flechePublicité

Test Ankh 2 : Le Coeur D'Osiris (PC) : 0/10 sur JeuxVideo.fr

Sortie le 17 Novembre 2006 sur PC
Publiée le 02/11/2006 à 00:11, par funambelle

Partager ce test

Test de Ankh 2 : Le Coeur d'Osiris

Si les égyptiens avaient la science de l’algèbre, pourquoi n’auraient-ils pas pas celle de la fête ? Chez Deck 13, on aime bien avancer ce genre de théorie subversive. Et pour faire accepter cette nouvelle idée, les développeurs allemands sont allés jusqu’à créer un jeu d’aventure, dans le seul but de populariser, par un biais ludique, cette nouvelle approche de la culture égyptienne. Fort du succès remporté par le premier opus dans les milieux intellectuels franco-allemands, Deck 13 récidive et propose la suite des aventures du clochard le plus branché de toute l’histoire antique.

Héros malgré luiRetour au sommaire
heros-malgre-lui
image 1
heros-malgre-lui
image 2
Assil, le personnage principal du jeu, a-t-il vraiment existé ? Les plus grands experts se disputent encore sur la question. Certains avancent qu’en aucun cas, il n’est imaginable qu’un tel dilletante puisse être le responsable d’un des plus importants trésors du Nil : l’Ankh, sorte de sceptre employé dans les cérémonies religieuses et affublé de pouvoirs magiques. Roublard, opportuniste et malhonnête plus souvent qu’à son tour, le fameux Assil est en marge de la société égyptienne. Il est ce que certains appellent un parasite social, et l’on peut douter qu’il puisse jamais avoir joué un rôle actif dans la sauvegarde de l’ancien artefact. D’un autre côté, on ne peut que reconnaître la grande rigueur dont a fait preuve Deck13, allant jusqu’à reproduire au millimètre près les environnements typiques de l’Egypte ancienne. Le studio s’est basé sur les dernièrs fouilles archéologiques en date, ce qui leur a permis de modéliser avec une grande précision certains objets typiques de l’époque, tels les juke-box, les immobiliseurs de chameau et les fameux coucous de la Forêt Noire. Difficile donc de trancher, surtout quand on n’est pas soi-même un expert de la période en question…

Mais trève de plaisanterie, passons à l’analyse du jeu proprement dit. Vous l’avez compris, Ankh 2 n’a rien à envier à son prédécesseur pour ce qui est des anachronismes et de l’ambiance déjantée. Et cet aspect se retrouve avant tout dans les énigmes proposées tout au long du parcours, plus cocasses les unes que les autres. Entre le couscous maison de maman Thara à base de siure et de RA (« votre carrelage plus brillant que jamais ») et les scéances de fumette dans les bars branchés de la capitale, il sera difficile de rester de marbre. Gentillement transgressif - le héros est un bon à rien, le Pharaon un paumé de première catégorie -, servi par une ambiance assez cartoon et doté un scénario foutraque – l’Ankh a disparu, par Isis ! – assumé comme tel, ce second épisode démontre qu’en Allemagne aussi, on peut avoir le sens de l’humour. Les personnages secondaires sont assez nombreux, mais on pourrait néanmoins reprocher aux « méchants » un certain manque de charisme. Par ailleurs, les personnages réellement nouveaux sont assez peu nombreux, et c’est pourquoi on peut avoir l’impression que le titre vit un peu sur ses acquis.

Bien, mais pas topRetour au sommaire
bien-mais-pas-top
image 1
bien-mais-pas-top
image 2
La durée de vie – le principal défaut du premier épisode – a été revue à la hausse, avec un total de cinq chapitres plutôt fournis en rebondissements (même si le troisième est déconcertant de brièveté). Sans atteindre des sommets, on obtient ainsi une aventure de 10 à 15 heures, selon le temps passé à bloquer sur certaines énigmes. Linéaire la plupart du temps, Ankh 2 accorde quelques libertés au joueur dans l’ordre de résolution de certaines énigmes. On peut également saluer le nombre d’objets cumulables dans l’inventaire (plus de 24 à certains moments), même si ces derniers ne pourront pas être conservés de niveaux en niveaux. L’interface, certes classique, est très agréable et permettra aux plus jeunes joueurs de prendre rapidement leur marque. Tout se fait à la souris, des déplacements à la sélection des objets en passant par le parcours d'inventaire.

La plupart des énigmes font appel au bon sens (en dépit de leur nature décalée par ailleurs), et demandent d’associer les objets ramassés au cours de ses pérégrinations avec certains éléments du décor pour obtenir différents effets. Il sera souvent nécessaire de multiplier les aller-retours, surtout dans les niveaux les plus grands, avant de trouver le bon objet à ramasser. Les dialogues avec les personnages n’ont malheureusement pas une grande importance et ne fournissent pas toujours des indices très éclairants sur la nature de leurs désirs. Ainsi de l’épisode du bar, où ce cher Assil a pour tâche de contenter un maximum de personnes. Si la plupart s’expriment sur ce qui les dérangent ou sur ce qu’ils désireraient, ce n’est pas le cas pour tous. Conséquence directe : on se retrouve à essayer toutes les combinaisons possibles « à l’aveuglette ».

conclusion
image 1
conclusion
image 2
On pourra également regretter le manque de progressivité dans la difficulté, les énigmes des derniers niveaux étant souvent plus faciles que les toutes premières, où on peut être un peu perdu en raison de la taille de l’environnement à explorer - au contraire par exemple du chapitre 3. Autre petit reproche : le passage intempestif d’un personnage à un autre, un choix qui nuit à l’identification joueur/personnage. Difficile en effet de se retrouver dans la peau de Pharaon après l’avoir envoyé dans les roses le chapître précédent. Sans doute aurait-il mieux valu s’en tenir au personnage principal, ce qui aurait également permis à l’intrigue d’avoir un aspect moins décousu (surtout au début). On aurait également aimé voir plus de décors, mais ne gâchons pas notre plaisir : l’ensemble des zones réalisées est de très bonne facture.


Anhk 2 s’avère donc être un titre au charisme fort, un élément évidemment important pour un jeu d’aventure. Dans la lignée des jeux Lucas Arts à la Monkey Island, il démontre une vraie inventivité dans le choix des énigmes, et se démarque de son prédécesseur par une durée de vie revue à la hausse.

Un bon soft d'aventure dans la lignée des Monkey Island. A acheter sans hésitation, si vous aimez les ambiances loufoques, sans être forcément trash.

Les avis des internautes

Note moyenne des internautes : 9.6
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
Exellenttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt suite ...
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui / non
1 BONNE RAISON D'Y JOUER
L'avis de : Anonyme
Très bon
Exellenttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttttt suite ...
Cet avis vous a-t-il été utile ? oui / non
flechePublicité

Idées cadeaux JV

Partenaires Jeuxvideo.fr

Tests

Moebius : Empire Rising

Moebius : Empire Rising

Pour tous joueurs | PC , Mac

Partenaires Jeuxvideo.fr

flechePublicité

Micromania

>Les meilleures offres jeux vidéo

flechePublicité