flechePublicité

Test Borderlands 2 (PC, Mac) : 9/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 21 Septembre 2012 , PC , Plus de tests sur PS3 , Xbox 360 Sortie le 28 Mai 2014 , Playstation Vita Sortie le 20 Novembre 2012 , Mac

Les +

  • Plus riche, plus rythmé...
  • ... et plus drôle que Borderlands
  • Mode coopératif captivant
  • Version PC remarquable (PhysX)
  • Du loot, du loot et encore du loot

Les -

  • Chargement des textures
  • Personnalisation limitée des héros
  • Peu de nouveautés côté véhicules
La note de jeuxvideo.fr
9.0
incontournable
La note des internautes
8.5

(1410 votes)
Donner votre avis
Borderlands 2
dispo sur PC XBOX 360
Publiée le 18/09/2012 à 06:09, par Nerces

Partager ce test

Test PC / consoles de Borderlands 2 : cent fois sur le métier ?

Trois ans après la sortie de Borderlands premier du nom, Gearbox Software remet le couvert pour un épisode 'Monsieur Plus'.

Succès surprise de l'automne 2009, Borderlands premier du nom ne pouvait pas rester sans suite très longtemps et malgré la sortie de plusieurs DLCs de qualité, Gearbox Software a finalement officialisé Borderlands 2 en août 2011. Pour que cette suite soit un succès, le studio texan se devait de conserver les atouts du premier opus tout en apportant un peu de sang neuf, quelques innovations susceptibles de convaincre les joueurs.

Bis repetita placentRetour au sommaire
Borderlands 2
En bonne suite, Borderlands 2 débute cinq ans après les événements contés dans le premier volet. Le Beau Jack s'est approprié la découverte de nos précédents héros et en a profité pour devenir l'incontestable patron d'Hyperion Corp., une société spécialisée dans l'extraction de l'éridium sur la planète Pandore. Vainqueur d'un concours organisé pour son propre plaisir par Le Beau Jack, notre nouveau héros - trompé par le triste sire - est laissé pour mort dans les neiges de Pandore. Il est secouru par ce bon vieux Claptrap et tombe très rapidement sur une intelligence artificielle que l'on connaît sous le nom d'Ange Gardien... Celle-ci explique que Le Beau Jack doit être éliminé par tous les moyens.

Une fois encore, le scénario n'est cependant pas le point fort de Borderlands 2. On suit avec un certain intérêt les aventures de notre personnage, mais il faut reconnaître que c'est avant tout la quête d'objets et la montée en puissance du héros qui motive le joueur. Avant d'en arriver là, il convient toutefois de le créer ce personnage. Quatre classes ont donc été imaginées par des développeurs qui ne se sont pas trop cassé la tête : Commando, Sirène, Défourailleur et Assassin sont effectivement très proches de ce que Gearbox proposait déjà sur Borderlands premier du nom. Heureusement, les arbres de compétences ont été retouchés et des pouvoirs inédits font leur apparition. Nous y reviendrons.

Gameplay #4 - Début de l'aventure sur Xbox 360


Premier regret, malgré les critiques des joueurs, Gearbox ne permet pas grand-chose côté personnalisation : on change la tête de son héros, on choisit la couleur de son équipement, mais c'est tout. On aurait aimé plus de liberté à ce niveau d'autant que Borderlands 2 joue une partie de son intérêt sur le mode multijoueur coopératif : il est alors plus sympa d'avoir à montrer à ses amis un personnage vraiment bidouillé... Tant pis, nous partons donc avec monsieur tout le monde dans le monde de Pandore à la recherche du pénible de service, Le Beau Jack. Rappelons ici que Borderlands 2 n'est rien de moins qu'un jeu d'action vue subjective mâtiné de hack & slash.

Borderlands 2
À ce niveau, il reprend d'ailleurs à l'identique le concept de son ainé : on défouraille, on tue un maximum d'ennemis et on récupère un maximum d'objets pour améliorer son équipement avant de défourailler à nouveau, etc. Pas d'état d'âme, pas d'énigme complexe ou d'enquête minutieuse : Borderlands 2 c'est de l'action pur jus, des montées d'adrénaline et un peu de tri dans l'inventaire. En ce sens, il n'y a ni bonne ni mauvaise surprise et Gearbox applique une recette qui a déjà fait ses preuves en améliorant tout de même pas mal de petites choses : interface, rythme, gestion des missions et contrôles progressent notablement.

Plus de quêtes, plus d'humourRetour au sommaire
Borderlands 2
Les habitués de Borderlands seront surpris de voir que Gearbox a remanié l'interface... mais heureux d'apprendre que c'est pour le mieux. L'ensemble est nettement plus esthétique, mais on ne perd pas en lisibilité / accessibilité, bien au contraire, et que l'on soit adepte du pad ou du clavier, aucune raison de faire la fine bouche. L'interface permet de gérer l'inventaire, la carte de la zone, la progression de notre héros, mais aussi le journal de quêtes et à ce niveau on regrette simplement qu'il ne soit toujours pas possible de suivre plusieurs quêtes à la fois. Gearbox nous oblige à remplir les objectifs les uns après les autres, au risque de nous faire perdre du temps.

Il faut dire que les quêtes reprennent un peu le concept des missions d'un MMO et comme dans Borderlands premier du nom, on se retrouve à faire pas mal d'allers-retours. Ici, il s'agit de ramener cinq fourrures de Garago, là d'éliminer six véhicules de bandits. Heureusement, le contenu des quêtes ne se limite pas à cela et il s'agit d'ailleurs d'une des plus importantes améliorations de Borderlands 2. Davantage de variété dans les missions, des rencontres plus riches avec les personnages non-joueurs et un monde qui paraît moins désert. Attention, on reste loin d'un Skyrim, mais on prend plaisir à arpenter les zones de jeu, à faire des quêtes secondaires... et pas simplement pour gagner de l'expérience.

Borderlands 2
Borderlands 2
Borderlands 2

Borderlands 2 est l'occasion de retrouver les anciens du premier opus, de découvrir quelques blagues marrantes et de rencontrer de nouveaux personnages bien barrés !

Qualité de l'écriture, de la localisationRetour au sommaire
Cette envie d'aller au-delà de la seule quête principale tient pour beaucoup à la qualité de la narration. Bien sûr, le scénario fil-rouge profite d'un sérieux travail de mise en scène, mais il n'est plus seul comme cela pouvait être le cas sur Borderlands. Ici, tous les PNJs, toutes les quêtes profitent d'un véritable effort d'écriture que l'on retrouve dans la présentation des missions donc, mais aussi dans les interventions accessoires de ces PNJs. On saluera au passage l'excellente localisation française avec une traduction et des voix de qualité. Il ne fallait d'ailleurs pas se louper alors que les développeurs se sont échinés à proposer un jeu plein d'humour.

Borderlands 2
De la vidéo d'introduction aux petites séquences présentant chacun des PNJs en passant par les interventions du Beau Jack ou les commentaires de Claptrap, l'humour est omniprésent. Il n'est pas question de faire dans la subtilité, mais nous avons malgré tout apprécié que Gearbox n'ait pas sombré dans le super-lourd. On sourit très souvent et on rit même parfois de bon cœur entre deux séances de « pan-pan / boom-boom ». Des séances qui sont donc rythmées tout à la fois par la progression du scénario et par les blagues, les touches d'humour ou les références... Nous n'en citerons qu'une : cette mission où notre héros doit livrer une pizza à un groupe de quatre rats-ninjas ayant élu domicile dans les égouts !

Retenir le joueur sur PandoreRetour au sommaire
Borderlands 2
Ces missions secondaires davantage scénarisées et dotées de références que l'on souhaite découvrir constituent l'une des idées de Gearbox pour maintenir les joueurs longtemps sur Borderlands 2. De base, on peut dire qu'il faut une vingtaine d'heures pour boucler un premier run en normal, mais ce nombre augmente sensiblement si on prend un peu son temps, si on cherche à accomplir quelques objectifs secondaires et si on est simplement moins bon : trente à quarante heures semble alors devenir la norme. Reste que Gearbox a tenté d'autres choses pour garder l'attention du joueur et lui donner envie de rester / de revenir sur Pandore.

Bien sûr, Borderlands 2 dispose d'encore plus d'armes / accessoires que son prédécesseur. Du coup, on a encore plus envie de fouiner pour trouver de nouvelles pétoires, et ce, d'autant que les choses sont plus claires : les différences entre les fabricants d'armes sont plus tranchées et on perd moins de temps à identifier les types d'armes qui ont notre préférence. Gearbox a également mis en place le système Brutasse. Il s'agit ici de tenir compte de tout ce que fait le joueur dans une partie : nombre de headshots, nombre d'ennemis qui ont été occis à la grenade. Chaque performance donne droit à un jeton que l'on peut dépenser pour booster la recharge du bouclier ou les points de vie de son héros.

Gameplay #2 - Nos premiers pas sur PC


Du choix des classes / des compétencesRetour au sommaire
Là où les choses prennent un tour intéressant, c'est que ce bonus est commun à tous les personnages que l'on créé et cela permet donc d'accélérer un peu notre second début de partie. L'option peut être désactivée, mais c'est une bonne idée de la part de Gearbox dans la mesure où le début de partie est justement un peu fastidieux. Ce système Brutasse est donc à voir comme un complément de la progression des héros et comme un élément de différenciation supplémentaire. C'est important, car Borderlands 2 n'est pas particulièrement riche à ce niveau : comme nous allons le voir, Gearbox a certes fait des efforts au niveau des arbres de compétences, mais on reste loin d'un vrai RPG.

Borderlands 2
Au maximum, nos héros atteindront le niveau 50 et il nous sera impossible de débloquer toutes les compétences présentes dans les trois arbres de chacun. Cela implique de faire des choix et surtout d'orienter son personnage en fonction de notre style. Par exemple, il est possible de transformer le Défourailleur en tank indestructible ou d'en faire plutôt un spécialiste du tir illimité. Même chose pour l'Assassin qui peut - en fonction des choix de compétences - se muer en adepte du sabre et professionnel du corps à corps ou en expert du fusil de précision... Compte tenu de la limitation en points, il est bien sûr important de choisir très tôt sa voie pour débloquer les compétences les plus puissantes.

Mode coopératif à quatre joueursRetour au sommaire
Borderlands 2
Ces ultimes compétences que l'on retrouve en fin d'arbre sont particulièrement utiles en mode coopératif alors que Borderlands 2 renforce nettement le niveau de difficulté et la quantité de monstres présents. Il est d'ailleurs bon de préciser que de véritables combats de boss - plus nombreux que sur Borderlands - ont été imaginés par les développeurs pour tester l'habileté des joueurs. Des joueurs qui devront donc se spécialiser pour réussir. Il est toujours question de proposer à un maximum de quatre joueurs de faire la campagne (à 4 en ligne, à 2 en écran partagé). Une fois encore, il n'y a donc pas de campagne multi à proprement parler.

Avantage : on peut facilement rejoindre / quitter la partie d'un ami. Défaut : le coopératif perd un peu de son intérêt dès lors que l'on a déjà fait le jeu en solo... Beaucoup de joueurs ont d'ailleurs déjà décidé de ne faire Borderlands 2 qu'en multijoueur avec trois amis : une initiation que nous encourageons, c'est sans doute la meilleure façon de faire le jeu. On regrettera en revanche que Gearbox n'ait pas imaginé de quoi rendre plus intéressant les véhicules : il y en a bien un offrant quatre places, mais il n'y a pas de vrai mode de jeu organisé autour de ces engins et on a encore un peu trop l'impression qu'il s'agit d'un gadget intégré un peu maladroitement.

Borderlands 2
Borderlands 2
Borderlands 2

L'interface s'avère très agréable à utiliser sur PC, comme sur consoles : à droite, découvrez la seconde monnaie du jeu (l'éridium) et les bonus qu'elle autorise.

Une réussite « multi-supports »Retour au sommaire
Heureusement, cela ne gâche en rien l'excellente impression que laisse Borderlands 2. Une impression qui devrait aller au-delà des trente heures de jeu puisqu'il reste possible de refaire l'aventure avec une autre classe de personnage ou de découvrir le mode Chasseur d'Arche : on refait alors la campagne, mais on conserve les bénéfices de son premier passage pour une partie évidemment plus corsée... et nous ne parlons pas encore des DLCs qui ne sauraient tarder alors que Borderlands avait été un des premiers titres à proposer des contenus payants de qualité sans favoriser une plateforme plutôt qu'une autre.

Borderlands 2
Puisque nous parlons de plateformes, il est d'ailleurs bon de préciser que peu importe le flacon, Borderlands 2 parvient à procurer l'ivresse. Bien sûr les versions consoles souffrent de temps de chargement un peu longuets ou d'une distance d'affichage en retrait, mais il n'y a pas à se plaindre et Gearbox a fourni un bon travail sur PlayStation 3 et Xbox 360. Cela dit, le studio a mis un point d'honneur à satisfaire les joueurs PC et il y est parvenu de belle manière. Même s'il faut toujours faire avec cette latence à l'affichage des textures, on profite d'un jeu nettement plus beau : les textures sont plus fines, la distance d'affichage est sans commune mesure et de nombreux effets ont été ajoutés (flocons, douilles...).

Des joueurs PC chouchoutésRetour au sommaire
Borderlands 2
Borderlands 2 profite effectivement du soutien de NVIDIA et va encore plus loin que Batman Arkham City à ce niveau. En activant le PhysX, on voit apparaître de nombreuses particules supplémentaires alors que les tissus prennent vie et que la gestion des fluides passe à un niveau tout autre. Bien sûr, cela ne révolutionne pas le jeu, mais l'apport est plus net que jamais et une fois qu'on y a goûté, il est difficile de faire machine arrière. Hélas, le PhysX reste gourmand et de nombreux joueurs se contenteront d'une activation partielle, déjà très convaincante dans sa prise en charge de l'eau, du slag (liquide empoisonné) et des fluides corrosifs.

Enfin, toujours sur PC, on profite de la technologie 3DVision pour la prise en charge de la stéréoscopie. On chausse ses lunettes et - chose assez rare pour être souligné - on n'est jamais gêné par la présence du réticule au milieu de l'écran. De fait, la visée ne pose aucun problème et Borderlands 2 est sans doute l'un des meilleurs FPS pour profiter de la 3D sans perdre en précision. En fait, il n'y a qu'un seul défaut à la prise en charge du 3DVision : il est un peu moins facile de lire les fiches des armes juste avant qu'on ne les ramasse. Un défaut bien mineur pour une version PC proche de la perfection : il suffit d'ailleurs de jeter un œil aux options disponibles dans les menus pour se rendre compte que chez Gearbox on joue aussi sur PC (gestion du FOV, de la taille de l'interface, d'innombrables réglages graphiques...).

Gameplay #3 - Notre seconde prise sur PC


En calquant Borderlands 2 sur le modèle du premier opus, Gearbox Software ne fait pas dans l'originalité débridée, mais en enrichissant son univers, en allant plus loin dans le délire et en faisant la part belle à l'humour, le studio texan signe un nouveau succès. Cette suite ne ralliera sans doute pas les anti-Borderlands à sa cause, mais elle ravira sans difficulté tous les amateurs du premier opus et pourrait bien faire changer de bord certains sceptiques. Plus rythmé, plus long, plus drôle, Borderlands 2 est en un mot plus abouti. Il souffre encore de la dualité solo / coopératif, mais c'est bien le seul reproche que l'on puisse faire à un jeu qui vient d'avancer Noël de trois mois. Merci Gearbox !


Test PC réalisé sur une machine à base de Core i7 3,6 GHz, 6 Go de mémoire vive et GeForce GTX 680. Le jeu semble à son aise à partir d'un processeur double-cœur 2,4 GHz, épaulé par 2 Go de mémoire vive et une GeForce 9800 GTX. Attention cependant, l'activation du PhysX nécessite une GTX 260 (activation partielle), voire une GTX 560 (activation complète).

Borderlands 2
Borderlands 2
Borderlands 2
Borderlands 2
Borderlands 2
Borderlands 2
Chargement des commentaires...
( les afficher maintenant )

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.5
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Bon
Athaneus Aussi bon et fun que le premier mais manque un peu d?innovation. On dirait un clone de Borderlands un peu amélioré. J'ai eu l'impression de jouer à un dlc du premier plutôt qu'à un véritable nouveau jeu. Mais il n'en est pas moins bon pour autant. C'est quand même un "must have" pour tous les gamers...
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui (5) / non
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui / non (1)
Commander sur
Borderlands 2
flechePublicité

LES OFFRES

Playlist Borderlands 2

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Legend Of Grimrock 2

Legend Of Grimrock 2

Pour tous joueurs Joueurs confirmés | PC
flechePublicité
flechePublicité