sur l'enrobage au détriment du contenu. Un ressenti qui se confirme au fil des matchs. Le tout sonne assez creux, et si on est rapidement dépassé par les nombreuses options de Football Manager 2012, on est effaré du peu de réglages possibles dans ce LFP Manager 12. Dans les grandes lignes, les aspects généraux des titres sont semblables. Tactiques, entrainements de groupes ou personnalisés, transferts, causerie d'avant et après-match, sont aussi de le partie dans LFP Manager 12. Sauf qu'ici, il n'y pas la précision d'un Football Manager 2012. Et c'est bien là le plus gros problème dans la gestion du titre. On passe du tout ou rien. Par exemple, pour régler l’intensité des efforts, on a le choix entre trois options : faible, normal, fort. On repassera pour les ajustements minutieux, d'autant plus que c'est exactement la même chose pour les autres réglages. Si à première vue on discerne une simplification d'un genre plutôt hardcore, on se rend rapidement compte que c'est finalement un manque de profondeur du titre.

N/A
image 1
Pourtant, LFP Manager 12 se veut un peu plus généreux que son concurrent en proposant dès le menu principal quatre modes de jeux différents. Une tentative de diversification des modes de jeu qui s’avère vaine. Ces quatre modes ne sont rien de plus que de l'enrobage, encore une fois, et ne changent pas grand chose les uns par rapports aux autres. Soit on peut choisir notre club, ou le créer, soit il est possible d'être instantanément tout en haut de l'échelle en étant manager d'un club mais aussi sélectionneur national, ou bien en commençant par la basse besogne en choisissant entre trois offres de petits clubs. Avec EA Sports derrière, c'est l'assurance du plus grand nombre de licences de clubs, et de joueurs. Fidèle à ses habitudes, l'éditeur américain ne déçoit pas de ce côté là. Pour la base de donnée, EA Sports s'appuie notamment sur son mode Season Live qui a fait ses preuves sur Fifa. Ce système de mises à jour régulières des effectifs aurait pu être intéressant. Mais notez ici le conditionnel utilisé. A aucun moment durant le test il n'a été possible d'accéder aux serveurs EA. Adieu donc, la seule interface online du titre, et re-concentrons-nous sur les matchs, la partie la plus importante du jeu.

Un esthétisme qui prime sur le gameplayRetour au sommaire
esthetisme-qui-prime-gameplay
image 1
Le crédo de LFP Manager 12 est simple : travailler l'esthétisme du titre, le talon d'Achille de Football Manager 2012. Dans un sens, le pari est réussi. Le moteur 3D est par exemple ce qu'il se fait de mieux pour le genre. Tout en ayant quelques années de retard sur les moteurs de Fifa ou PES, la réalisation de ces matchs sont bien plus réussi que sur le titre de Sega. On identifie la plupart des stars du ballon rond, malgré leur regard zombifié. Bien sûr, quelques incohérences viennent égayer les parties d'une franche rigolade. Un Valbuena presque aussi grand que les gabarits d'une équipe comme Manchester United assure un fou rire pendant tout un match. Parfois, les développeurs sont allés trop loin, au point d’être parfois hors-sujet. Je me demande encore l'intérêt de gagner des objets pour son bureau d'entraineur et l'activation des options de vie privée afin d'avoir une maison et une famille, tout comme les efforts mis en place pour développer un éditeur d'apparence complet.

N/A
image 1
L'organisation des matchs a donc une saveur plus réaliste que Football Manager 2012 sur le plan esthétique. Mises à part les musiques à vomir dans les menus, allant de Hans Zimmer aux plus grands tubes de Fun Radio, les ambiances sonores dans les stades se rapprochent du grand frère Fifa. Certains chants de supporteurs sont reconnaissables, et le Hervé Mathoux/Franck Sauzée est toujours aux commandes des commentaires de matchs. Une fois le début de match sifflé, c'est malheureusement l'hécatombe. Un tas de défauts s'amassent, enfonçant le jeu sans que jamais cela ne s'arrête. Le jeu des équipes n'a aucune cohérence par rapport au travail fourni en amont. Tous les efforts consentis pour la préparation du match deviennent inutiles. Que ce soit les entrainements, les réglages tactiques et même les causeries, ils n'ont aucunes conséquences directes sur le jeu de l'équipe. L'impression que tout n'est que hasard se fait vite ressentir. Pour commencer, les formations basiques sont souvent incongrues. Par exemple mettre l'équipe de France dans une formation 4-4-2 avec Benzema, associé à Gameiro n'est que pure folie, quoi qu'en dise les plus fervents supporters du PSG. Même constat, pour Pedretti, une des recrues majeures de Lille, mis sur le banc par Debuchy.

N/A
image 1
Outre ces quelques réglages par défauts loupés, c'est surtout une impossibilité tactique de changer le cours d'un match qui dérange. Les mêmes ajustements minimalistes énoncés plus haut, sont les seules possibilités stratégiques proposées ! Alors qu'en face, Football Manager 2012 offre de nombreuses alternatives en passant par des consignes spécifiques ou collectives, dans LFP Manager 12, il est absolument impossible de régler quoi que ce soit. Pire, certaines touches du clavier correspondent à des directives telle que tirer, dribbler, jouer vers l'avant etc... Sauf que si l'on harangue trop à nos joueurs ces ordres, l'arbitre nous sort du terrain, et nous interdit jusqu'à la fin du match de changer quoi que ce soit dans l'organisation de notre jeu. Alors la plupart du temps on s'ennuie, et on laisse le match se dérouler. Mais le mal est encore plus profond. C'est le match qui se déroule sous nos yeux qui est complètement irréaliste. Nous avons à faire à de véritables parties de billard, où la balle est envoyée d'un bout à l'autre du terrain, sans jamais réellement poser le jeu et construire une action, et ce, quelque soit notre formation. La boucherie sur le terrain est sans nom. Un récital de cartons jaunes et rouges, de pénaltys et de fautes en tout genre. Un engagement physique que ne renierait pas De Jong ou Pepe. Le problème c'est que ces fautes en plus d'être inacceptables et bien trop récurrentes, coupent toutes les actions.

LFP Manager 12 se perd entre sa volonté de rendre la gestion de football plus accessible, et des réglages bien trop simples. Le jeu ne trouve jamais son public, tout comme notre plaisir de jeu. Le hasard est bien trop présent pour un genre qui est censé être minutieux. EA Sports se loupe complètement et devra revoir tout son gameplay pour l'épisode prochain, surtout quand on sait que la concurrence est rude face à un Football Manger 2012 qui nous a entièrement conquis.

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.3
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
Super Rien à dire exactement ce que je recherchais Convivial, agréable à regarder, facile de se retrouver, un jeu vivant... Sans oublier l'ajout de pleins de petits menus lors des matchs ce qui nous facilite la navigation. Effectif au complet et chois de gestion total selon notre style de jeu Super
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : akfepaer
Bof
J'ai été particulièrement déçu par ce jeu, pas de grandes nouveautés, la beauté est au rendez-vous mais rien de nouveau, même le mode 3D est en dessous de ce que j'attendais... Même si ce jeu est toujours aussi complet, le fait de ne plus avoir la possibilité d'être entraineur joueur et de jouer le match a proprement dit, ça m'a rendu perplexe...
flechePublicité

LES OFFRES

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité