flechePublicité

Test Dishonored : La Lame De Dunwall (PC) : 7/10 sur JeuxVideo.fr PC, Xbox 360 PS3

Sortie le 16 Avril 2013 sur PC, Xbox 360 Sortie le 17 Avril 2013 sur PS3

Les +

  • Ajouts de gameplay pertinents
  • Niveaux bien construits
  • De vrais choix
  • Artistiquement réussi
  • Hautement rejouable

Les -

  • Un peu court
  • Un niveau déjà parcouru en partie
  • Un seul nouvel ennemi
La note de jeuxvideo.fr
7.0
bon
La note des internautes
8.6

(28 votes)
Donner votre avis
Publiée le 19/04/2013 à 16:04, par Thomas Pasquet

Partager ce test

Test de Dishonored : La Lame De Dunwall sur PC

Vendu un peu moins de dix euros, le second DLC de Dishonored est intéressant quoiqu'un peu court. A essayer pour les fans du jeu d'origine.

Six mois après la sortie de Dishonored, Arkane nous livre son premier contenu additionnel scénarisé qui suit les sympathiques - mais dispensables - galipettes du précédent DLC multi-épreuves. La Lame de Dunwall s’arrête le temps de trois niveaux sur le parcours de Daud, l’assassin à qui l’on doit la mort de l’impératrice Kaldwin au début de Dishonored et que Corvo confronte plus tard dans le jeu. Un antagoniste bourré de questionnements qui trouvent un semblant de réponse dans cette première aventure, un peu courte mais pas dénuée d’intérêt pour autant.

Le château DaudRetour au sommaire
Dishonored : La Lame De Dunwall
Daud n’est plus l’impitoyable machine à tuer depuis qu’il a exécuté son dernier contrat. Il doit, pour la première fois, assumer les responsabilités de ses actes. C’est un peu comme si Emile Louis se découvrait une conscience, mais en un peu moins sordide il faut bien l’avouer. Biberonné aux conseils de l’Outsider, comme Corvo d’ailleurs, Daud part donc à la recherche de Delilah, un objet de convoitise censé l’aider à remettre un peu d’ordre à Dunwall.

Dishonored : La Lame De Dunwall
Alors que Corvo s’attaque au Lord Régent, l’assassin ira trouver le gérant d’un abattoir ainsi qu’un certain Timsh, un notable peu scrupuleux dès qu’il s’agit d’exproprier les gens pour les spolier. Autant de cibles qu’il conviendra d’occire, ou en tout cas de mettre hors d’état de nuire. Comme Dishonored, la Lame de Dunwall vous permet de choisir votre manière de régler chacun des problèmes qui se présentent à vous.

Cela se traduit en jeu par une multiplicité des approches, des façons de jouer ou même des lieux à visiter. On retrouve rapidement nos marques dans cette vision très particulière du level-design, qui rentabilise chaque espace : la richesse des décors, qu’elle concerne les méthodes de déplacement, les informations à glaner ou encore les ressources à collecter, pallie la relative étroitesse des lieux. On peut par exemple réussir la mission sans passer par toutes les pièces de l’abattoir (et ainsi rater cette magnifique baleine vivante !), mais ce serait se priver d’informations, de runes ou de munitions bien pratiques pour la suite du jeu.

Pas vu, pas pris... enfin presque !


Le troisième niveau, qui n’est autre que la cache des assassins déjà visitée dans le jeu de base, est donc un peu moins surprenant et riche que les deux premiers, complètement originaux. Il compense cette déception par une difficulté un bon cran au-dessus, avec un maximum d’ennemis rendant l’accomplissement des objectifs particulièrement ardu, surtout en niveau Maitre Assassin. On a d’ailleurs l’impression qu’Arkane a renforcé un peu l’intelligence des gardes, qui ont cette fois un peu plus tendance à nous remarquer en altitude que l’année dernière.

Un DLC déshonorant ? (©Virgile) Retour au sommaire
Dishonored : La Lame De Dunwall
Pour compenser, Daud a quelques nouveaux outils à sa disposition. Que l’on choisisse l’infiltration ou l’action, l’appel d’un autre assassin s’avère bien pratique pour détourner l’attention des gardes, notamment les redoutables bouchers armés de tronçonneuses de l’abattoir. Idem pour les différents types de mines désormais disponibles, qui peuvent maintenant étourdir un ennemi sans forcément l’éliminer ou la grenade incapacitante, idéale pour s’exfiltrer sans encombre d’une situation chaude.

Dishonored : La Lame De Dunwall
Pour le reste, Daud se manipule exactement comme Corvo dont il partage la plupart des pouvoirs principaux (téléportation, arrêt du temps…). Une petite subtilité notable rend le déplacement légèrement plus précis : le temps se fige lorsque l’on maintient la touche de téléportation, nous permettant ainsi de choisir son lieu d’atterrissage en toute quiétude. Ce n’est pas grand-chose, mais cela assouplit encore un peu la progression et facilite l’infiltration, tout comme les « services » que l'on peut acheter entre chaque mission et qui nous offre le code d'un coffre, nous indique une rune cachée ou désactive une alarme potentiellement gênante. Ça a du bon d'être le maître des assassins, parfois.

Bouclé en un peu plus de deux heures en infiltration totale (0 tué, 0 alerte dans les deux premiers chapitres), ce DLC est un peu court compte tenu du prix demandé et du développement scénaristique, qui devrait trouver un dénouement convenable dans le dernier contenu prévu, Les Sorcières de Brigmore. On reste donc un peu sur sa faim même si on le refera instantanément avec plaisir, ne serait-ce que pour essayer d’autres manières de résoudre les problèmes, débusquer toutes les runes ou voir la seconde fin. Mieux, il devrait vous donner l’irrépressible envie de vous replonger dans l’excellent titre original.

Si la déception est réelle lorsque le DLC touche (trop vite) à sa fin, c’est aussi parce que la Lame de Dunwall fait particulièrement bien le boulot. Les deux nouveaux niveaux sont excellents et le troisième assez ardu, les manières de procéder réellement différentes et les petits ajustements de gameplay efficaces et pertinents. Plus difficile mais tout aussi amusant que Dishonored, ce contenu additionnel dispose exactement des mêmes forces que celui-ci, le réservant donc aux nombreux amateurs de Dunwall qui souhaiteraient s'immerger de nouveau dans cet univers épatant. On ne saurait néanmoins que trop vous conseiller d'attendre une hypothétique offre regroupant ce DLC et le suivant, Les Sorcières de Brigmore, qui devrait logiquement conclure cette aventure parallèle.

Dishonored : La Lame De Dunwall
Dishonored : La Lame De Dunwall
Dishonored : La Lame De Dunwall
Dishonored : La Lame De Dunwall
Dishonored : La Lame De Dunwall
Dishonored : La Lame De Dunwall
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )
flechePublicité

Playlist Dishonored : La Lame De Dunwall

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Hyrule Warriors

Hyrule Warriors

Joueurs confirmés | Wii U
flechePublicité
flechePublicité