flechePublicité

Test F1 2012 (PC, Mac) : 8/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 21 Septembre 2012 , PC , Plus de tests sur PS3 , Xbox 360

Les +

  • Très agréable à jouer
  • Précision accrue des contrôles
  • Interface largement améliorée
  • Gestion réussie de la météo
  • Difficulté relevée
  • De nouveaux modes sympas

Les -

  • Rien de neuf en multijoueur
  • Le mode Grand prix supprimé
  • Gestion des dégâts ridicule
  • Des pénalités un peu sévères ?
  • Seulement 30ips sur consoles
La note de jeuxvideo.fr
8.0
tres bon
La note des internautes
7.5

(2 votes)
Publiée le 24/09/2012 à 16:09, par Nerces

Test de F1 2012 : une simple mise à jour ?

En à peine un an de développement, le studio Codemasters Racing pouvait-il vraiment améliorer l'excellent F1 2011 ou cette mise à jour n'est-elle que de la poudre aux yeux ?

S'il s'en trouvera pour contester cette affirmation, la série F1 de Codemasters est pour nombre de joueurs la simulation de Formule 1 la plus aboutie, tous supports confondus. Malgré cette réussite, l'éditeur britannique tient à rester sur le rythme d'un titre par an et, réglé comme une horloge, il nous propose F1 2012 exactement douze mois après l'opus 2011. Comment Codemasters parvient-il à justifier ces mises à jour annuelles ? Quels points l'éditeur a-t-il retravaillé pour convaincre une fois encore les joueurs de mettre la main à la poche ?

De l'apprentissage du métier de piloteRetour au sommaire
Depuis les premières annonces, Codemasters avait évoqué l'accessibilité du jeu et afin de populariser la Formule 1, le studio a intégré le Young Drivers Test (YDT). Il s'agit - à la manière du License Test de Gran Turismo - d'habituer les nouveaux venus petit à petit en leur apprenant bien sûr le b.a.-ba, mais aussi des le fonctionnement du SREC (le KERS en anglais) ou du DRS. Hélas, cet apprentissage n'est guère poussé et nous n'aurions pas été contre quelques objectifs en plus alors que les habitués - sans rien apprendre - devront en passer par cette séance avant d'aller plus loin !

Plus loin, c'est bien sûr le mode Carrière qui une fois encore constitue le gros morceau du jeu. Ici, rien de bien neuf et Codemasters s'est contenté de petits plus pour combler certains manques. Il est ainsi possible de changer d'équipe à la mi-saison ou, au contraire, impossible de modifier la configuration de votre monoplace dès lors qu'une session de course est débutée... Rien de bien révolutionnaire vous en conviendrez. Il faut dire que pour le solo, Codemasters mise davantage sur l'introduction des modes Champions et Défi de saison pour ravir les joueurs.

Gameplay #4 - Notre seconde prise sur PC


Nouveaux modes et grand absentRetour au sommaire
Présenté comme une véritable alternative à la Carrière, le mode Champions est constitué d'une succession de défis nous permettant d'affronter les six anciens champions du monde engagés sur la Saison 2012. Ici, il s'agit de battre Vettel à Hockenheim tout en signant le meilleur temps au tour. Là, de contenir la remontée d'Hamilton alors que la pluie s'abat sur Interlagos et que l'on chausse des pneus prime. Au total, six défis particulièrement relevés avec différents seuils de progression et la satisfaction du devoir accompli quand, enfin, on décroche l'or en difficile !

Le second mode - Défi de saison - paraît tout de suite plus anecdotique, et ce, même s'il fera plaisir à tous ceux qui trouvent le mode Carrière bien trop chronophage. On y découvre un vrai petit championnat du monde, mais en moins long. Seulement dix courses sont effectivement au programme et les « grands prix » se résument en trois tours de pistes. Hélas, ces deux nouveautés ne peuvent complètement masquer l'absence du mode Grand Prix : il ne sera donc plus possible d'incarner un vrai pilote le temps d'une saison... Un problème de licence ?

Plus de règles, plus de pénalitésRetour au sommaire
Heureusement, sur la piste, cette absence n'est guère gênante. Il faut dire que F1 2012 reprend toutes les qualités qui ont fait le succès des précédents volets. Il n'y a pas tromperie sur la marchandise et on retrouve les sensations qui avaient ravi nombre de joueurs... et même plus ! Tout d'abord, il convient de préciser que les assistances sont plus subtiles qu'auparavant. De fait, les débutants auront moins l'impression de ne plus rien avoir à faire derrière leur volant. Avec le temps, on retirera une à une ces aides à la conduite afin de goûter aux joies des modes pour joueurs expérimentés.

À ce niveau aussi les progrès sont notables, et ce, même s'ils ne sautent évidemment pas aux yeux. Bien sûr, il faut faire avec les changements côté règlementation et il n'est par exemple plus question de fermer violemment la porte à un poursuivant dans un virage. Ici, on note un système de pénalités plus juste, même si certains trouveront - sans avoir complètement tort - que les jugements sont parfois sévères. Dans le contrôle de la monoplace aussi, des progrès sont notables avec par exemple plus de souplesse dans la direction et davantage de précision, notamment à la manette.

F1 2012
F1 2012
F1 2012

Plus cruciale que jamais, la gestion des dépassements est très sensible aux pénalités de course

Précision des contrôlesRetour au sommaire
Le transfert de force se fait avec plus de vigueur et la gestion du freinage semble encore plus importante que sur F1 2011. Faute d'expérience au volant d'un tel bolide, difficile pour nous de juger du réalisme de la chose, mais en pleine course, ça semble être un plus. De fait, les batailles dans les virages sont impressionnantes et les chicanes nécessitent une grande adresse. Demandé par les fans, l'amélioration de la souplesse des contrôles manette permet de se rapprocher des contrôles volants, même si la désactivation des aides risque de surprendre certains habitués de l'opus 2011 !

Une surprise d'autant plus importante que la course se déroule par temps de pluie. En effet, la gestion de la météo s'est améliorée depuis F1 2011 : la situation évolue au fil de la course et l'humidité des portions de circuit diffère. De fait, la sélection des pneumatiques revêt une importance cruciale. Un choix qui se gère d'ailleurs sur la durée puisque des progrès ont également été effectués au niveau de l'usure des pneus. On doit gérer avec précision cette dégradation tout au long de la course et surveiller aussi les stratégies des adversaires.

Des dégâts ? Quels dégâts ?Retour au sommaire
Hélas, tout n'est pas rose dans le monde de la FIA et il en va de même chez Codemasters. Nous avons déjà évoqué la fin du mode Grand Prix, mais ce n'est pas tout puisque Codemasters a par exemple retiré l'usure proportionnelle des pneus en fonction de la durée de la course : en gros, les pneus gardent le même rythme d'usure durant une course en trois tours et un vrai grand prix. Plus gênant, la gestion des dégâts est parfois proche du ridicule avec des collisions qui n'ont guère de conséquence physique ou des sorties de flashback suivies de crevaisons voire de casses moteur !

Enfin, l'outil de ralenti - quoique joli - est un brin limité alors que c'est le statu quo côté multijoueur. Codemasters a effectué un joli travail à ce niveau sur F1 2011 (écran partagé, championnat coopératif en ligne, 16 joueurs humains simultanément), mais il ne faut pas s'endormir sur ses lauriers ! Un constat que l'on peut d'ailleurs formuler à l'encontre du moteur graphique. F1 2012 est une réussite, mais il n'y a guère d'améliorations par rapport à F1 2011... exception faite bien sûr du nouveau circuit d'Austin. Les joueurs consoles doivent encore se contenter d'une animation à 30ips alors que les joueurs PC profitent de 60ips, mais ces derniers regretteront des environnements manquant d'un peu de « profondeur ». Seul le rendu de la pluie semble avoir un peu progressé... Il faudrait donc voir à davantage se remettre en question l'année prochaine.

Gameplay #2 - Démo jouable Xbox 360 (Course)


Pas question pour Codemasters de révolutionner une série qui a fait ses preuves et F1 2012 est sans doute encore un peu plus timide en nouveautés que l'opus 2011. On profitera des nouvelles règles de la FIA bien sûr, mais aussi de progrès dans la physique des véhicules, la gestion des pneumatiques, l'intelligence de course des adversaires et dans la prise en charge météo. Ces nouveautés ne parleront pas aux néophytes, mais pour eux Codemasters a conçu le Young Driver Test : un mode qui fait merveille dans l'apprentissage des rudiments de la Formule 1. Du biscuit pour les forcenés comme pour les néophytes : F1 2012 est sans doute le premier à tenter - et réussir - un tel grand écart. Hélas, les amateurs « sans excès » de F1 2011 en seront pour leurs frais : malgré ses qualités, F1 2012 ne saurait justifier un nouvel achat « plein pot », sauf à être un fanatique.


Test PC réalisé sur une machine à base de Core i7 3,6 GHz, 6 Go de mémoire vive et GeForce GTX 680. Le jeu semble à son aise à partir d'un processeur double-cœur 3 GHz, épaulé par 2 Go de mémoire vive et une GeForce 9800 GTX.

F1 2012
F1 2012
F1 2012
F1 2012
F1 2012
F1 2012
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist F1 2012

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité