flechePublicité

Test Call Of Duty (PC) : 7/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 07 Novembre 2003 , PC

Les +

  • On est épaulé dans les assauts
  • La guerre comme si on y était
  • Missions et décors diversifiés

Les -

  • Durée de vie trop courte (8 heures)
  • Trop proche de Medal Of Honor
  • Manque cruel d'originalité
La note de jeuxvideo.fr
7.0
bon
La note des internautes
8.8

(111 votes)
Publiée le 17/11/2003 à 18:11, par Honkytonk Man

Call Of Duty

Les développeurs de Call Of Duty connaissent bien leur boulot. Pour preuve, ils viennent tout droit de chez 2015, l'équipe à qui l'on doit Medal Of Honor. Alors, quoi de neuf sous le soleil d'Omaha Beach ?

Call of Duty : A l
Infinity Ward, vous connaissez ? En fait, il s'agit tout simplement de transfuges de la fameuse équipe en charge de Medal Of Honor. Lorsque 2015 a été intégré au sein du giron Electronic Arts, certains développeurs se sentirent floués et décidèrent donc de quitter le navire afin de fonder leur propre studio. Alors si Call Of Duty parle plus ou moins de la Second Guerre Mondiale, que l'on y retrouve plus ou moins le même concept et la même ambiance, vous saurez pourquoi !

En effet, Call Of Duty nous plonge une fois de plus au beau milieu de la Guerre 1939-1945. Pas question toutefois d'incarner un erastz de John Rambo au milieu des bosches puisque notre avatar héros est beaucoup plus proche du soldat inconnu que du glorieux comme nos voisins d'outre-Atlantique savent si bien en fabriquer. Les choses sont d'ailleurs mises au point dès la séquence d'introduction avec une phrase que d'aucun pourrait presque considérer comme une attaque contre Medal Of Honor : "La guerre a changé la face du monde mais ce n'est pas un seul homme qui l'a remportée". Ca tombe d'ailleurs très bien puisque ce n'est pas un mais trois soldats que nous incarnons tout au long de la campagne solo : un Américain, un Anglais et un Soviétique.


Medal Of Duty...


Le décalage d'avec Medal Of Honor ne s'arrête cependant pas là. C'est ainsi que Call Of Duty se caractérise également par la quasi-omniprésence d'autres soldats pour épauler le héros que nous incarnont. Il n'est pas possible de les contrôler ou de leur donner quelque ordre que se soit, mais ils n'en demeurent pas moins présents. Ils jouent leur propre rôle, vous épaulent parfois et tentent de mener à bien la mission confiée à toute l'équipe même si le plus souvent c'est vous qui les épaulerez ! Par exemple, une mission mal débutée, à trop compter sur les copains, et l'on se retrouve seul à terminer le job. De la même manière, en prenant un peu d'avance on s'assure de conserver un peu de soutien lors de passages plus difficiles. Le comportement de ces soldats bien que très scripté est toutefois épaulé par une IA suffisante. Bien sûr, ils attendent souvent que vous passiez devant (hooo, les couards...) mais savent aussi se cacher derrière un obstacle et faire tomber quelques ennemis. C'est tout à fait correct et surtout suffisamment bien fait pour que l'on ne se sente ni seul à faire le boulôt, ni oublié en arrière.

Call of Duty : attaque de l
Call of Duty : en raze campagne
Call of Duty : une zone à tenir

Que ce soit dans les assauts ou pour tenir un poste, nous n'êtes pas seul

La campagne solo débute non loin des côtes normandes. Rassurez-vous, les développeurs n'ont pas poussé le plagiat jusqu'à nous proposer un débarquement (nous verrons plus tard que Call Of Duty propose aussi sa séquence d'anthologie). L'objectif consiste en fait à préparer le terrain avant l'arrivée en masse des troupes débarquées sur les fameuses plages Omaha et Utah. Il ne faut que quelques secondes pour rentrer dans l'ambiance bruyante et chaotique du premier assaut, après le calme et la tranquillité du didacticiel : quel contraste ! Nos compagnons courent dans tous les sens, les tirs fusent d'un peu partout et les mitrailleuses ennemies pétaradent tant qu'elles le peuvent. Je ne sais pas vraiment pourquoi mais ça donne une furieuse envie de foncer dans le tas avec tous les autres... Tout simplement la peur de se retrouver tout seul, perdu comme un poltron au second plan ? On comprend peut-être un peu mieux ce qui fait que pendant ces foutues guerres, les soldats se ruent ainsi vers une mort presque certaine ! Après ce passage d'intense réflexion existentielle sur la condition du troufion de base, poursuivons sur ce qui nous occupe aujourd'hui : le test de Call Of Duty.

Call of Duty : Sous couverture allemande
Les côtes normandes préparées pour le débarquement, ce sont la Belgique, la Pologne, l'URSS qui sont à arpenter pour conclure avec la prise du Reichstag dans le Berlin dévasté de 1945. Les lieux sont vraiment différents et le level-design a été soigné afin d'alterner séquences en extérieur qui font la part belle au maniement du fusil et sécurisation de bâtiments où la mitrailleuse fait des ravages. Côté armement justement, rien de vraiment original et c'est globalement le fusil avec ou sans lunette et la mitraillette qui sont les plus utiles. Il existe bien des déclinaisons de chaque modèle en version américaine, anglaise, russe ou allemande mais toutes donnent plus ou moins les mêmes résultats. Le pistolet et le lance-roquettes qui viennent compléter cette maigre panoplie sont eux réservés à des usages plus ponctuels. Sachez qu'hormis le pistolet, il n'est pas possible de transporter plus de deux armes simultanément : on ne vois d'ailleurs pas bien à quoi cela pourrait servir ! Autre détail qui caractérise Call Of Duty et qui le différencie de Medal Of Honor : la visée est beaucoup moins précise dès lors que l'on déplace la souris, par contre, il est possible d'épauler l'arme pour renforcer la précision auquel cas les déplacements sont beaucoup plus lents mais la précision reste constante.


... Ou Call Of Honor ?

Call of Duty : L
Call of Duty : la campagne russe
Call of Duty : Haaa, la mitrailleuse lourde...

Les situtations et les lieux sont suffisemment diversifiées pour que l'ennui ne s'installe pas

En proposant un jeu si proche de Medal of Honor, les gars de chez Infinity Ward ne pouvaient pas se permettre de ne pas le surpasser techniquement. Graphiquement parlant, le pari est réussi. Bien que les deux fps utilisent le moteur de Quake 3, les modèles sont plus précis et en extérieur, le champ de vision est plus étendu. Les animations sont elles aussi beaucoup plus variées. Quelques exemples : les soldats enjambent les barrières, s'effondrent de tout leur long sous un tir de mitrailleuse ou sont éjectés deux mètres au-dessus du sol dans une giclée de boue après un tir d'obus. Ca change du brouillard de Medal Of Honor ! Autre belle amélioration : l'IA. Proprement misérable sous Medal Of Honor, elle tient bien plus la route sous Call Of Duty. Les ennemis ne se déplacent pas en "Danse de St Guy" pour éviter les tirs, mieux, ils se permettent même parfois de battre en retraite pour mieux se protéger derrière une caisse. Attention tout de même, nous sommes toujours dans un jeu d'action et les attaques s'enchaînent avec une précision d'horloger Suisse.

Call of Duty : OK Sergent!
On n'imagine pas une seule seconde un FPS basé sur la Seconde Guerre Mondiale sans quelques missions à bord de véhicules et Call Of Duty n'échappe bien sûr pas à la règle. Passager d'un Jeep, à l'arrière d'un camion de transport ou bien aux commandes d'un char, là encore, l'élève surpasse le maître et ces passages, souvent lassants dans Medal Of Honor, sont assez agréables et prenants. Mais il y a un point que le développeur a vraisemblablement laissé de côté, c'est l'aspect "cinéma" de la campagne solo. Certainement un des points qui avait tant marqué dans Medal Of Honor. Dans Call Of Duty, il ne faudra compter ni sur les vidéos de transition, ni sur la musique grandiloquente qui donnait à Medal Of Honor toute son emphase. Même les bruitages, qui concernent essentiellement les armements, sont très moyens. En fait, c'est comme si une partie de la magie qui avait fait le succès de Medal Of Honor était restée chez 2015. Reste toutefois une séquence qui restera dans les mémoires : la contre-offensive soviétique sur Stalingrad au début de laquelle, lors de la distribution des armes, on ne vous octroie que quelques cartouches ! D'un côté les mitrailleuses allemandes, de l'autre celles du commandement Russe qui punit les déserteurs... Des milliers de corps criblés de balles s'amoncellent, y'a pas à dire, ça marque!


Conclusion


La démo de Call of Duty avait fait un tabac à sa sortie, c'était bien mérité. Bien qu'il n'apporte rien (mais alors rien du tout) de neuf, le jeu de chez Infinity Ward est fort agréable à parcourir. En combinant des situations variées, un moteur 3D et un maniement qui ont fait leurs preuves, Call Of Duty nous propose un divertissement "fast food" mais façon "menu best of". Le principal reproche que l'on puisse faire à Call Of Duty, c'est bien entendu sa durée de vie qui le hisserait presque sur le podium des jeux les plus courts. En mode normal, on boucle en effet le jeu en 8 heures environ. A 50 euros la boite, ça fait cher de l'heure de jeu !

Les meilleurs joueurs seront sans doute encore plus frustrés car même le niveau de difficulté le plus ardu ne peut prétendre les tenir bien longtemps. Enfin, il manque à Call Of Duty ce qui fait qu'on s'attache plus particulièrement à tel jeu plutôt qu'à un autre. Le "truc en plus", le "détail qui tue", ce machin indescriptible qui fait qu'on adoooore un jeu : dommage !


Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.8
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Crash_Test
Moyen
Et si on changeait de registre???? La note affiché n'a rien a voir avec ce que je pense de ce jeu. Certes la démo est captivante, envoutante: ça tire dans tout les coins, l'AI semble en nette progression par rapport aux autres titres du genre... Mais, et c'est la que le bas blesse, on reste toujours dans le meme registre: un super-soldat qui chope 10 tonnes d'armements et qui cours dans le chemi suite ...
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
flechePublicité

LES OFFRES

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité