flechePublicité

Test Hard Reset (PC) : 5/10 sur JeuxVideo.fr PC

Sortie le 13 Septembre 2011 sur PC

Les +

  • Principe des armes sympathique
  • Gameplay en fusillade satisfaisant
  • Dernière heure musclée
  • Visuellement réussi...

Les -

  • ... mais beaucoup trop répétitif
  • Beaucoup trop court
  • Déplacements mous du genou
  • Design peu inspiré des robots
  • Checkpoints trop éloignés
La note de jeuxvideo.fr
5.0
moyen
La note des internautes
6.6

(18 votes)
Donner votre avis
Publiée le 30/09/2011 à 09:09, par Benoit

Partager ce test

Test de Hard Reset : un Painkiller à la mode S.F. ?

Techniquement musclé et fort d'un beau pedigree, Hard Reset s'avançait comme un FPS défouloir et jouissif. Alors, fun ou pas fun ?

Hard Reset
Bien qu'il s'agisse du premier jeu du tout jeune studio Flying Wild Hog, on n'imaginait pas Hard Reset tombé de la dernière pluie. L'hérédité Painkiller, sur lequel certain de ses concepteurs ont travaillé, laissait augurer un retour en force du gameplay nerveux typique des FPS défouloirs, cette fois dans un univers de S.F. steam-punk. Sans être un pur ratage, force est d'admettre que le résultat final n'est pas à la hauteur de son pedigree. La faute à quelques erreurs de jeunesse ?

Level-design qui radoteRetour au sommaire
Hard Reset
Du scénario nous n'aurons pas grand chose à pitcher, puisque la narration reléguée aux seuls écrans de chargements n'a aucune implication dans le champs du jeu lui-même. De prime abord, c'est l'environnement qui séduit par son sens du détail, avant de décevoir par sa répétitivité. Les arrières plans tout en verticalité, offrant une vue sur les tours et structures dantesques surplombant les niveaux, promettait pourtant une exploration future qui ne vient malheureusement que trop tard.

Sur toute la durée de l'aventure, les jeux de lumière et de textures occasionnent quelques moments visuellement saisissants, composées de ruelles tapissées de détritus et d'affichettes publicitaires sous la froide lueur de néons bleutés : on regrette d'autant plus la répétitivité des environnements que, sur la fin des quatre courtes heures que dure le mode solo, on accède enfin à des décors plus aériens, où l'inspiration steam-punk ouvre enfin son registre chromatique sur autre chose que des nuances de bleu.

Hard Reset
En parallèle au rythme du jeu, qui se relève de quelques échauffourées bien tendues et d'un boss final au spectacle bien réglé, l'aventure se clôt sur une note à la fois positive et frustrante. Trop court - à peine plus de quatre heures en normal - le mode solo passe en effet la majorité de son temps dans des décors aux même teintes froides et métalliques,faisant se ressembler tous les environnements. Non pas que le genre FPS bourrin nous ait habitué à des level-design mémorables, l'important se jouant plutôt dans le gameplay de combat lui même que dans l'exploration. Mais ici, les bas-fonds steam-punk pourront tout de même finir par vous taper sur le système, surtout eu égard aux atmosphères de matins industriels jaunes et nocifs qui clôturent le jeu de fort belle manière.

Hard Reset
Par sa belle hérédité dans le genre, Hard Reset promettait des affrontements spectaculaires contre des flots d'ennemis risquant à tout moment de nous submerger. Sans être aussi impressionnantes qu'espérées, les vagues alternent ici entre menu fretin, robots plus imposants et tireurs à distance, dans des séquences de shoot qui font de leur bout de décor une arène sans issue jusqu’à la fin du combat. On y trouvera un temps le défoulement bas du front attendu, même si l'on regrette vite le manque de variété dans les rangs ennemis et le nombre limité de robot par vague - qui empêche tout effet raz-de-marée. Beaucoup moins distrayants que les monstres hauts en couleurs de Painkiller ou Serious Sam, les robots de Hard Reset au design timide ne laisseront pas un souvenir impérissable.

Hard Reset
Moins classique, l'arsenal se divise entre armes à feu et armes « électrique », bases sur lesquelles se greffent les nouvelles pétoires et modifications achetées. En cours de fusillade il suffira d'appuyer sur 'A' ou 'E' pour changer son type d'arme, puis de sélectionner le modèle précis par la molette. La principale marque distinctive du gameplay d'Hard Reset tient précisément dans son système d'upgrades à acheter sur des bornes, qui permet d'affiner son approche selon son goût : on pourra par exemple choisir entre l'AoE (Zone d'effet) avec le lance grenade, le combat rapproché au shotgun et l'arc électrique, ou encore le combat rangé classique... Chaque type d'ennemi ayant son talon d'Achille - chargeurs fragiles face au fusil à pompe, snipers faiblissant sous les roquettes - on apprend vite à jongler entre les modèles dans la furie d'un combat. Si l'on apprécie de retrouver cette nervosité dans le maniement des armes, la mollesse qui alourdit les déplacements fâche d'avantage.

Un gameplay molassonRetour au sommaire
Hard Reset
Il ne faut pas s'y tromper : si impression de vitesse il y a, elle tient d'avantage de l'effet d'optique créé par l'utilisation du « grand angle », qui accentue les perspectives. Pire, une certaine latence dans les mouvements entraîne régulièrement des imprécisions frustrantes, que le saut mollasson ne fait qu'accentuer lorsque les modèles de robots « chargeurs » se précipitent sur nous. Un bon FPS régressif met traditionnellement l'accent sur l'ivresse du déplacement rapide et précis, et c'est précisément ce plaisir de jeu élémentaire qui fait défaut à Hard Reset. Autre exemple : la légèreté de l'impact des armes sur les ennemis explosés, qui contribue au manque de sensations physiques des fusillades.

Hard Reset
Tout aussi fatigant, le level-design finit par jouer contre le plaisir de jeu. Sans aucune justification ni mise en scène, la progression exige systématiquement que l'on ait tué tous les monstres d'une zone pour que certaines portes se déverrouillent. On se retrouve souvent à pester devant une entrée, juste parce que l'on a manqué un ennemi caché à distance qui continue de bloquer la scène. Mais c'est finalement la difficulté abusive qui crispe le plus, due en partie à des erreurs de design purs et simples. Les checkpoint beaucoup trop espacés obligent par exemple à reprendre loin en arrière et à se retaper des bouts de chemins complètement inintéressants ; d'autant que l'omniprésence d'éléments explosifs dans le décor provoque son lot de morts accidentelles... épuisant.

Sorti dans l'ombre des gros jeux de la rentrée, on ne peut pas dire qu' Hard Reset ait déçu des attentes, plutôt ténues. Les joueurs en mal de défouloir sauront peut-être profiter de son sympathique système d'arme, et lui passer la mollesse de son gameplay le temps de quelques parties. Il sera plus difficile de transiger sur la répétitivité de ses environnements qui donnent l'impression de passer les trois quarts du solo dans une introduction. Certes, une fin plus relevée s'éloignant des bas-fond bleutés termine le jeu sur une note sympathique, mais il reste difficile de conseiller ce titre à son prix actuel (28 euros en téléchargement).

Hard Reset
Hard Reset
Hard Reset
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 6.6
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : NeWin
Très bon
un fps un rien exelent bien que (bocoup) trop cour hard reset est un fps ou tout est soit interresant soit génial que ce soit le moteur phisique ou les utilisation des decor pour parvvenir a bout des enemies les armes aux action plutot diversifié ou alors la difficulté plutot relevé. il merité tout autant que nimporte quel fps a gros budjet d'etre mis en avant
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui (1) / non (1)
flechePublicité

Idées cadeaux JV

Partenaires Jeuxvideo.fr

Partenaires Jeuxvideo.fr

Partenaires Jeuxvideo.fr

flechePublicité

>Les meilleures offres jeux vidéo

flechePublicité