flechePublicité

Test Archlord (PC) : 0/10 sur JeuxVideo.fr



Sortie le 04 Octobre 2006 , PC
Publiée le 07/03/2007 à 00:03, par Hoopy

Test de Archlord

Le test d’un MMO, exercice périlleux entre tous, est toujours un défi lancé dans le temps. Difficile de porter un jugement sur un jeu fait pour évoluer des années durant. Pourtant, si vous lisez ces lignes, c’est que le cas d’Archlord est un tantinet différent. En effet, le jeu est officiellement dans les bacs depuis le 6 octobre 2006, et si comme pour nombre de MMO, Codemasters prévoyait de soumettre les joueurs d’Archlord à un système d’abonnement mensuel (à l’origine assez ambitieux), le projet est tombé à l’eau faute d’enthousiasme de la part du public. Pour ne pas simplement laisser le soft sombrer dans les abysses sans fond des titres sans succès, tout prélèvement pécunier a été mis de côté de la part de l’éditeur. Partant de là, le soft est devenu bien plus accessible (il suffit d’acheter une boîte du jeu), et les mises à jour devraient se faire bien moins fréquentes. L’heure du test a donc sonné. Explication d’un naufrage.

archi-lourd
Il y avait plus de joueurs lors de la version beta du jeu que sur les serveurs actuels...
archi-lourd
Les grandes villes sont toujours réussies.
archi-lourd
Question : saurez-vous retrouver les fautes d'orthographe et de français de cette image... Courage c'est facile.
archi-lourd
image 4
archi-lourd
Aaaah ! Les blobs... Si classiques et si moches.
Lorsqu’un joueur atteint un haut niveau dans un MMORPG, il doit souvent trouver par lui-même des motivations pour jouer encore. Chose assez inhabituelle et plutôt sympathique, les plus grands aventuriers de Chantra, ayant récupéré trois reliques dans les profondeurs de citadelles imprenables, pourront accéder au statut d’Archlord. Sans trop s’étendre sur la question, disons que l’Archlord (il n’y en a qu’un) est le maître du monde. Il contrôle les conditions climatiques locales, perçoit des taxes, chevauche un dragon, possède sa garde personnelle de PNJ… Un véritable Chevalier Tonnerre issus des Légendes des Contrées Oubliées, ça fait vraiment rêver. A ce niveau là, le pouvoir de décision du joueur est total et influence même les parties des autres habitants du serveur. Mais avant d’en arriver là, il va falloir passer par des phases de jeu que l’on ose à peine qualifier de ludiques.

Point de foisonnement de quêtes. Dans Archlord, la progression de votre personnage sera linéaire. Une fois venu au monde dans l’un des trois villages de départ (dépendant de votre race), un PNJ vous confiera une quête, qui, une fois terminée, vous donnera accès à une autre mission, etc, etc… De façon générale, si vous n’accomplissez pas l’une de ces tâches, vous peinerez à en trouver de nouvelles. Ce qui est encore acceptable dans un RPG offline, mais qui passe difficilement dans un MMO. La plupart du temps, on ne trouve qu’un donneur de quête à la fois, ce qui rend le titre très linéaire et dirigiste. A certains moments de ce test, votre humble serviteur – habité d’un peu trop d’entrain et de naïveté - se réjouissait de voir apparaitre plusieurs points d’exclamation jaunes à la fois. Une ouverture du gameplay ? Douce chimère que voilà. Alors que notre avatar travaillait d’arrache pied à apporter le bonheur à son village d’adoption en réalisant une suite de missions pas franchement palpitantes, voilà que le donneur de quête initial le renvoie à sa première tâche. On s’étonne un peu, surtout que ce genre de chose n’était pas dans la Bêta… En fait, il s’agissait juste d’un bug. Parfois, sans crier gare, on peut recommencer certaines quêtes qui, déjà lassantes à l’origine, deviennent franchement pénibles. Dans les faits, il nous est arrivé d’avoir deux fois la même quête dans notre journal… Humm, ça part mal.

Si on peste devant un tel défaut – qui nuit gravement à l’immersion dans l’univers de Chantra -, on apprend vite à relativiser. A long terme, ce bug permet de gagner facilement de l’expérience en effectuant des missions simples, ce qui n’est pas un luxe compte tenu de la difficulté des combats. En effet, votre personnage met beaucoup de temps à regagner de la vie entre deux affrontements - ce qui hache beaucoup la progression du personnage -, et MMO coréen oblige, vous n’échapperez pas à d’interminables séances de Monster Bashing rébarbatives. Dans Archlord, prendre un niveau est un travail de longue haleine, et bien souvent, on traine avec soi des heures durant les mêmes techniques de combats qui sont au final peu nombreuses (une trentaine par classe de personnage). Notons aussi, toujours dans cet esprit dirigiste, que non seulement il y a peu de classes de personnages (huit), mais qu’en plus, selon votre race, seules deux ou trois d’entre elles vous seront accessibles, ce qui n’offre pas une grande variété.

Chantra : touristes interditsRetour au sommaire
chantra-touristes-interdits
Chantra.
chantra-touristes-interdits
Les ravages de la drogues chez les traducteurs...
chantra-touristes-interdits
image 3
chantra-touristes-interdits
image 4
chantra-touristes-interdits
Vous serez sûrement dégouté du jeu avant d'en arriver là...
Graphiquement, Archlord est honnête. Le moteur du jeu est certes assez ancien, mais le rendu est plutôt réussi bien qu’inégal selon les régions (comme pour les musiques, d’ailleurs). Les lieux de départ ont beau être très travaillés, on se retrouve vite perdu dans des zones où l’on peine à trouver un arbre à l’horizon, mais elles restent rares. Si les décors pêchent parfois, les personnages eux sont très réussis. Dommage seulement que les races soient si peu nombreuses (elfes/humains/orcs), et qu’on ne puisse pas beaucoup les personnaliser lors de leur création (un PNJ permet de les modifier à postériori, ce qui entrave l’attachement du joueur à son avatar). Côté monstre, on verse dans le classicisme, NHN Games ayant modélisé tout le bestiaire des règles Donjons et Dragon, de l’incontournable gobelin jusqu’à l’étrange blob, tous bien évidemment retravaillés à la sauce manga.

Si l’univers est agréable, on a bien peu souvent besoin de l’observer avec attention. Ce que les joueurs de MMORPG veulent, c’est monter de niveau ? Et bien soit : d’un simple coup d’œil sur la mini-map, on peut voir où prendre une quête, où l’accomplir et où la rendre. Ces indications pour le moins exhaustives sabordent le plaisir de la découverte et de l’exploration, et au final on court d’un point à un autre sans réfléchir… Cela pourrait n’être encore qu’un problème mineur, si au moins le pathfinding du soft était bon. Mais là, il est infâme, et pour un oui pour un non, votre personnage se plante dans un arbre sans jamais tenter de le contourner… Si l’on vous dit que Chantra n’est pas une terre touristique, ce n’est pas par hasard ; d’ailleurs, si d’aventure un touriste venait à s’y perdre, il en aurait vite fait le tour – pour un monde persistant, s’entend. Environ dix donjons, trois forteresses haut niveau (où se collectent les items permettant de devenir Archlord), et c’est à peu près tout… Quand le jeu avait encore un abonnement mensuel, on pouvait espérer de nouveaux lieux, de nouvelles races, de nouvelles classes, mais maintenant…

Tous les défauts cités plus haut suffiraient à faire d’Archlord un jeu très moyen. Mais à l’heure où nous écrivons ces lignes, de bien plus vilaines choses plombent considérablement le plaisir de jeu. L’effort de traduire le soft en français est certes louable dans le principe, mais quand on voit le résultat, on regrette la version anglophone qui elle, était acceptable. Nous passerons sur les fautes de français genre « Madame, vous êtes fou ! » ou autres joyeusetés du genre qui assassinent toujours un peu plus nos Lumières. Par contre, messieurs de Codemasters, que vous engagiez des traducteurs médiocres passe encore, mais pensez à engager les intégrateurs qui vont avec ! Souvent, les textes débordent de leurs cadres, et après chaque caractère comprenant un accent, la lettre suivante manque. Par exemple, le mot élémentaire s’écrit « ééentaire » et quête « quêe »… Une véritable réinvention du français. Bref, le tout est mal peaufiné, et le plaisir de jeu s’en ressent grandement. Ajoutez à cela que les déplacements au clavier sont gérés en qwerty, que l’option de configuration des touches ne marche pas, et que tous ces défauts trainent depuis quatre mois, et vous comprendrez qu’Archlord peut facilement être oublié.

Archlord est un MMO étroit dirigiste et buggé, qui nous avait procuré plus de plaisir dans sa version Bêta. L’absence d’abonnement mensuel ne doit en aucun cas vous contraindre à choisir ce titre pour faire l’expérience des mondes persistants, faute de quoi vous ne feriez que perdre votre argent.

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 8.7
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : r-type
Bon
alors voila, ce jeu est vraiment sympa, le jeu est plutot moyen graphiquement (entre wow et final fantasy 11) les musiques sont bonnes comme l'ambiance generale, par contre il y a de tres nombreux bugs graphiques: des lettres des textes qui manquent! (sa ne s'invente pas...), a certains endroits les decor sont remplacé par des points! ,certains monstres non pas de tex suite ...
1 BONNE RAISON DE NE PAS Y JOUER
L'avis de : Anonyme
A éviter
POurri Ce jeux est nul FPS pourri est decor Oo!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
flechePublicité

LES OFFRES

Partenaires Jeuxvideo.fr

Idées cadeaux JV

Tests

Grand Theft Auto 5

Grand Theft Auto 5

Joueurs confirmés | Xbox 360 , PS3 , PS4 , Xbox One
flechePublicité
flechePublicité