flechePublicité

Test Icewind Dale (PC) : 5/10 sur JeuxVideo.fr

Sortie Septembre 2000 sur PC

Les +

  • La représentation des sorts.
  • Les reflets du décor.
  • 70 nouveaux monstres.
  • Les graphismes du décor.
  • Les niveaux maximum des personnages a augmenté par rapport à Baldur's Gate.

Les -

  • Résolution d'écran limitée à 640x480.
  • Pas vraiment d'originalité au niveau du scénario.
  • Pas vraiment de nouveauté (armes, textures, couleurs...).
  • La représentation et l'intégration à l'écran des personnages.
  • Pas de lumières dynamiques.
  • Scénario pas t
La note de jeuxvideo.fr
5.0
moyen
Niveau d'attente
des lecteurs de Jeuxvideo.fr
Attendez-vous ce jeu ?
Voulez-vous discuter de Icewind Dale sur le forum ?
Il vous suffit juste de cliquez sur le bouton ci-dessous pour créer votre sujet !
Publiée le 30/11/-1 à 00:11, par Genseric

Partager ce test

Test de Icewind Dale

Une suite à Baldur's Gate ?Retour au sommaire
Après le succès phénoménal rencontré par Baldur’s Gate, véritable renouveau du jeu de rôle, à l’époque, le public était en attente de suites et de produits dérivés. Si la suite du premier est bien entendu Baldur’s Gate 2, Icewind Dale se situe plutôt dans la série des produits dérivés. Utilisant le même moteur de jeu que son illustre prédécesseur, il n’apporte pas grand-chose de neuf à la série, si ce n’est une prolongation du plaisir pour les vrais amateurs. Mais tâchons de procéder par ordre, voulez-vous ? Tout d’abord, Icewind Dale (ou Val-de-Bise en français) est le nom d’une région du grand nord des Royaumes Oubliés, articulée autour d’une communauté appelée Dix-Cités. Les lecteurs des aventures de Drizzt Do Urden, le célèbre elfe noir inventé par R.A. Salvatore, sauront de quoi l’on parle.

L’hiver est particulièrement rigoureux cette année dans le Val-de-Bise et les causes en sont visiblement surnaturelles. Le petit village dans lequel se retrouvent vos aventuriers est rapidement isolé du reste de la communauté et une expédition va être mise sur pied afin d’aller chercher vivres et matériaux afin de s’assurer une vie paisible dans l’attente du redoux. Mais le Val garde sous sa couche neigeuse bien des secrets et des complots qu’il vaudrait mieux ne pas remuer… A moins d’être à la recherche de gloire, de richesse et de prestige ! Et c’est bien là tout le problème de ces satanés aventuriers. Alors qu’ils pourraient profiter d’un bon feu en taillant la cornedentelle et sirotant un petit cidre importé du Calimshan !
une-suite-baldur-s-gate
Vous avez intérêt à aimer la neige, car vous allez en voir des tonnes !
une-suite-baldur-s-gate
C'est bien une table ronde, mais ce n'est Camelot.


Un prétexte à l'aventure...Retour au sommaire
En fait de scénario, bien qu’il y ait une quête principale et donc un scénario, Icewind Dale propose plutôt aux joueurs qui n’ont pas été repus après avoir terminé Baldur’s Gate et son supplément, Tales Of The Sword Coast, la mise à sac d’une région des Royaumes Oubliés. Un prétexte à l’aventure, si vous préférez. Loin de rejoindre la richesse du père de la série, cette séquelle est une succession de combats, d’explorations et de situations aventureuses plus ou moins intéressantes. Déçu ? On est en droit de l’être. Et pourtant, la plupart des ingrédients de Baldur’s Gate s’y retrouvent et une fois remis du vilain coup porté à votre portefeuille, vous allez pouvoir profiter d’une sorte d’add on au votre jeu de rôle favori.

Car malgré tout, la sauce prend encore. Si les régions traversées sont monotones en raison de leur épais manteau blanc, elles sont définies en profondeur et les allusions aux légendes locales, à l’histoire des lieux et à la joyeuse complexité des Royaumes Oubliés sont légion et les amateurs du jeu de rôle sur table se goinfreront de tous ces détails croustillants. De même, les lecteurs des romans de R.A. Salvatore y retrouveront cette ambiance si particulière de la fantasy à tout crin prônée par le décor de campagne le plus célèbre du jeu de rôle Advanced Dungeons & Dragons. Si la magie opère toujours, il ne faut toutefois pas se laisser berner.
un-pretexte-l-aventure
De combats en exploration, le rythme sera soutenu.
un-pretexte-l-aventure
On compte peu d'améliorations par rapport à Baldur's Gate.


A réserver aux assoiffés de BGRetour au sommaire
Les améliorations apportées au premier jeu sont pour le moins ténues. On peut certes créer son groupe de six aventuriers de toutes pièces, même si votre premier personnage créé sera considéré comme votre leader. Pour ceux qui découvriraient seulement le jeu, sachez que la version des règles usitée ici est la deuxième édition d’AD&D, non la 3.5 qui sert de cadre légal à des jeux comme Neverwinter Nights, par exemple. N’en soyez donc pas surpris.

Comme on l’a écrit plus haut, les décors sont assez répétitifs, l’histoire peu emballante, mais pour le reste, on y retrouve le plaisir de Baldur’s Gate. Toutefois, les gens qui découvriraient seulement la série risquent fort d’en être déçus. A réserver donc à ceux qui ont joué au titre initial et qui en veulent encore avant d’entamer, chronologiquement, Baldur’s Gate 2…
a-reserver-aux-assoiffes-bg
Les effets de sorts sont mieux réussis que dans Baldur's Gate.
a-reserver-aux-assoiffes-bg
Extérieurs enneigés, donjons, extérieurs enneigés, donjons... Lassant non ?
flechePublicité

Idées cadeaux JV

Partenaires Jeuxvideo.fr

Tests

Trials Frontier

Trials Frontier

Pour tous joueurs | iPad , iPhone

Partenaires Jeuxvideo.fr

flechePublicité

Micromania

>Les meilleures offres jeux vidéo

flechePublicité