flechePublicité

Test Crysis 3 (PC) : 6/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 21 Février 2013 , PC , Plus de tests sur PS3 , Xbox 360

Les +

  • Absolument magnifique (PC)
  • Des scènes impressionnantes
  • Originalité de l'arc
  • Variété des adversaires
  • Mode Hunter en multijoueur

Les -

  • Extrêmement gourmand (PC)
  • Trop court / trop facile
  • Furtivité trop accessible
  • Que de bavardages !
  • Des clichés, des clichés...
  • Une fin qui n'en finit pas
La note de jeuxvideo.fr
6.0
bon
La note des internautes
7.2

(455 votes)
Donner votre avis
Publiée le 22/02/2013 à 11:02, par Nerces

Partager ce test

Test de Crysis 3 : une histoire de montagne et de souris

Depuis Far Cry - son premier jeu - Crytek est devenu synonyme de prouesse technique. C'est une fois encore le cas avec Crysis 3, mais cela en fait-il un grand jeu ?

Sur le plan technique, Crytek est sans doute l'un des studios de développement les plus réputés. Son moteur graphique - le CryEngine - compte parmi les plus évolués et sa maîtrise des dernières technologies ne fait aucun doute. Hélas, il n'en va pas forcément de même côté gameplay et pour de nombreux joueurs le passage de Far Cry à Crysis puis à Crysis 2 a surtout été l'occasion d'appliquer un concept de plus en plus réducteur. Crysis 3 vient-il enfoncer le clou ou renouveler un style qui s'étiole progressivement ?

Un scénario à vous faire « cryser »Retour au sommaire
Crysis 3
Des fois que vous n'ayez pas encore fait Crysis 2, on ne va pas dévoiler le scénario de Crysis 3, mais disons simplement que ce troisième opus de la série fait suite avec un décalage de vingt-quatre ans. Le personnage de Prophet est de retour alors que New York a été placée sous un gigantesque dôme par le C.E.L.L., une organisation corrompue qui ne cherche qu'à asservir la population. Baptisée Liberty Dome, la « coupole » de New York a permis à une véritable jungle de s'épanouir au milieu des gratte-ciel désertés. Emprisonné non loin de là, Prophet est libéré durant la séquence d'introduction par Psycho, un ancien coéquipier qui a depuis rejoint la Rébellion.

Autant être clair d'entrée, il s'agit là du point de départ d'un des scénarios les moins inspirés que nous ayons pu voir ces dernières années dans un FPS. Le genre n'est que rarement propice à un travail d'écriture digne de ce nom, mais il faut souligner l'absence du moindre début de bonne idée dans cette histoire de plan de domination mondiale, de revanche extra-terrestre et d'arrogance humaine. Pour faire simple, Prophet devient rapidement le seul espoir de la Rébellion alors que le C.E.L.L. semble tout puissant. Une toute-puissance qui ne repose évidemment sur rien de solide comme vous ne tardez pas à le découvrir... encore qu'il n'y a pas vraiment de suspens dans Crysis 3 !

Début de la campagne solo sur PC


Prophétie et toute-puissanceRetour au sommaire
Pour ne rien arranger, ce manque d'inspiration des scénaristes n'a pas empêché Crytek de multiplier les cinématiques. Il s'agit peut-être d'une affaire de goût, mais ces séquences m'ont paru terriblement bavardes et, surtout, pour ne rien dire d'un tant soit peu intéressant : on tente de ménager le suspens, on enchaîne les rebondissements foireux et on multiplie les « surprises » pas le moins du monde téléphonées ! Heureusement, Crytek a eu la « joyeuse bonne idée » d'autoriser l'interruption de ces cinématiques. Après seulement deux ou trois séquences, vous ne vous en priverez pas et c'est bien parce qu'il s'agissait d'un test que je me suis retenu !

Crysis 3
Forcément, le fait de ne pas couper ces cinématiques permet de rallonger la durée de vie d'une campagne solo bien trop courte, même au regard des standards actuels. Cinq niveaux sont là pour ajuster la difficulté à votre maestria, mais il ne faut de toute façon pas compter sur plus de six à sept heures. Notons d'ailleurs qu'il est possible de modifier cette difficulté en cours de partie et compte tenu de la puissance de Prophet, nous vous invitons à ne pas hésiter à placer la barre relativement haut. Même au quatrième niveau (cf. la vidéo ci-dessus), les ennemis ne semblaient pas plus coriaces que cela et mon habileté est loin d'être exceptionnelle.

Plusieurs cordes à son arc ?Retour au sommaire
La puissance de Prophet repose sur la présence d'un accessoire particulièrement important dans la franchise Crysis : la nanocombinaison. Hélas, au fur et à mesure des épisodes, cette combinaison est devenue de plus en plus simple à utiliser et de plus en plus décisive. Aujourd'hui, ses principales fonctions (armure / camouflage) s'activent en un clic et, plus important, elles durent beaucoup plus longtemps qu'autrefois... et ce d'autant plus qu'avec des améliorations que l'on trouve en cours de partie, on peut encore allonger cette durée : il devient alors possible de traverser des niveaux presque entiers en mode camouflage, au nez et à la barbe des ennemis !

Crysis 3
Une orientation infiltration souhaitée par les développeurs qui ont imaginé le concept de l'arc : une arme qui permet de tuer en un coup et surtout, qui ne désactive pas le camouflage de Prophet ! Ajoutez à cela que des munitions (explosives) permettent de détruire à peu près n'importe quoi alors que d'autres (électriques) mettent hors d'état de nuire plusieurs ennemis à la fois ! Ouverture affichée, il est évidemment possible de se la jouer gros bras : la fonction armure permet alors de résister aux balles de manière assez hallucinante... Prophet est fort, très fort, trop fort !

Inintelligence artificielleRetour au sommaire
La surpuissance du héros est en partie compensée par le niveau de difficulté, mais cela ajoute au jeu un côté frustrant : les passages difficiles le sont simplement parce qu'il n'est pas toujours évident (notamment sur consoles) d'exploiter au mieux / au meilleur moment les atouts de la combinaison. Il s'agit davantage d'un problème de contrôle que d'une vraie difficulté et si l'intelligence artificielle (des soldats du C.E.L.L.) est capable de quelques jolis gestes, elle (celle des Aliens) est surtout décevante : quand on pense que Far Cry s'approche tout doucement de ses dix ans et que Crytek n'a finalement fait aucun progrès dans ce domaine !

Crysis 3
Pire, Crytek semble avoir toutes les peines du monde à renouveler sa façon de concevoir les niveaux et surtout à durer. Ainsi, les premières cartes de la campagne solo sont l'occasion de quelques belles surprises avec ce passage sur le barrage Fulton ou cette séquence dans la gare de triage. Hélas, le jeu devient de plus en plus paresseux pour finir avec une séquence finale absolument interminable dans des niveaux à l'inspiration proche du zéro absolu. On regrette alors vivement les cartes ouvertes de Far Cry ou, dans une moindre mesure, les niveaux certes fermés de Crysis 2, mais qui avaient le bon goût de se renouveler un minimum.

Le plus beau jeu du monde ?Retour au sommaire
Dans Crysis 3, le renouvellement est en grande partie dû au travail des graphistes qui, reconnaissons-le, ont méchamment assuré ! C'est bien simple, Crysis 3 figure sans peine dans le trop 3 des plus beaux jeux jamais vus sur PC. Attention toutefois, il est sublime techniquement parlant et certains joueurs ne tomberont sans doute pas sous le charme de ce design impeccable, mais un peu froid. Dès les premiers instants de la campagne, on est bluffé par la pluie, la précision des textures et les effets de lumière. Ensuite, ce sont les tissus ou les particules qui laissent pantois alors que le niveau de détail des visages, les modèles de personnages et les décors ne sont jamais en reste.

Crysis 3
Sur consoles, le bilan est nettement moins rose avec un crénelage plus prononcé et des textures qui partent un peu en vrille en fonction de la situation. La vitesse d'animation s'est montrée homogène, mais jamais aussi satisfaisante que sur PC... pourvu que vous ayez une configuration musclée ! Les amis de Clubic préparent un gros dossier sur ce point, mais sachez qu'il ne faut pas espérer dépasser le mode « Élevé » à moins de disposer d'un PC haut de gamme. Cette gourmandise fait d'ailleurs tâche alors que Crytek se targue de maîtrise la technique comme personne : certes Crysis 3 est très beau, mais il sera difficile d'en profiter à son maximum.

Un chasseur sachant chasser...Retour au sommaire
Reste que l'aspect technique de Crysis 3 souffre surtout de sa sous-utilisation. Entendons-nous : le jeu est beau, magnifique même, mais sa finalité est on ne peut plus limitée et surtout, il n'en profite pas pour faire progresser le FPS sur tous les autres tableaux. Nous avons déjà parlé de l'intelligence artificielle très inégale, il nous faut maintenant mentionner la gestion physique très en retrait. Bien sûr, les personnages tombent avec panache et certaines explosions scotchent le joueur à son siège, mais la destruction de l'environnement semble avoir reculé au fil des épisodes : voir le surpuissant Prophet bloqué par une pauvre porte rouillée est assez cocasse.

Crysis 3
Côté multijoueur et alors que nous n'avons pas eu beaucoup de temps pour tester la chose, il faut tout d'abord signaler la présence de tout ce qui fait un FPS multi aujourd'hui, mais qui restera inutile faute de joueurs sur les serveurs. Ces derniers pourront toutefois se laisser convaincre par le mode Hunter qui place deux joueurs dans la peau d'un Predator en nanocombinaison alors que les autres, plus nombreux, disposent d'une puissance de feu plus importante. Ce décalage est à l'origine de quelques situations bien tendues et dans un camp comme dans l'autre, les montées d'adrénaline sont nombreuses... À voir si cela suffit à rassembler assez de joueurs sur le net.

Véritable claque visuelle sur un PC digne de ce nom, Crysis 3 a tout de la vitrine technologique. Si c'était déjà un peu le cas sur Crysis 1 et 2, on atteint ici des sommets alors que le gameplay a encore été simplifié au point de le rendre presque caricatural. On se laisse prendre au jeu grâce à une technique de tout premier plan, mais il faut reconnaître que derrière la surenchère graphique, il n'y a pas grand-chose. Les artistes du FPS se plaindront de la difficulté quand les plus indulgents regretteront la faible durée de vie. Sans être un mauvais jeu, Crysis 3 illustre merveilleusement bien l'expression « la montagne accouche d'une souris » : une souris jouable, mais tellement décevante.

Test PC réalisé sur une machine à base de Core i7 3,6 GHz, 6 Go de mémoire vive et GeForce GTX 680. Le jeu semble à son aise à partir d'un processeur quadruple-cœur 3 GHz, épaulé par 8 Go de mémoire vive et une GeForce GTX 660.

Crysis 3
Crysis 3
Crysis 3
Crysis 3
Crysis 3
Crysis 3
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 7.2
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : Anonyme
A éviter
crysis ben a force douvrir leur gueule (crytek) a fait mouche jeux de merde activer
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui / non
Commander sur
flechePublicité

NEWSLETTER

Reçois gratuitement les news par mail !

LES OFFRES

Playlist Crysis 3

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

flechePublicité
flechePublicité