flechePublicité

Test Company Of Heroes 2 (PC) : 8/10 sur JeuxVideo.fr

Sortie le 25 Juin 2013 sur PC

Les +

  • Nervosité / rythme des combats
  • Bande-son percutante
  • Des combats spectaculaires
  • Richesse du contenu
  • Des innovations bien senties
  • Efficacité du multijoueur

Les -

  • Des nouveautés trop discrètes
  • Narration peu inspirée
  • Équilibrage multi en cours
  • 30 Mo par sauvegarde ?!
La note de jeuxvideo.fr
8.0
tres bon
La note des internautes
7.8

(85 votes)
Donner votre avis
Publiée le 24/06/2013 à 16:06, par Nerces

Partager ce test

Test de Company Of Heroes 2 : coup de froid sur le RTS

Oublié le Débarquement de Normandie, Company Of Heroes 2 nous conduit à Stalingrad, Rostov ou encore Lublin... sur le Front russe en somme.

En 2006, Company Of Heroes a constitué une vraie petite révolution dans le monde du jeu de stratégie temps réel. Non content de disposer d'atouts tactiques bien réels, le jeu de Relic se permettait d'emprunter une voie sensiblement différente : il n'était plus question de collecter la moindre ressource et sa splendide réalisation donnait tout son sens à l'expression grand spectacle. Sept ans plus tard, la suite tant attendue déboule enfin sur nos PC... Une nouvelle révolution se prépare ?

« L'Hiver vient »Retour au sommaire
Company Of Heroes 2
Premier constat, en conservant le cadre de la Seconde Guerre Mondiale, Relic ne verse pas dans l'originalité. Le joueur a donc la possibilité d'en revivre certains épisodes alors que le conflit se déroule sur le Front de l'Est, opposant forces allemandes et soviétiques. Les choses débutent par la campagne solo qui nous conte les mésaventures d'Abramovich Isakovich, lieutenant de l'Armée Rouge. Retenu prisonnier par les siens, il semble avoir trahi, mais les choses se dévoilent petit à petit - sous la forme de flashbacks - alors que l'on suit la contre-attaque soviétique depuis les heures sombres de Stalingrad jusqu'à l'assaut victorieux sur le Riechstag de Berlin.

Au final, ce sont ainsi 14 missions qui sont proposées. Elles sont de bonne longueur et il est possible de changer le niveau de difficulté (trois disponibles) entre chaque. Soulignons également la variété des objectifs avec des missions d'escorte, de sauvetage, d'encerclement, d'assaut... alors que même leur forme peut grandement varier. Ainsi, nous ne contrôlons parfois qu'une toute petite escouade plutôt portée sur l'infiltration même si la tendance générale est tout de même à l'assaut de grande envergure. Ce dernier point constitue d'ailleurs la majorité des dernières missions qui pourront demander jusqu'à deux heures de jeu chacune pour les moins expérimentés des joueurs.

La dixième mission de notre campagne solo


Dehors les collecteursRetour au sommaire
Autant les nouveaux venus devraient prendre un immense plaisir à découvrir une campagne variée, bien fichue et dotée d'une solide narration, autant les anciens de Company Of Heroes risquent d'être un peu déçus. En effet, et malgré une poignée de nouveautés sur lesquelles nous reviendrons, Relic nous ressert pratiquement la même chose qu'en 2006. Le moteur graphique a certes progressé, mais la différence reste modeste alors que le gameplay est pour ainsi dire identique. De manière générale, nous débutons la partie avec un quartier général composé de structures (plutôt des tentes) permettant d'appeler différentes unités en renfort. Comme dans CoH, il n'est pas question de collecter des ressources.

Company Of Heroes 2
Main d'œuvre, munition et carburant - auxquels on peut ajouter la limite de population - fonctionnent pourtant comme des ressources, mais il n'est pas question d'envoyer des paysans / moissonneuses pour aller les récupérer. En fonction des points de contrôle en notre possession sur la carte, ces ressources augmentent plus ou moins vite, nous laissant alors la possibilité de recruter plus ou moins vite de nouvelles unités. Ayant déjà largement fait ses preuves sur CoH, ce système a le double avantage d'éviter de complètement supprimer l'aspect ressource tout en permettant aux joueurs de se focaliser sur la tactique militaire.

Succès à gogo !Retour au sommaire
De fait, au cours d'une partie, on ne peut pas transformer son QG en usine à nouvelles unités et il faut prendre soin des troupes que l'on a avec soi : leur remplacement coûte cher et peut prendre du temps. En outre, soulignons la présence d'un système d'expérience qui permet aux unités de progresser sur trois niveaux, débloquant ainsi quelques compétences pas désagréables, comme des grenades antichars par exemple ! Notons que ce total d'expérience n'est pas conservé d'une mission sur l'autre de la campagne ou d'une escarmouche sur l'autre en multijoueur. La progression du joueur en revanche est bel et bien conservée. Elle passe par des succès en quantité industrielle et tout un tas de nouveautés à débloquer petit à petit.

Company Of Heroes 2
Certains de ces bonus sont purement cosmétiques, mais d'autres offrent de réels avantages comme une santé un peu plus importante pour telle ou telle unités. De fait, attendez-vous à rencontrer des armées un peu plus fortes si niveau 12, vous vous attaquez à un niveau 50 sur le Net. Petit reproche au passage, même si les choses sont amenées à évoluer : il n'est pas évident d'avoir une idée précise du niveau du ou des joueur(s) que l'on va rencontrer. En effet, pour monter de niveau, il suffit de jouer et si on rencontre un niveau 50, on peut simplement être sûr que ça fait un petit moment qu'il pratique CoH2.

Gros potentiel en multijoueurRetour au sommaire
Autre reproche, sans doute bien plus important même s'il n'est pas surprenant. L'équilibrage du jeu semble encore tout à fait perfectible. Puisque le jeu n'était pas encore disponible au moment du test, nous nous sommes fait la main sur la bêta. Comme toute bêta, celle-ci est amenée à évoluer, mais alors que les Allemands disposaient de quelques unités redoutables, il y a encore quelques jours, les derniers patchs ont sensiblement changé la donne et il est devenu beaucoup plus délicat de résister aux troupes soviétiques ces derniers jours. Toujours très à l'écoute, Relic va bien sûr optimiser tout ça, mais il nous faudra revenir sur la question plus tard.

Company Of Heroes 2
Une chose est cependant certaine, Relic ne s'est pas moqué du monde niveau contenu. Nous avons déjà parlé de la (longue) campagne solo de 14 missions. Il nous faut maintenant évoquer le mode Theater of War qui ne regroupe pas moins de 18 missions indépendantes les unes des autres. Jouables en coopération, en tests solos ou en escarmouche contre l'IA, ces missions sont tout à fait comparables à celles de la campagne et, en ce sens, elles font plus que doubler la durée d'un jeu qui n'en oublie évidemment pas le « vrai » multijoueur. Ici, trois options : la partie personnalisée qui permet toutes les fantaisies et deux types de matchs « classés », contre l'IA ou contre d'autres joueurs (4 vs. 4 au maximum), le tout sur 13 cartes.

Company Of Heroes v1.5 ?Retour au sommaire
Company Of Heroes 2
Sans surprise, les matchs contre l'IA sont les moins intéressants. Si toutes les missions de la campagne ne sont pas exemplaires, les développeurs pouvaient masquer les lacunes de leur programme : ce qui n'est plus possible lors des escarmouches. Par moments apathique, l'IA se met parfois à faire feu de tout bois ou sort des unités à un rythme soutenu alors qu'elle ne contrôle plus rien sur la carte ! Bien sûr, elle a toujours la possibilité de contrôler toutes ses unités simultanément, ce qui nous joue évidemment quelques tours, mais les vétérans du jeu auront tôt fait de troquer cet adversaire contre de vrais joueurs. Les parties prennent alors une autre dimension, mais on ne peut pas dire que CoH2 révolutionne le canevas mis en place il y a déjà 7 ans.

Ainsi, on a souvent l'impression de jouer à CoH v1.5 : un peu plus joli, un peu plus « sonore » et diablement efficace. Nous aurions toutefois aimé que Relic peaufine son interface et explique mieux certains concepts. Des nouveautés comme la gestion du froid (l'infanterie doit se tenir au chaud), la solidité de la glace (fragilisée par les tanks), l'intégration de TrueSight (évolution en temps réel des lignes de vue) ou encore Twitch.tv (diffusion de son contenu vidéo sur le Net) sont bien présentes, mais après sept ans, on aurait voulu encore plus alors qu'en multijoueur, ladder et matchmaking restent perfectibles.

Trailer E3 2013


Entendons-nous bien, Company Of Heroes 2 est un très bon jeu de stratégie temps réel. Il reprend à son compte toutes les avancées, tous les changements imaginés pour le premier opus et nous en sommes reconnaissants à Relic. Hélas, quand on dispose d'un studio aussi talentueux, on espère toujours qu'il parviendra à réinventer la roue et ce n'est ici pas le cas. Les nouveautés ne sont finalement pas si nombreuses alors que la scénarisation de la campagne solo est tout à fait dispensable. Relic signe donc un nouveau grand RTS, mais ne révolutionne pas le genre comme il avait su le faire il y a sept ans de cela. Company Of Heroes 2 reste une valeur sure, un redoutable concurrent pour tous les autres jeux de stratégie temps réel que les amateurs peuvent acheter les yeux fermés.

Test réalisé sur une machine à base de Core i7 3,6 GHz, 18 Go de mémoire vive et GeForce GTX 680. Le jeu semble à son aise à partir d'un processeur double-cœur 3,4 GHz, épaulé par 4 Go de mémoire vive et une GeForce GTX 260.

Company Of Heroes 2
Company Of Heroes 2
Company Of Heroes 2

Company Of Heroes 2

Company Of Heroes 2
Company Of Heroes 2
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 7.8
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Bon
Parfait Pas difficile à installer du tout c'est que tu es un boulet ... prise en main facile, pour ceux qui se sont habitué au premier volet sortie et à ses 3 extensions, un petit rodage s'impose car il y a pas mal de variantes avec le 1, mais globalement on retrouve de façon globale le 1 mais en bien mieux avec de nouveau concepts. Seul regret il n'y à plus de bataille en mode conquête ... seul les drape suite ...
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui / non
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : Anonyme
A éviter
Très difficil à installer Je n'ai pas encore réussi à installer ce jeux sous Window 7. Je suis actuellement en contact avec le support mais leurs indications ne sont pas claires. Cela devient un cauchemard. L'ancien jeux s'intallait sans problème. Le nouveau, à ce niveau depuis le rachat par SEGA, devient un exercice insupportable. A ne pas conseiller aux consommateurs qui ne sont pas des informaticiens.
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui / non
flechePublicité

Idées cadeaux JV

Partenaires Jeuxvideo.fr

Tests

Partenaires Jeuxvideo.fr

flechePublicité

Micromania

>Les meilleures offres jeux vidéo

flechePublicité