flechePublicité

Test Euro Truck Simulator 2 (PC) : 0/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 19 Octobre 2012 , PC
Publiée le 21/11/2012 à 00:11, par Yse

Test de Euro Truck Simulator 2

La mode actuelle semble être à la simulation. Entre ces titres souvent au rabais qui nous proposent de conduire des engins de chantiers, et qui optent pour des camions-poubelles, des véhicules agricoles ou on ne sait quelle autre bizarrerie, il y a de quoi rester perplexe. De notre côté, on a décidé de rester classique et de se tourner vers Euro Truck Simulator 2, second opus de la simulation de camionneur phare made in SCS Sofware. Autant l'avouer tout de suite : ce test fut une agréable surprise.

Sur la route encoreRetour au sommaire
route-encore
image 1
Le développeur de ETS2 a beau être un spécialiste du genre (son catalogue compte une demi-douzaine de licence de simulations routières), il ne nous a jamais vraiment gratifiés de la simulation ultime. C'est aigris et trop habitués aux bousasses du style « machin simulator » que nous lançons le jeu. Les premières surprises ne se font pas attendre. Tout d'abord, il convient de créer un véritable profil, avec nom du chauffeur, une petite photo d'identité (à choisir parmi une belle galerie de rednecks à tête de vainqueurs), style de camion préféré, logo et nom d'entreprise. Une fois les paramètres ajustés, ETS2 largue son utilisateur dans un tutoriel, passage obligatoire pour tout néophyte désirant apprendre. C'est ici que le joueur apprendra les bases du formidable métier de routier et qu'il se familiarisera avec les nombreux contrôles du véhicule. Et autant dire qu'il va lui falloir une bonne mémoire tant il y en a. Entre les nombreux angles de caméra disponibles, les phares, les essuie-glaces, le klaxon, les clignotants etc., les raccourcis ne manqueront pas de s’emmêler dans sa petite tête. On ne peut toutefois pas lui reprocher une telle variété de contrôles, puisqu'ils se posent comme les premiers éléments réalistes du jeu avec lequel les amateurs de simu routières interagiront. Une demi-heure de ce didactitiel limpide suffit à inculquer les mécaniques importantes du jeu. Il est grand temps de prendre la route et de voir ce que Euro Truck Simulator 2 a réellement dans le ventre.

N/A
image 1
Comme dans la vraie vie, le joueur devra se confronter à une dure réalité : il commence sa carrière tout en bas de l'échelle en tant que simple chauffeur. Pas la peine d'aller pointer au Pôle Emploi, le chauffeur en herbe dispose d'un large choix de missions dont il peut étudier au préalable les caractéristiques : chargement, distance à parcourir, rémunération totale ou au kilomètre, employeur. Bien sûr, la décision du routier naïf ira tout naturellement vers l'offre la plus juteuse. Et pourtant pas forcément la plus judicieuse puisque certaines routes ne sont pas à la portée des camionneurs en herbe, comme ces étroites routes montagneuses faisant le charme de la frontière franco-suisse. Evidemment la carte est largement assez vaste pour varier les trajets et les conditions de ces derniers et le joueur devra mener des marchandises à travers pas moins de soixante villes réparties sur presque toute l'Europe (l'Espagne et le Portugal, pour ne citer qu'eux, manquent à l'appel). Un terrain de jeu aussi vaste que soigné, chaque grande ville disposant d'une architecture reconnaissable au premier coup d'œil. Bien sûr, les proportions de la carte ne sont pas à l'échelle, et un trajet Lyon-Paris, à titre d'exemple, pourra être effectué en une vingtaine de minutes tout au plus. Quelques centaines de kilomètres plus tard, les routiers virtuels peuvent passer à l'étape supérieure : faire un gros prêt à la banque et se payer son premier camion afin de débloquer des missions bien plus juteuses en termes de profits. Là encore, il ne s'agit que d'un début, puisque Euro Truck Simulator 2 ne se limite pas simplement à la conduite.

Chauffard du dimancheRetour au sommaire
chauffard-dimanche
image 1
Certes, conduire reste le cœur de ETS2 quoi qu'on en dise. SCS Software a pourtant voulu aller plus loin en exploitant comme il se doit l'aspect gestion offert par le titre. D'une part, le chauffeur gagne en expérience à chaque fois qu'il réussit une mission. Lorsqu'il passe un niveau, il peut se spécialiser dans un ou plusieurs domaines, comme le transport de marchandises de luxe ou de chargements fragiles. Par la suite, de nouveaux types de missions font leur apparition, et à terme, l'éventail d'offres est si large qu'on peut se perdre des heures avant d'arrêter son choix sur telle ou telle mission. Une fois les dettes remboursées et le portefeuille bien rempli, il sera possible d'agrandir le garage afin de créer un parc de véhicules. Et qui dit agrandir l'entreprise, dit embaucher du personnel. Chaque nouveau camion rejoignant le QG du joueur pourra accueillir un chauffeur préalablement recruté dans une agence. Contrôlé par l'IA, il dispose toutefois de compétences qui lui sont propres, comme une spécialisation dans le transport des matières explosives ou une affinité avec les longs frets. Il convient alors d'assigner au mieux chaque chauffeur aux missions qui leur sont adaptées. Comme si ça ne suffisait pas, il faudra également penser à bichonner les géants motorisés en les réparant régulièrement et en les améliorant grâce à la possibilité de changer la plupart de leurs pièces. Qu'il s'agisse du châssis, du pare-choc ou encore des phares, rien ne semble avoir été oublié. Un souci du détail qui fait d'ores et déjà d'Euro Truck Simulator 2la simulation la plus pointue du moment.

N/A
image 1
L'aspect gestion du titre est si développé qu'on en finit souvent par oublier de reprendre la route. En termes techniques, ETS2 n'est pas à plaindre. Les sensations de conduite sont saisissantes de réalisme, l'inertie des poids-lourd est parfaitement retranscrite et se paye même le luxe de varier selon le type de remorque embarquée et selon la nature du terrain, qu'il soit en pente ou en montée. De leur côté, les camions adoptent des comportements bien différents d'un modèle à l'autre : les véhicules d'entrée de gamme ont la tendance à peiner dans les montées trop abruptes tandis que les modèles les plus onéreux ne souffrent d'aucune baisse de régime. Des détails qui prennent leur importance lorsque l'on s'aperçoit que le jeu est régi par un code de la route strict (les excès de vitesse sont punis, tout comme les feux rouges grillés). Le moteur physique quant à lui se montre plus timide que prévu et n'offre que des collisions gentillettes même à grande vitesse. Sans oublier que la gestion des dégâts n'est pas prise en compte sur le plan visuel. Inutile d'espérer voir la carlingue des véhicules se froisser sous les chocs. D'un autre côté, il aurait été dommage d’abîmer ces camions tant leur modélisation leur fait honneur. Ils évoluent d'ailleurs dans un monde pourvu de graphismes bien au-dessus de ce que les productions poubelles de type « Boucherie Simulator » nous avait habitués. Certes, les ombres et les textures distantes affichent un aliasing très prononcé, mais le regard du joueur préfère généralement parcourir les cockpits criants de réalisme propre à chaque camion. Un tour du côté de la bande-son permet de clore le constat technique. Les moteurs jouissent de bruitages convaincants et les collisions se soldent par des bruits de tôle froissées un peu trop discrets mais sachant rester réalistes. Aucune musique d'ambiance n'est disponible une fois en mode conduite, un manquement au cahier des charges qui se voit compensé par la présence d'une radio permettant d'écouter ses propres musiques (en format mp3) ou encore des webradios après quelques bidouillages dans les fichiers. Et en parlant de bidouillage, il convient de rappeler qu'Euro Truck Simulator 2supporte parfaitement les mods, de quoi rallonger la durée de vie du titre de plusieurs heures. Enfin, les amateurs de longs frets déploreront la disparition de la CB, et devront attendre une prochaine édition pour un mode online qui manque malheureusement encore à l'appel.

Contre toutes attentes, Euro Truck Simulator 2 est une agréable surprise. Rattrapant la quasi-totalité des lacunes d'un premier volet médiocre, la simulation routière de SCS Software est sans aucun doute ce qui se fait de mieux actuellement dans le genre. Doté de graphismes plus que corrects, de camions parfaitement modélisés, d'une physique convaincante et d'un aspect gestion chronophage, Euro Truck Simulator 2 convaincra sans le moindre mal tous ceux rêvant d'embrasser la carrière de camionneur. Pour les néophytes, ETS2 est une simulation à la fois pointue et accessible. Espérons que le prochain opus accueillera enfin le mode online tant attendu.

Tous les commentaires

  • Harlock95
    18/02/2015 01:42:50

    Les jeunes qui test le jeu,sont des joueurs de wow ou call of, mais se jeu est super ne pas les écouter.  Un des meilleurs simulateur de camion. La vu intérieur pour conduire pas du dessus pff

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.3
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Moyen
Bof Je suis routier de profession depuis 30 ans et il y a des abérations incroyables: 1 Le soleil se lève à l'ouest 2 les trajets sont du monde du n'importe quoi, le tunnel du Mont-Blanc n'existe pas. Les prix tiennent du délire (105000 ?uros pour un voyage Liverpool- la tchéquie) 3 des chauffeurs qui rentrent a vide au dépot et qui coutent plus cher qu'ils ne rapportent suite ...
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Moyen
le plus beau jeu de simulation bonjour. j'ai été conquis par son réalisme surprenant .Ces nombreuse possibilité de mission des milliers de kilomètre à explorer.Les nombreux choix de camion avec les plus grande marque valliant,ivedo,renaut trucks,scania et bien d'autre encore.a acheter de toute urgence.Je viens de créer un site internet qui est www.everyoneweb.fr... de nombreux test de jeux vidéo y suite ...
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist Euro Truck Simulator 2

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité