flechePublicité

Test Bad Day L.A. (PC) : 0/10 sur JeuxVideo.fr PC

Sortie le 29 Septembre 2006 sur PC
Publiée le 10/10/2006 à 00:10, par revo

Partager ce test

Test de Bad Day LA

Un jeu « différent », c’est le mot qui saute à la bouche lorsqu’on essaye Bad Day LA pour la première fois… Ce jeu polémique, politiquement incorrect mais surtout complètement déjanté, plonge le joueur au beau milieu de Los Angeles durant une journée que l’on pourrait qualifier de… chaotique. Il y met en effet en scène une série de catastrophes assez insolites. But avoué de McGee : tourner en dérision la paranoïa qui règne outre-Atlantique, et dénoncer du même coup le consumérisme à outrance.

Une journée à L.ARetour au sommaire
Le jeu vous invite à suivre l’histoire d’Anthony, un SDF peu recommandable. Ce dernier incarne le parfait anti-héros, complètement amoral, cynique et dénué de toutes valeurs. Ii devra évoluer, au fil de différents niveaux, au beau milieu d’un Los Angeles en plein chaos. Comprenez par là une cité en proie à une attaque bactériologique terroriste, un tremblement de terre, un tsunami, et bien d’autres catastrophes qui auront vite fait de transformer cette ville de rêves en cauchemar permanent. En fait, le seul véritable but d’Anthony est tout simplement - et le plus égoïstement du monde - de fuir la ville. L’aventure se transforme dès lors en une suite de mésaventures scabreuses et de situations insolites et complètement folles, tout cela enveloppé d’une touche d’humour au genre plutôt… inhabituel, confirmant à moult reprises l’aspect parodique que les concepteurs ont voulu donner à Bad Day LA.
une-journee-la
La scène du bébé. Un poil trop loin ?
une-journee-la
Voilà ce que ça apporte d’aider les autres...


Un long chemin de croixRetour au sommaire
un-long-chemin-croix
Efficace !
un-long-chemin-croix
Les objectifs sont tout sauf variés...
Pour fuir la ville, Anthony devra trouver mille astuces et bien souvent accomplir des actes sordides et vicieux. Les niveaux du jeu sont constitués de multiples « mini-jeux » qui permettent, une fois effectués, de progresser dans la partie. Malheureusement, une partie des ces derniers sont très répétitifs, et donc peu intéressants à la longue. Il s’agira par exemple très souvent de soigner des gens, tuer des zombies, etc. On regrettera très vite leur existence, car le parcours s'avère du coup très figé et extrèmement linéaire. Bref, très, très vite lassant.

Les armes disponibles sont pour le moins étonnantes. En effet, en dehors des classiques tels que le shotgun et autres kalach, vous aurez l’occasion de dégommer du zombie (et aussi du piéton innocent, si l’envie nous en prend - n’oublions pas l’esprit du jeu !) avec un démonte-pneu, un extincteur, un déodorant transformé en lance–flamme de fortune, et même… un coupe ongle ! C'est dans un premier temps assez fun à utiliser sur tout ce qui passe par la main, mais on s’en lasse également après quelques niveaux… Dommage, car un éventail plus large de ces armes non-conventionnelles aurait été sans nul doute jouissif à utiliser.

Durant son évolution dans les rues de LA, Anthony pourra bénéficier de l’aide de différents NPC.Le joueur aura juste à sélectionner, au fur et à mesure de son avancement et suivant la situation dans laquelle il se trouve, un des quatre personnages disponibles au final. Super stéréotypés, ces personnages n’en sont pas pour autant drôles à observer évoluer à vos côtés.

Survie au cœur du chaosRetour au sommaire
La prise en main du jeu se fait le plus simplement du monde car il s’agit d’un jeu action/aventure assez classique en soit. L’interface est simple mais claire. Un point plus spécifique au jeu, et qui mérite d’être mentionné, est le système de jauge de menace. En effet, les différentes actions menées par Anthony sont prises en compte par une jauge en haut de l’écran. Le système est simple : si Anthony maltraite des innocents et sème la discorde, la barre de menace augmente. Lorsque cette barre devient trop élevée, les civils et les policiers commenceront à agresser notre héros. Pour inverser la tendance, il suffit d’agir en bon citoyen, par exemple en soignant les gens dans la rue, en tuant des terroristes et des zombies, etc.

Pour vous y retrouver dans ce chaos ambiant, il est possible de demander la route aux civils dans la rue. Mais attention, car selon leur humeur, ils réagiront différemment. L’humeur ainsi que divers renseignements sont mentionnés par des indicateurs au-dessus de la caboche des personnages que vous croisez.

Un détail assez amusant : dans Bad Day LA, les conseilles donnés en guise de tutorial sont fournis par de petits écureuils ! Encore une petite touche d’humour de la part de McGee.

Loin d’une partie de plaisirRetour au sommaire
La maniabilité du titre est désastreuse. Le déplacement du personnage est régulièrement très fastidieux, et on peine parfois à trouver son chemin à coup de sauts balourds au milieu des décombres. En outre, le panel de mouvements disponibles est ultra-réduit, et entretient l’ennui que l’on ressent irrémédiablement après quelques dizaines de minutes de jeu.
loin-partie-plaisir
Mais qu'est-ce que c'est que ce Bins !
loin-partie-plaisir
Absence marquée de ragdoll.


Flagrant délire !Retour au sommaire
Le choix des graphismes est en accord avec l’esprit global du jeu. En effet, loin d’eux l’idée de vouloir faire de Bad Day LA un jeu sérieux : les développeurs ont opté pour un graphisme en cell-shading qui rend plutôt bien à l’écran et donne un côté bon enfant au jeu, malgré toutes les atrocités qui s’y déroulent. Il faut tout de même noter que certains problèmes persistent, notamment au niveau de la modélisation des personnages et des véhicules, qui reste un peu faiblarde. On regrette alors la qualité des cinématiques, tout simplement admirable.

Quant à la bande sonore du jeu, elle est digne de la pire superproduction japonaise… Une sorte de punk/rock répétitif vous accompagnera dès le menu et durant une grande partie du jeu. Côté effets sonores, ce n’est pas la grande joie non plus : pas très soignés, ils font penser aux trucages sonores des premiers films non-muets. Est-ce à nouveau une volonté des développeurs que d’agrémenter leur titre d’une bande son très « parodique » ? En tout cas, cette fois-ci, le résultat est bien peu convaincant.
flagrant-delire
Une modélisation plutôt limite.
flagrant-delire
De quoi requinquer notre viril héros...


Bad Day LA se voulait différent. Ca, c’est assurément le cas ! Malgré cela, ce jeu, qui semble plutôt fun dans un premier temps, se révèle en fait très vite fort ennuyeux. En cause : un panel de mouvements trop restreint, mais surtout un manque de diversité dans les missions et objectifs. Le scénario est amusant mais devient trop stéréotypé au fur et à mesure des niveaux. L’humour qui englobe le jeu durant toute l’aventure est fort particulier, plaira à certains et rebutera d’autres. Il en va de même des graphismes en cell-shading, dont les limites sont elles aussi assez vite atteintes, du fait d’un moteur 3D un peu trop daté.

Incontestable OVNI dans le monde du jeu vidéo, Bad Day LA avait un certain potentiel qui n’a malheureusement pas été exploité comme il se devait. Résultat : un jeu inhabituel, certes, mais qui ne suit pas au niveau technique, et qui s’avère vite très ennuyeux et linéaire.

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.5
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Callofduty-Medalofhonor
Moyen
C'est un jeu moyen mais pas à éviter ! Même si les bugs sotnt fréquent, moi, j'accroche bien ! Mais à petit prix !
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui / non
flechePublicité

Idées cadeaux JV

Partenaires Jeuxvideo.fr

Partenaires Jeuxvideo.fr

Tests

Partenaires Jeuxvideo.fr

flechePublicité

>Les meilleures offres jeux vidéo

flechePublicité